Auteur : savoie_c

Mémoire création de Florence Jacob : Maîtriser (ou pas) l’art du journal de bord. CDEx. Du 2 au 8 juin 2021, de 10 h à 18 h

Vous êtes cordialement invitées et invités à visiter l’exposition de Florence Jacob, Maîtriser (ou pas) l’art du journal de bord, présentée comme exigence partielle de la maîtrise en arts visuels et médiatiques. Florence Jacob s’est donné le mandat d’explorer le journal de bord dans le but d’oser le documentaire subjectif. Dans l’interprétation du rôle d’étudiante qui joue à faire sa maîtrise, on la suit dans ses réflexions au quotidien, qu’il s’agisse du processus créatif ou du rapport à la communauté artistique et uqamienne.

En se basant sur sa propre expérience, l’étudiante artiste propose un récit portant sur la performance scolaire, le doute vocationnel et la critique institutionnelle par le biais du dessin au crayon de couleur, de la vidéo, de l’animation et de l’installation.

Du 2 au 8 juin 2021, de 10 h à 18 h. 

CDEx, UQAM
Local J-4050
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4
Entrée libre pour les membres de l’UQAM (suivant les normes sanitaires de l’Université)

Lien vers l’événement

Leila Zelli, lauréate de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain

Terrain de jeux, 2019

Née à Téhéran (Iran), Leila Zelli vit et travaille à Montréal. Détentrice d’une maitrise (2020) et d’un baccalauréat (2016) en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, elle s’intéresse aux rapports que l’on entretient avec les idées « d’autres »et « d’ailleurs » et plus spécifiquement au sein de cet espace géopolitique souvent désigné par le terme discutable de « Moyen-Orient ». Son travail a, entre autres, été présenté à la Galerie Bradley Ertaskiran (2020), au Conseil des arts de Montréal (2019-2020), à la Galerie de l’UQAM (2020,2019, 2015) et à la Foire en art actuel de Québec (2019). Ses réalisations font désormais partie de la collection du Musée des beaux-arts de Montréal, de la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec, de la collection du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et de la collection de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

boursesbronfman.org

Rémi Belliveau en lice pour le prix Sobey

La Fondation Sobey pour les arts et le Musée des beaux-arts du Canada annoncent les vingt-cinq artistes de la liste préliminaire du Prix Sobey pour les arts 2021! Remi Belliveau, récemment diplômé de la Maîtrise en arts visuels et médiatiques. de l’UQAM, en fait partie.

Rémi Belliveau est un·e artiste interdisciplinaire et un·e musicien·ne acadien·ne originaire de Belliveau-Village (vallée de Memramcook, au Nouveau-Brunswick), un hameau acadien situé sur le Mi’kma’ki, territoire ancestral non cédé du peuple mi’kmaq.

Depuis 2012, son travail a été présenté dans plusieurs contextes d’exposition dans les Maritimes et au Québec.

En parallèle à sa pratique artistique, iel a codirigé la Galerie Sans Nom (Moncton) avec Annie France Noël (de 2014 à 2018), a joué à deux reprises le rôle de (co)commissaire (2015, 2018), a été chargé·e de cours à l’Université de Moncton (2017) et a publié des textes dans la revue Canadian  Art.

 Site Web de l’artiste

https://www.beaux-arts.ca/a-laffiche/prix-sobey-pour-les-arts/artistes-2021/atlantique

Seated Girl Wearing a Cloak [Jeune femme assise portant une cape] (détail), 2019, images de style photomaton sur carton, 2,5 × 4 cm chacune, L’œuvre évoque les cartes de visite du XIXe siècle, un des supports par lesquels les peintures de l’artiste écossais Thomas Faed ont été diffusées parmi les classes moyennes et l’aristocratie. © Rémi Belliveau — Avec l’autorisation de l’artiste

	

Mémoire création de Karine Madran : Cliquez OK pour voir plus de peintures.

Du 19 au 31 mai 2021, de 12 à 18h
Sur rendez-vous

GHAM & DAFE
3425 rue Ste-Catherine Est,
Montréal, Québec, H1W 2E1

Métro Joliette/Préfontaine

Karine Madran présentera une exposition individuelle présentée comme exigence partielle de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM à GHAM & DAFE, du 19 mai au 31 mai 2021.

Pro-surfeuse, Karine Madran arpente quotidiennement le Web à la recherche de nouvelles images insolites relative à l’univers vernaculaire d’Internet. Ces images, parfois photoshopées, sont teintées d’une étrange aura nommé « images maudites » (cursed images). Madran transpose ensuite ses découvertes par le médium de la peinture, en prenant toutefois le soin de les associer à d’autres images par le biais du collage ou par la transformation matérielle de la peinture. Affiliés au post-Internet, ses tableaux se veulent le reflet de notre étrange relation avec cet outil informatique omniprésent qu’est Internet. Madran perçoit celui-ci comme un tourbillon de fichiers visuels dont l’ambiguïté, l’absurdité et l’improbabilité viennent nourrir une soif inassouvissable pour cette imagerie particulière. En s’inspirant de ces images numériques, elle souhaite faire référence à cette communauté online dont elle fait partie. Elle souhaite également amener le regardeur à absorber ces images virtualisées moins passivement, tout en les incitant à apprécier celles-ci pour toute leur beauté catastrophique. Par l’ajout d’un filtre humoristique et d’une méthodologie prônant l’erreur, elle cherche à créer des tableaux énigmatiques qui amusent par leur gaucherie sérendipienne. Tandis qu’avec l’intégration et la monstration délibérée d’accidents de parcours, Madran permet de mettre en lumière le processus créatif, ce qui amène à redéfinir notre relation à l’échec, et ce, jusqu’à en faire l’éloge.

Informations :

Karine Madran

karinemadran@gmail.com

Événement Facebook

Mémoire création d’Annie-France Leclerc : Par-delà la forêt se trouve un jardin.


