Appel à projets d’art performance multidiscplinaires THEOSEXUAL : SPIRITUAL PORN – Date limite : 24 mars minuit

Performances et rituels queers

Jeudi 9 mai au CDEx – 17:00 – 22:00 Université du Québec à Montréal, 405 Ste-Catherine / St-Denis, Montréal, QC Pavillon J-Jasmin, local J-R930

PROJET:
Dans notre contexte social de primauté de l’image médiatique et où les codes de la pornographie Internet se retrouvent dans plusieurs aspects de la culture visuelle (Attimonelli et Susca, 2016/2017), il nous semble crucial d’ouvrir différentes pistes de réflexion sur notre rapport à l’érotisme des corps tout en s’intéressant à sa charge mystique (Bataille, 1957). En effet, la proximité entre l’érotisme et le sacré a souvent été déviée par les institutions religieuses hégémoniques et l’industrie de la pornographie majoritairement hétérocentriste. En cadrant les expériences religieuses et érotiques dans des principes hétéronormatifs et mercantiles, les religions organisées et l’industrie pornographique bâillonnent la mise en jeu fondamentale de l’individu nécessaire à l’expérience transgressive et transcendante, soit le point de rencontre entre l’érotisme et le mysticisme.
Si l’érotisme est ancré dans le corps, celui-ci est aussi la matière au coeur des pratiques artistiques queers. Ce corps n’est pas passif en ce qu’il est le lieu où le genre agit comme un pouvoir créateur, performatif (Butler, 2005, Preciado, 2003). Dans les pratiques queers, le corps est l’enjeu d’une déterritorialisation de l’hétérosexualité (hétérosexualité comprise comme une politique de production de la normalité avec des corps «normaux»), une résistance à la normalité qui permet d’agir sur le biopouvoir et les biotechnologies de production de subjectivité sexuelle. Il nous semble que c’est à ce corps que parviendront à s’arrimer les conceptions queers d’une spiritualité non normatives. Theosexual : Spiritual Porn se veut un espace d’expression pour les corps queers réclamant ainsi leur agentivité par des pratiques liminales à la lisière de l’art et du rituel, du politique et du spirituel, de la pornographie et du sacré.

Theosexual: Spiritual Porn recherche des projets de performances multidisciplinaires, qui pourraient agir comme des réponses possibles à ces questions : de quelles manières les subjectivités queer peuvent-elles se réapproprier l’érotisme du corps normé par les idéaux érotiques hétéronormatifs et homonormatifs? Est-il possible d’allier spiritualité et sexualité queer, considérant l’oppression causée par plusieurs institutions religieuses? Quelles formes prendraient un art sacré et queer?
L’objectif est de créer un espace inclusif où des artistes s’intéressant à ces questions pourront s’exprimer et ouvrir un dialogue avec la communauté artistique, académique et le grand public. Il s’agit aussi de créer un safespace pour l’expression de subjectivités marginalisées et une prise de parole sans jugements et sans tabous.
Shandi Bouscatier est doctorant au programme d’études et pratique des arts, en recherche-intervention. Sa recherche porte sur les questions des spiritualités queers au sein de l’art contemporain et les intersections entre art et sorcellerie, art et sacré, politique et rituel, individus et communauté.
Jonathan Sardelis est finissant à la maitrise en arts visuels et médiatiques concentration création. Son projet de recherche porte sur l’iconographie sacrée et pornoérotique dans une pratique de la peinture figurative queer.

Contexte :
Du 6 au 13 mai 2019, Jonathan Sardelis occupera l’espace du CDEx avec l’exposition de son travail de peinture. Nous avons le désir de profiter de cette occupation du lieu pour organiser une soirée de performances artistiques/rituelles/politiques/spirituelles (le jeudi 9 mai) autour des thèmes et des questions reliés à la conjonction des notions d’érotisme, de pornographie, du sacré/spirituel dans des perspectives queers. Il sera possible d’adapter l’accrochage de l’exposition selon les besoins des performances.

Date de la soirée de performances :
Le jeudi 9 mai 2019 de 17:00 à 22:00

Lieu :
Le Centre de Diffusion et d’Expérimentation des étudiant.es de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx), situé en plein coeur de l’UQÀM, accessible pour les personnes à mobilité réduite, est un lieu de diffusion et de rassemblement important pour la communauté artistique UQÀMienne. Il s’agit d’un lieu situé au coeur de la vie culturelle du Quartier Latin, et près du Village Gay, historiquement chargé au sujet de la lutte des droits LGBTQ+. Fait notable, l’espace est construit à l’intérieur d’une ancienne église (Saint-Jacques). Nous organisons cette soirée avec un esprit de subversion du pouvoir (hétéro)normatif de l’institution académique. Nous avons pour idée (et espoir!) que cette soirée de performances agira comme une queerisation de l’espace institutionnel et permettra d’agrandir la « queer map » des artistes.

Cachet :
Cette soirée de performances est une initiative entièrement bénévole, conçue pour tisser des liens au sein de la communauté artistique et offrir un espace d’expérimentation. Bien que nous croyons fermement que le travail des artistes doit être compensé financièrement, nous faisons ce projet avec nos fonds personnels limités. Nous travaillons à verser un cachet symbolique aux artistes performeur.ses par des demandes de financement et des commandites, mais le résultat de ces démarches est incertain. Nous suggérons que les artistes qui appliquent le font en connaissance de cause.

Documentation :
L’événement sera documenté (audio, vidéo et photo). Pour ce faire, nous aurons des photographes et vidéastes sur place. Si votre dossier est sélectionné, nous vous demanderons de signer l’autorisation des droits à l’image sachant que nous nous engageons à vous faire parvenir les images et enregistrements vous concernant. Cette documentation nous servira principalement à présenter notre travail curatorial dans le plus grand respect du travail des artistes. Une entente différente peut aussi être prise.
Safespace et inclusivité :
Nous souhaitons créer avec cette soirée un espace sécuritaire et inclusif. Nous voulons que toustes puissent se sentir bienvenu.e.s et respecté.e.s dans leur subjectivité. Nous chérissons l’idée de créer un espace d’empuissancement, de rencontre et de visibilité réparatrice. Ce safespace n’est pas définit par l’architecture du lieu, il est instauré et porté avec et par chacun.e.s de nous!

APPEL DE DOSSIERS :
Le dossier doit être composé :
● d’un texte descriptif du projet (comprenant aussi les besoins techniques et la durée approximative de la performance) – 250 mots;
● d’un CV artistique et d’une courte bio – 100 mots;
● d’un portfolio visuel (jusqu’à 10 images) en format JPG,
Cet appel à dossier se réfléchit dans une optique queer où la qualité artistique du projet importe davantage que le cursus professionnel et/ou académique. Nous invitons ainsi les personnes de divers parcours à appliquer au projet.
Nous vous demandons de transmettre votre dossier à cette adresse avant le 24 mars 23:59 : theosexual@gmail.com

La Maîtrise en arts visuels et médiatiques

Située au centre de la vie culturelle de Montréal, la Maîtrise en arts visuels et médiatiques, avec ses deux concentrations, offre un enseignement spécialisé en recherche-création et en recherche-intervention permettant d’acquérir un grade Maître ès arts, M.A. pouvant conduire au doctorat. Le programme offre de nombreuses possibilités et avantages aux étudiant.e.s, et entretient des relations entre les milieux académique et professionnel par l’organisation de séminaires et de conférences réunissant artistes, théoriciens, commissaires, conservateurs et spécialistes de la didactique et des théories sur l’enseignement en art et en recherche-intervention.

Suivez-nous

Coordonnées

Faculté des arts
Local J-4050
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4