Galerie de l’UQAM. 14 mai 2021 – 17 juillet 2021

Réservations obligatoires
Consultez notre protocole de visite

Le public est invité à découvrir le travail d’Annie France Leclerc, finissante de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, qui explore les notions de biodiversité et de revalorisation d’espèces qualifiées d’indésirables par le biais de sa relation avec le parc du Boisé-de-Saint-Sulpice, situé à Montréal.

Annie France Leclerc, Sanguinaires du Canada, 2020, photographie au sténopé

L’EXPOSITION

Par-delà la forêt se trouve un jardin met en scène la relation intime que l’artiste a développée au fil des années avec le parc du Boisé-de-Saint-Sulpice. Ce petit boisé urbain protégé, d’une superficie de sept hectares, est situé dans le quartier Ahuntsic à Montréal. Le processus d’Annie France Leclerc est marqué par la collecte et la présence attentive aux êtres vivants et aux matières qu’elle rencontre, mais également par la recherche, l’acquisition de connaissances et le désir de transmission. L’exposition incarne l’évolution du rapport de l’artiste à ce lieu et à la nature, en passant d’une posture contemplative à une posture active, plus consciente des phénomènes biologiques et écologiques à l’œuvre. Elle y explore les questions de biodiversité, d’espèces envahissantes et de réciprocité.

L’exposition présente une installation immersive brouillant la frontière entre documents et œuvres. S’y rencontrent le dessin, la photographie, le son, l’art textile, la performance et des objets issus de la collecte. Un parcours formé par la suspension de tissus provoque un jeu de cadrages et de points de vue qui évolue au fil de la découverte de l’installation. Dans un désir de revalorisation, les tissus sont teints avec des plantes envahissantes1 prélevées au boisé, et caractérisées comme nuisibles et indésirables sur le plan de la biodiversité. Les tissus de couleurs jaunes, rosées, vertes et bleu-gris, sensibles à la lumière et à la décoloration, flottent dans la salle d’exposition et évoquent la fragilité d’un écosystème sujet à une activité humaine quotidienne importante.

_____________________________________

1Le phragmite, le nerprun cathartique, le sumac vinaigrier, l’alliaire officinale, la vigne vierge de virginie, la tanaisie vulgaire, l’armoise commune, la verge d’or, l’oseille et le millepertuis constituent les espèces envahissantes et autres plantes qualifiées de « mauvaises herbes », qui ont été prélevées au parc du Boisé-de-Saint-Sulpice, transformées en teintures ou en encres, et présentes dans l’exposition.

L’ARTISTE

Annie France Leclerc est originaire de Sainte-Blandine, près de Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent. Elle vit et travaille à Tiohtiá:ke/Mooniyang, le territoire non cédé des peuples Haudenosaunee et Anishinabeg aussi connu sous le nom de Montréal. Elle a grandi entourée par la forêt, ce qui a grandement influencé son rapport au monde. Diplômée en photographie de l’Université Concordia (2012) et finissante de la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, elle est récipiendaire de nombreuses bourses d’études, notamment la Bourse du Fonds de la Faculté des arts – maitrise (2020), la Bourse Claude-Courchesne en arts visuels et médiatiques (2020), la Bourse Jean-Marc-Eustache en arts visuels (2019), la bourse ARPRIM/EAVM (2019) et d’une bourse institutionnelle à la maitrise en arts visuels et médiatiques (2019). Son travail a été présenté dans le cadre d’une exposition individuelle (Espace Parenthèses) et d’expositions collectives (POP Montréal, Écomusée du fier monde, les Territoires, FOFA, Galerie VAV, Galerie d’Art de Matane). Elle a enseigné la photographie au Collège Jean-Eudes (2012-2018) et a été chargée de cours à l’UQAM à l’hiver 2020.
anniefranceleclerc.com

POUR VISITER

La Galerie de l’UQAM ouvrira ses portes au public selon un horaire réduit (mercredi – vendredi, midi – 18 h) en raison de la pandémie. Toutefois, veuillez consulter notre site web avant de vous déplacer pour savoir si des changements ont dû être apportés et pour connaître les modalités de visite. Pour le moment, l’accès se fait par l’entrée du métro Berri-UQAM et sous présentation d’un formulaire d’autorisation que vous pourrez bientôt obtenir à partir de notre site web.

https://galerie.uqam.ca/expositions/annie-france-leclerc-par-dela-la-foret-se-trouve-un-jardin/

Mémoire création de Marie Élaine Lalonde : Dépli des formes.

 Hangar 7826m, du 6 mai au 5 Juin 2021

Marie Elaine Lalonde propose une expérience immersive qui suscite de prêter attention aux infimes modulations générées par le temps et l’espace. Cette fois, elle investit l’espace singulier du -HANGAR 7826- avec une installation in-situ composée de feuilles métalliques, de miroirs, de surfaces dichroïques, de lumière naturelle et d’éclairage. Finissante à la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM, l’artiste y poursuit sa réflexion sur la capacité d’agir de la matière.

Réceptive à ce qui se manifeste, Lalonde cherche à faire circuler les forces et à activer les potentialités en cours.  Elle intervient dans l’espace par une prolifération d’éléments géométriques réfléchissants: un simple losange d’acier plié dont les quatre surfaces triangulaires sont recouvertes -ou non- de miroirs.  Positionnées en corrélation avec les particularités architecturales, le déplacement de la lumière solaire ainsi que la simulation d’instants de lumière du jour, ces surfaces, greffées aux murs et aux planchers, offrent des trajectoires changeantes.  Au gré de la progression du jour et des conditions météorologiques, l’installation évolue en une complexité de reflets qui apparaissent/disparaissent, s’allongent/s’inclinent, se déplient/se replient, s’intensifient/ s’estompent.  

La recherche-création de Marie Elaine Lalonde est motivée par son émerveillement devant les processus de cristallisation. L’évolution des structures engendrées par ce phénomène engage, chez elle, une nouvelle considération de la matière qui se révèle comme étant dotée d’une activité émergente, d’un potentiel indéterminé ; constamment disposée à devenir autre.  Dans le contexte où le processus de cristallisation est considéré comme une concrétisation visible engendrée par des forces invisibles, de quelle manière partager la sensation que quelque chose d’essentiel et d’insaisissable nous échappe ?  

Le cristal, en raison de sa géométrie et de sa transparence, fait appel à l’optique. C’est ce qui a conduit sa recherche à la mise en espace de miroirs et lumière dont les corrélations génèrent des phénomènes de réflexion, de diffraction ou de réfraction.  ______________________________

Situé dans un ancien hangar du quartier Villeray à Montréal, HANGAR 7826 est accessible uniquement par la ruelle entre les rues Foucher et Saint-Gérard juste au sud de Gounod. À deux pas de la station de métro JARRY.

En raison des mesures sanitaires, veuillez réserver votre plage horaire:

Du mercredi au samedi de 12h à 17h sur le site www.deplidesformes.com à l’onglet RÉSERVATION.

L’artiste vous y accueillera avec plaisir !!!

APPEL À PARTICIPATION | La sympoïèse d’un cercle de lecture ambulatoire

Venez nous rejoindre au Jardin botanique! Ada X lance un appel à participation pour La sympoïèse d’un cercle de lecture ambulatoire, dans le cadre d’une collaboration spéciale avec MÉDIANE – Chaire de recherche du Canada en arts, écotechnologies de pratique et changements climatiques.

Chaque participant-e recevra un cachet de 250$. Envoyez une lettre d’intention avant le vendredi 23 avril à midi à appel@ada-x.org.  
appel
La sympoïèse d’un cercle de lecture ambulatoire
Gisèle Trudel et Susan Turcot, avec la complicité de Sylvie Laplante et de Émilie Mouchous
Atelier bilingue
Mai + juillet 2021
––––––
Une continuation de la voix en marche, accompagnée d’un chapitre du livre Staying with the Trouble: Making Kin in the Chthulucene par Donna Haraway (2016). La philosophe invite à penser avec les autres-qu’humains. Cette activité souhaite étendre les approches du partage, lier la technologie au vivant, multiplier les voix, ouvrir des connexions situées. Les processus d’enregistrement et d’écoute activés par la marche et en cercle de discussion seront explorés en petit groupe, tout en respectant les consignes sanitaires.Calendrier
15 mai : rencontre de 3 heures sur place au Jardin botanique
22 mai : réunion de 90 minutes en visioconférence
Semaine du 24 au 29 mai : séance d’enregistrement. Chaque participant-e aura préparé son passage du chapitre, prêt à être enregistré. Assistance technique d’une heure comprise par personne, au besoin.
Semaine du 19 au 23 juillet (date unique à déterminer ensemble) : déambulation avec écoute des enregistrements, suivi du cercle de discussion près de la Maison de l’arbre au Jardin botanique (3 heures). Accessible aux publics.

Soumettez une lettre d’intention (500 mots max.) à appel@ada-x.org avant le vendredi 23 avril à midi.5 personnes seront sélectionnées et recevront un cachet de 250 $ pour la participation + 2 accès au Jardin botanique (valeur de 25 $). Aucun achat requis. Les participant-e-s acceptent que leur enregistrement soit disponible pour écoute via baladodiffusion.––––––
Les devenirs-avec les plantes, les sons et les sens seront accompagnés de Gisèle Trudel et Susan Turcot, avec la complicité de Sylvie Laplante et de Émilie Mouchous. Elles sont artistes, étudiantes et enseignantes à l’École des arts visuels et médiatiques et à l’École des médias de l’UQAM. Elles expérimentent la vidéo, le fusain, la marche et l’électronique.Partenaire : MÉDIANE – Chaire de recherche du Canada en arts, écotechnologies de pratique et changements climatiques (mediane.uqam.ca), avec l’appui du CRSH, de la FCI et du FRQSC.

Appel de candidatures : Intersections – Résidence de recherche, création et production

Nouveau partenariat entre le Conseil des arts de Montréal, l’EAVM et OPTICA, centre d’art contemporain

Date limite de dépôt : 25 avril 2021
Séance d’information virtuelle: 13 avril à 11h

Le Conseil des arts de Montréal (CAM), le Centre d’art contemporain OPTICA et l’École des arts visuels et médiatiques (EAVM) de l’UQAM lancent un appel de candidatures pour les artistes issu.e.s de l’immigration (de première ou de seconde génération) qui sont membres des minorités ethniques ou visibles**. Les candidat.e.s éligibles auront terminé leurs études ou seront prochainement diplômé.e.s de la maîtrise à l’EAVM.

Ce nouveau partenariat vise à offrir un soutien de recherche, de création et de production à un.e artiste en lui donnant accès à un accompagnement professionnel, complémentaire à sa formation universitaire dans le milieu artistique montréalais. 

Ce projet pilote prend la forme d’une résidence en vue de la réalisation d’une œuvre qui entre en dialogue avec des archives (fonds documentaire du centre d’art contemporain OPTICA ou autre, en fonction de la recherche de l’artiste). À la fin de la résidence, OPTICA présentera une exposition de l’artiste sélectionné.e. Le lauréat ou la lauréate tiendra aussi une présentation publique sur sa pratique artistique au centre. Un accompagnement par l’EAVM et OPTICA sera fourni dans le cadre du projet d’une durée d’un an.

Conditions d’admissibilité

  • être un.e artiste issu.e. de l’immigration (de première ou de seconde génération) membre des minorités ethniques ou visibles**; 
  • être un.e artiste professionnel.le** en arts visuels;
  • avoir été diplômé du programme de maîtrise à l’EAVM entre 2017 et 2021;
  • être citoyen.ne canadien.ne ou résident.e permanent.e du Canada à la date de dépôt de la demande; être domicilié sur le territoire de l’île de Montréal depuis au moins un an;
  • être disponible pour toutes les activités incluses dans le cadre du projet.

Soutien offert

  • trois mois de résidence de recherche à l’automne 2021 au centre d’art contemporain OPTICA incluant un espace de travail et un accès aux équipements de bureau, aux archives et à la documentation;
  • un studio à l’UQAM pour la création et la production, ainsi qu’un accès aux ateliers techniques spécialisés de l’EAVM pour une durée d’un an; « sous toutes réserves d’approbation par les instances de l’UQAM – en processus »
  • un accompagnement professionnel totalisant 60 heures par OPTICA (30h) et l’EAVM (30h);
  • une subvention de recherche (max. 1500$);
  • un cachet de production (3,000$), d’exposition (2,120$) et de présentation publique (125$);
  • une plage d’exposition ou de diffusion du projet final dans la programmation d’OPTICA et une présentation publique au cours de l’année 2023.

Veuillez noter que nous ne prenons pas en charge les frais d’hébergement ou de transport. Le calendrier et les conditions de travail peuvent être modifiés en fonction du contexte pandémique.

Dossier de candidature

  • une lettre de motivation décrivant le projet de recherche proposé, les objectifs prévus, l’échéancier pour les trois mois de la résidence et sa pertinence pour la démarche artistique (max. 500 mots);
  • une courte biographie (max. 100 mots);
  • une démarche artistique (max. 500 mots);
  • un curriculum vitae (max. 3 pages);
  • 10 images maximum au format JPG d’un poids maximal de 1Mo par image et/ou extraits vidéo et audio (5 minutes maximum, par hyperliens) avec une liste descriptive des images et/ou des extraits audiovisuels;

Le dossier de candidature doit être soumis dans un seul document PDF (taille maximale du fichier de 15 Mo) et envoyé au plus tard le 25 avril 2021 à minuit à l’adresse courriel : intersections@uqam.ca

Seuls les documents exigés seront transmis aux membres du comité d’évaluation. Il n’y aura pas de commentaires du jury.

Pour plus de renseignements, une séance d’information virtuelle aura lieu le 13 avril à 11h. Vous êtes invité.e à vous inscrire pour recevoir le lien Zoom d’ici le 11 avril àintersections@uqam.ca

** Pour plus d’information sur les termes utilisés, consulter le Glossaire du Conseil des arts de Montréal.

COLLOQUE FORUM RECHERCHE-CRÉATION, 8 et 15 avril 2021

SUIVEZ LE GROUPE FB       https://www.facebook.com/mavm.uqam

Lien : https://uqam.zoom.us/j/84283759537 

ID de réunion : 842 8375 9537 

À l’hiver 2021, les personnes étudiantes de deuxième année à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM ont préparé la présentation publique de leur projet de recherche-création. Dans le cadre d’un colloque en visioconférence, les étudiant-e-s partageront les enjeux de leur pratique avec la communauté universitaire et le grand public. Regroupées par affinités, les présentations seront suivies d’une période de discussion sous forme de table ronde. L’évènement, autogéré par ses participant-e-s et chapeauté par la professeure Anne-Marie Ninacs, a pour but de favoriser un lieu d’échanges autour des réflexions soulevées par les projets de recherche-création dans un environnement inclusif.

JEUDI 8 AVRIL 2021 

1er bloc : Rejouer avec corps / Le geste transformateur 

  • 9h30 Introduction à Forum et au premier bloc  
  • 9h40 Camille Lescarbeau 
  • 10h00 Audrey  Beaulé
  • 10h20  Discussion en duo animé-e  
  • 10h40 Pause 
  • 11h00 Sophie-Anne  
  • 11h20 Camille Blais 
  • 11h40 Discussion en duo animé-e  
  • 12h00 Fin du premier bloc, invitation au 2e bloc 

12h30 à 14h00 LUNCH 

2e bloc : Sexualités, genres et hégémonies  

  • 14h00 Salutations, horaire et introduction du deuxième bloc 
  • 14h05 Marie Etcheba  
  • 14h25 Maude Arsenault
  • 14h45 Discussion en duo 
  • 15h05 Pause  
  • 15h25 Sébastien Goyette Cournoyer
  • 15h45 Caroline Pierret
  • 16h05 Discussion en duo 
  • 16h30 Mot de la fin : invitation à la prochaine séance 

JEUDI 15 AVRIL 2021 

1er bloc : Réarticuler la vie en société (contrôle, société et conscience) 

  • 9h30  Introduction à forum (jour 2) et au premier bloc 
  • 9h40  Geneviève Roy
  • 10h00 Ludmila Steckelberg
  • 10h20 Discussion en duo 
  • 10h40 Pause 
  • 11h00 Tristan O’Malley
  • 11h20 François Carignan
  • 11h40 Discussion en duo 
  • 12h00 Fin du bloc, invitation au 2e bloc 

12h30 à 14h00 LUNCH 

2e bloc : Éprouver les structures; infiltration, microactions, désenvoutement 

  • 14h00 Salutations, horaire et introduction du 2e bloc 
  • 14h05 Catherine Lejeune
  • 14h25 Audrey-Anne Duplessis
  • 14h40 Discussion en duo 
  • 15h00 Pause  
  • 15h20 Antoine Caron
  • 15h40 Alegria Gobeil
  • 16h00 Discussion en duo 
  • 16h20 Mot de la fin 

Mémoire création de Manoushka Larouche. Le déplacement. AxeNéo7, en ligne à partir 10 mars 2021

Crédits photo : Manoushka Larouche

Le déplacement se présente sous la forme d’une boîte contenant un ensemble d’archives imprimées documentant deux itérations de l’exposition Double prise / Double take, commissariée par David Tomas et exposant les œuvres respectives d’Emmanuelle Duret, de Manoushka Larouche et de Catherine Lescarbeau. L’œuvre fonctionne par une logique de dédoublement qui était aussi à l’origine de l’exposition initiale. À partir du détail photographique de la documentation remaniée de l’exposition que contient la boîte, est dévoilée l’existence d’un intervalle, d’une entre-exposition.
 Dans le cadre d’Autorésidences*, l’artiste propose une itération numérique de ce projet via un site Internet. Le contenu de la boîte d’archives sera prochainement disponible pour consultation à Artexte (Montréal).
* Autorésidences est un programme de résidences à distance initié par le centre d’artistes AXENÉO7, dans le contexte exceptionnel de la pandémie, dans le but de continuer à soutenir la recherche et le développement des pratiques en art actuel.

Évènenemt à AxeNéo7
Projet : ledeplacement.com

Biographie de l’artiste
Manoushka Larouche est artiste visuelle et vit à Tiohtià:ke / Montréal. Elle détient une technique en photographie et termine une maîtrise en arts visuels et médiatiques. Sa pratique prend ancrage dans une approche conceptuelle et contextuelle de la photographie et de l’édition. Ces dernières années, ses recherches portent sur des questions liées aux conditions d’existence de l’artiste, la menant à réfléchir à la notion d’image et de liminalité. Son travail a été présenté à la Galerie UQO (Gatineau), à Circa art actuel (Montréal) et dans des lieux de diffusion alternatifs tels que le local E6-21, (Montréal) et sera bientôt présenté à la _____ 2272 panet street, Montréal, QC (CA), H2L 3A6 (Montréal).
Consulter le site Internet de l’artiste


Remerciements
L’artiste tient à remercier Emmanuelle Duret et Catherine Lescarbeau d’avoir été sensibles à cette proposition de projet qui ajoutait alors une couche de lecture à l’exposition collective. Elle remercie également à Casimir Perez pour la réalisation de la mise en ligne du projet.

Nouveau cours : AVM8614 – Pédagogies innovantes en arts visuels et médiatiques

DESCRIPTION 

Ce cours vise à acquérir des savoirs et des pratiques quant à l’adaptation ou la création de diverses approches pédagogiques en enseignement des arts ainsi qu’en intervention éducative dans le domaine. Il examine comment divers mouvements sociétaux tels que l’essor des technologies numériques, le flux des populations et des savoirs, tout comme l’hybridité des pratiques transforment les environnements d’apprentissage et favorisent le déploiement de nouvelles approches pédagogiques. Le cours comprend une section théorique qui vise à définir le concept d’innovation pédagogique dans l’histoire de l’éducation et qui vise à identifier les approches les plus récentes. Il comprend aussi une section pratique d’ateliers de création pédagogique.

Différents dispositifs technologiques, entre autres en réalité virtuelle, en réalité augmentée et en mobilité, seront mis à la disposition des candidats et candidates. Les travaux du cours mènent à la conception et à la réalisation d’un prototype de création et d’une activité pédagogique innovante en lien avec des enjeux formulés par le milieu de pratique partenaire du projet, le Lieu des possibles du Collège Durocher Saint-Lambert.

HORAIRE

Lundi et Mercredi de 17 :30 à 20 :30 du 10 mai au 30 juin 2021

SCÉANCE D’INFORMATION

Lundi 8 mars 2020 de 18 :30 à 19 :15 en téléconférence

Informations

Martin Lalonde : Lalonde.martin @uqam.ca

Carole Dubois, agente de gestion des études :  maitrise.arts.visuels@uqam.ca

Inscription

La période des inscriptions débutera le 8 mars. 

Pour s’inscrire, communiquer auprès de madame Carole Dubois à cette adresse :  maitrise.arts.visuels@uqam.ca

Photographie par Maureen Barlin sur Flickr

Revue ITEM : Appel à participation

Agissant comme un magazine numérique pour ouvrir le dialogue, Item est un lieu d’exposition alternatif géré par les étudiantes et étudiants de la maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Toutes les formes sont bienvenues :

  •  images ; desssins, peintures, collages, photographies, etc.
  •  textes ; poésie, essais, portraits d’artistes, correspondances    d’artiste, entrevues, comptes rendus d’exposition,    analyses d’oeuvre, essais typographiques, etc.
  • et toute forme d’expérimentation nourrissant la réflexion en arts visuels ou collaborant à toute autre discipline.

Date limite d’envoi : 28 février 2021

Adresse d’envoi  : item.uqam@gmail.com

Les images doivent être envoyées en format .JPEG ou .PNG, dans la meilleure résolution possible et le texte doit être envoyé idéalement en format .WORD.

* Envoyez-nous une maquette au besoin, si votre projet nécessite une mise en page précise. *

On vous invite à vous l’approprier!

La revue Item est un lieu d’exposition, de discussion et de réflexion issue du champs de l’art contemporain. Publiée par les étudiant.e.s de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, son mandat est de créer des  situations de réflexion dynamique qui tissent des liens étroits entre le travail pratique et la recherche théorique. Ainsi, elle participe à reconduire la réalisation artistique et son discours dans un lieu d’échange et de remise en question.

Martine Chartrand, lauréate du Prix René-Jodoin 2020

Martine Chartrand, Crédit photo : Stephan Ballard
Crédit photo : Stephan Ballard

Le Prix René-Jodoin 2020 sera remis à la cinéaste et artiste visuelle Martine Chartrand. Depuis 2015, à chaque année, Les Sommets du cinéma d’animation et la Cinémathèque québécoise remettent ce prix à une personnalité marquante, influente et engagée de l’animation canadienne. Diplômée des Beaux-arts (Concordia, 1986) et ayant obtenu un certificat en enseignement des arts plastiques (UQAM, 1988), Martine Chartrand termine présentement sa maîtrise en arts visuels et médiatiques (UQAM). Grande humaniste, récipiendaire de nombreux prix internationaux, elle a célébré l’identité noire dans trois de ses films produits par l’ONF, films dont le rayonnement est impressionnant : TV TANGO, ÂME NOIRE et MACPHERSON. La peinture sur verre dont elle fait usage avec virtuosité dans les deux derniers mentionnés, la place dans la lignée des grands maîtres comme Caroline Leaf et Alexandre Petrov. Généreuse de sa personne et engagée dans diverses communautés, cette artiste québécoise d’origine haïtienne a donné de nombreuses classes de maître, ateliers et conférences dans divers pays afin d’enseigner la technique et de partager son savoir-faire.

Toutes nos félicitations à Martine !

Mémoire création de Marie Samuel Levasseur : Les Bavardes. Espace Pi2. 22 – 30 novembre 2020

Lieu : Espace Pi2, 5445 de Gaspé (#302), Montréal

Réservation recommandée : info@mariesamuel.com

Les Bavardes est une exposition participative proposant un mobilier de type banc-bibliothèque où les participants sont invités à lire des micro-récits réalisés par l’artiste abordant plusieurs sujets à portée autobiographique autour de la question de l’indicible; à y déposer leurs propres livres ainsi qu’à collaborer à la création de divers objets, actions et enregistrements vidéo.

L’exposition, tout comme la méthodologie du bavardage développée par l’artiste, adopte une approche en cocréation, et s’inspire des courants de créations féministes DIY. Elle propose des situations qui détournent les rôles sociaux usuels et les rapports de pouvoir entre artiste et citoyen en offrant l’espoir d’une vie et d’un quotidien traversés par l’art.

S u j e t   d e   r e c h e r c h e 

CACHER POUR RÉVÉLER : LE BAVARDAGE COMME ENTRAVE À L’INDICIBLE DANS UNE PRATIQUE DE L’ART DANS LA VIE

B i o g r a p h i e 

Artiste engagée et impliquée dans la communauté, Marie Samuel Levasseur poursuit une pratique artistique pluridisciplinaire notamment en vidéo, en installation, en art web, en micro-édition et en micro-action. Ses travaux se déploient par le biais de séries et de retranscription et explorent la question de l’indicible. Dans le cadre de sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM, elle a participé à un stage de création en partenariat avec l’École européenne supérieure de l’image de Poitiers Angoulême. L’artiste a exposé au Québec et en Europe et ses œuvres vidéo sont distribuées par le GIV – Groupe intervention vidéo – et ont été vues, entres autres, aux Rendez-vous du cinéma québécois.

Espace Pi

Fidèle à sa mission de protection des écosystèmes de création, le Regroupement Pied Carré accueille en résidence l’artiste pour la présentation de son exposition de fin de maîtrise, envisagée ici comme la prémisse de l’exposition qui aura lieu à la Galerie d’art d’Outremont en 2021.

La diplômée Emmanuelle Allard remporte le Prix novateur en enseignement des arts

Le Conseil des diplômés de la Faculté des arts décerne pour la première fois son Prix novateur en enseignement des arts à Emmanuelle Allard (M.A. arts visuels et médiatiques, concentration éducation, 2003) pour un projet d’éducation interculturelle combinant les arts et l’apprentissage du français.

Assorti d’une bourse de 1000 dollars, le prix est remis à un diplômé ou une diplômée ayant mis en œuvre un projet novateur et mobilisateur au sein de son milieu professionnel.

Lire la suite dans Actualités UQAM

Emmanuelle Allard.Photo: Mélanie Dusseault

Offre du séminaire AVM802V – Pratique de la malfaçon : disposition, attitude et matérialité

Enseignant : Dominic Papillon, professeur de l’EAVM et doctorant en études et pratiques des arts

Le cours se donnera le mercredi de 14h à 17h

La malfaçon désigne aussi bien la forme matérielle finale d’un ouvrage que sa mise en œuvre. Sa présence indique un manque de compétence ou une forme de négligence face aux normes de fabrications prescrites par une tradition donnée. Comment comprendre alors celle-ci dans le cadre d’une pratique artistique dans la mesure où la notion même du faire-œuvre en art s’est radicalement transformée depuis le début du 20e siècle?

Déjà avec les collages de Picasso et Braque, un nouveau genre de relations s’installe entre la main et le matériau. Basé davantage sur des opérations cognitives, les liens de plus en plus ténus entre l’artiste et ses matériaux se résument parfois à sélectionner, placer et ordonner (Roberts, 2007).

Vue sous cet angle, la malfaçon cesse d’être la marque d’un manque d’habileté manuelle pour prendre la forme d’une intention subversive ou d’une attitude, dont les prolongements matériels et immatériels assimilent les gestes et les procédés à des stratagèmes que l’artiste met en place.

Dans la mesure où le faire et le concevoir sont devenues des aspects du travail de plus en plus autonome l’un de l’autre, ouvrant de ce fait un espace grandissant entre le corps de l’artiste et le projet à l’ouvrage; qu’elle fonction l’artiste peut-il accorder à la main et au geste incarné?

Ce séminaire propose d’explorer ce jeu et ce qu’il signifie pour le vaste champ des pratiques artistiques actuelles. Il aura pour point de fuite les interactions complexes qui se jouent entre l’expérience corporelle de l’artiste, la mise en œuvre des matériaux et le contexte culturel de leur matérialité. Il tentera de répondre à deux questions simples : pourquoi malfaire et comment malfaire.

Roberts, J. (2007). The intangibilities of form : skill and deskilling in art after the readymade. London; New York: Verso.

Mémoire création de Josée Bergeron-Proulx. Encre sympathique. CDEx, 27 octobre – 1er novembre.

Du mardi 27 octobre au dimanche 1 novembre 2020 de 12h à 17h

Plonger dans l’inconnu du matériaux textuel. Faire émerger les mots révélés dans les matériaux.

Vous êtes invités à venir découvrir l’exposition Encre Sympathique de Josée Bergeron-Proulx comme exigence partielle de la maîtrise en arts visuels et médiatiques. De par sa curiosité pour la littérature et de ses expériences en scénographie, Bergeron propose d’explorer les interrelations entre les disciplines ce qui lui permet de créer un brouillage matériel et spatial. Dans ses installations elle se prête à ce jeu qui lie le visible et l’invisible et remue la matière évacuée et retenue de son processus scénographique. Ce télescopage disciplinaire lui permet d’interroger l’influence des mots sur l’acte de création. Elle soulève ainsi les problématiques d’interprétation, d’identité textuelle et d’inachèvement du texte littéraire.

Manipulant le texte comme matériau premier, sa recherche tente de révéler les liens qui oscille entre l’intime et le social, entre les mots-tracés et les matériaux-vestiges, entre les «objets- fragments» et l’espace. De l’extraction de phrases à l’interprétation personnelle, le texte disparait pour faire émerger de la temporalité et de la fragilité. Bergeron assemble des matières organiques et sensibles à des matériaux (objets pratiques ou désuets) soutirés à la culture ou retranchés de l’intime pour provoquer des situations d’interférence entre résonance et dissonance sensorielle. Les fragments de textes qu’elle retient sont entremêlés aux matériaux qu’elle explore et aux objets qu’elle détourne de leur usage. Ils la conduisent à révéler le potentiel d’étrangeté, de fragilité et de poésie.

CDEx, Centre de diffusion et d’expérimentation, UQAM405 Ste-Catherine / St-Denis Pavillon J-Jasmin, local J-R930

APPEL À CANDIDATURES : représentation étudiante au Comité d’établissement partenaire de l’UQAM/réseau Hexagram

À l’attention des membres étudiant.e.s chercheur.e.s d’Hexagram inscrits à l’UQAM


Le Comité d’établissement partenaire d’Hexagram accompagne la direction des activités scientifiques et artistiques, la gestion des ressources financières, le partage des équipements et des infrastructures soutenues par l’UQAM. Il appuie et conseille leur représentant ou représentante d’établissement. Il sélectionne notamment les candidatures des appels à projets de résidence et d’activités collectives. Il est composé de sept membres rattachés à l’UQAM, dont son représentant ou sa représentante d’établissement (codirecteur, codirectrice), cinq cochercheurs ou cochercheuses et un étudiant ou une étudiante. Le codirecteur ou la codirectrice préside le comité. Le coordonnateur ou la coordonnatrice de l’établissement assume le rôle de secrétaire. Le codirecteur ou la codirectrice est nommé selon le Règlement n° 3 des procédures de désignation. Les cinq cochercheurs ou cochercheuses sont désignés lors de l’Assemblée générale par les membres rattachés à l’UQAM. L’étudiant ou l’étudiante est recruté par le comité après un appel à candidatures. Le comité se rencontre une fois par trimestre.


Éligibilité :

  • la personne candidate doit être inscrite à un programme des cycles supérieurs de l’UQAM
  • elle doit être sous la supervision et recommandée par un cochercheur ou une cocherheuse membre d’Hexagram (voir la liste suivante) affilié à l’UQAM


Documents à déposer :

  • une lettre de motivation d’une page mentionnant le ou la membre assurant la supervision
  • un curriculum vitae récent

Les documents doivent être envoyés à dubois.jean@uqam.ca avant le 26 octobre 2020 à 12:00 par le membre assurant la supervision avec son adresse de courriel normalisée de l’UQAM afin d’attester de son inscription et de sa recommandation.

Durée du mandat : de novembre 2020 à juin 2022 à condition que la personne soit inscrite à un programme des cycles supérieurs de l’UQAM durant cette période.


Rémunération : une allocation de 150 $ par réunion est versée à la personne représentant les étudiants.

Manuelle Freire
coordonnatrice générale
PhD Art Education, M.A.
coordination.hexagram@gmail.com
freire.manuelle@uqam.ca

HEXAGRAM.CA
Réseau de recherche-création en arts, cultures et technologies
Network for Research-Creation in Arts, Cultures and Technologies

Mémoire création de Karine Fournier. Libre-coudre ou les Repentirs du Coeur libre. Au CDEx, du 5 au 10 octobre

Heures d’ouverture : 5 – 9 octobre, de 12h à 17h. Le 10 octobre de 12h à 15h

Le vernissage a été annulé en fonction de l’annonce récente du gouvernement quant à la crise sanitaire.

Exposition de fin de maîtrise

À mesure que l’accident définit sa forme dans les hasards de la matière, à mesure que la main explore ce désastre, l’esprit s’éveille à son tour. Cet aménagement d’un monde chaotique tire ses effets les plus surprenants de matières apparemment peu faits pour l’art (…). (Focillon, 1934)

Libre-coudre ou les repentirs du cœur libre est l’aboutissement de mes quatre années à la maîtrise en Arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Il s’agit d’une installation textile élaborée en co-création avec une trentaine de participants issus du Centre des aînés de Pointe St-Charles et de l’école primaire Charles-Lemoyne dans le cadre du programme Éveil des arts du Centre des arts visuels, de novembre 2019 à mai 2020.

Dans ma recherche, les savoir-faire se font subvertir. Ils ne représentent pas des compétences acquises par l’expérience. Ils sont considérés comme la capacité de se mettre en « état » de faire. Afin de tailler une brèche dans la normalité des choses, je prône l’usage indiscipliné des textiles prenant, de manière lente et intuitive, des libertés avec l’espace, en rupture avec le réel.  Je mets en œuvre un cumul de petits gestes non-prémédités organisés sous l’angle du non-savoir. Ce processus constitue une réaction au rythme de la vie urbaine, un acte de résistance, de présence et de recueillement.

Libre-coudre ou les repentirs d’un cœur libre est la rencontre entre le geste, le matériau, l’introspection, et le travail du commun dans la spontanéité de ces petits points malhabiles et poétiques. C’est dans l’intangibilité de ces petits espaces-temps passé à coudre que je nous sens exister ensemble et occuper nos univers intérieurs.

En regard de la situation actuelle de pandémie mondiale, nous sommes obligés de revoir notre rapport au temps et aux autres. Le lâcher-prise que j’ai cultivé tout au long de mon projet de maîtrise s’est avéré un excellent allié pour faire face à la crise. J’ose espérer que ma recherche-création contribuera à la réflexion pour la suite du monde, un monde que je souhaite plus lent, plus chaleureux, apte à se réinventer.

CDEx – Université du Québec à Montréal, 405 rue Ste-Catherine / St-Denis, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R930

Appel à participation : Une image/une citation

La Maîtrise en arts visuels et médiatiques lance Une image / Une citation* , un projet évolutif qui consiste à diffuser une fois par jour, sur Instagram, une image OU une citation provenant de ses étudiant.e.s.qui sont dans leurs espaces respectifs de recherche-création ou de recherche-intervention (réflexif, physique et virtuel).

Ce projet vise à favoriser les rencontres de pensée et les échanges par une mise en commun des pratiques de chacun.e.

*Titre et forme du projet pourront changer au fur et à mesure de l’implication des étudiant.e.s.

Si vous êtes intéressé.e.s, envoyez votre contribution à
savoie.claire@uqam.ca
Une seule image OU une seule citation par envoi.

Dans votre message d’envoi, veuillez inclure : la «légende» et les mots-clics (hashtags) de votre choix, votre nom, ainsi que le nom de l’auteur.trice de votre citation (si pertinent).

UNE IMAGE

  • esquisse / ébauche
  • dessin de carnet
  • travail en cours
  • expérimentation
  • oeuvre finie
  • espace d’atelier
  • détails d’atelier
  • l’étudiant.e à l’oeuvre
  • l’étudiant.e dans l’atelier
  • mains de l’étudiant.e à l’oeuvre
  • carte conceptuelle
  • ou autres

Formats Instagram
carré : 1080 X 1080 px
portrait : 1080 X 1350 px
paysage : 1080 X 566 px

UNE CITATION

  • du carnet de notes
  • du journal de bord
  • d’un texte théorique
  • trouvaille/observation
  • réflexion
  • phrase tirée d’un mémoire (le vôtre?)
  • qui a retenu votre attention
  • pertinente pour vous en ce moment
  • ou autres

doit être brève et envoyée sous forme d’image (idéalement sur fond neutre)

Formats Instagram
carré : 1080 X 1080 px
portrait : 1080 X 1350 px
paysage : 1080 X 566 px

Encadrement offert pour les bourses CRSH et FRQSC

La Faculté des arts offre un service d’encadrement pour vous permettre d’optimiser votre dossier pour les bourses du CRSH et du FRQSC, à la maîtrise comme au doctorat.

Pour bénéficier de ce service, veuillez envoyer un courriel à :
Madame Fanie Demeule : demeule.fanie@uqam.ca

Ses heures de disponibilités : 9h à 17h, du lundi au vendredi

Dans votre courriel, veuillez lui indiquer :

  • Votre nom complet;
  • Votre code permanent;
  • Votre programme d’étude;
  • La bourse/les bourses pour laquelle/lesquelles vous postulez;
  • Toute autre information pouvant lui être utile.

Le travail de l’encadreuse consiste en un service :

  • De consultation individuelle autour de vos différents documents de demande(programme de recherche, bibliographie, contributions à la recherche);
  • De relecture commentée d’un seul ou de plusieurs de vos documents;
  • De réponse à vos questions ponctuelles à propos des bourses ou de la constitution de votre dossier de candidature

Son service ne couvre pas :

  • Les sites Internet des bourses. Elle ne sera donc pas en mesure de résoudre les problèmes de mise en ligne des dossiers. Si vous avez des questions à ce propos, un contact de soutien technique est indiqué sur chacun des sites des bourses.

Il est de la responsabilité de chaque étudiant.e de prendre connaissance des exigences particulières des bourses qui l’intéressent.

En raison des mesures sanitaires, les échanges se déroulent exclusivement à distance : par courriel, par téléphone ou par Zoom, selon la préférence de l’étudiant.e.

Calendrier des prochains dépôts

BOURSES DE MAÎTRISE
Organisme Date limite Lieu de dépôt
CRSH-CRSNG-IRSC 1er décembre 2020 En ligne
FRQNT 6 octobre 2020, 16h En ligne
FRQSC 7 octobre 2020, 16h En ligne
FRQS 15 octobre 2020, 16h30 En ligne

BOURSES DE DOCTORAT
Organisme Date limite Lieu de dépôt
FRQNT 2 octobre 2020, 16h En ligne
FRQSC 14 octobre 2020, 16h En ligne
FRQS 15 octobre 2020, 16h30 En ligne

Bourses UQAM

Emmanuelle Leduc-Bouchard
Agente de recherche et de planification
Faculté des arts
leduc-bouchard.emmanuelle@uqam.ca
514 987-3000, poste 1092

Mémoire création de Rémi Belliveau. Hier semble si loin / Chapitre 4 / Jean Dularge. Galerie UQAM.

Vernissage : jeudi 17 septembre, 17 h 30

18 septembre 2020 – 21 novembre 2020

« Quoi stu parles about d’une contribution?
Ça citte c’est ma contribution »
– Arthur Comeau

Le chansonnier acadien Jean Dularge n’a jamais été reconnu pour sa contribution à l’histoire du rock en Acadie. Son seul et unique 45 tours Viens voir l’Acadie / D’après une chanson de Bob Dylan a été pressé en 1967, mais celui-ci ne s’est jamais retrouvé chez le disquaire, faute d’une dispute de droits d’auteur. Pourtant, la majorité des Acadien·ne·s connaissent ses paroles : « viens voir l’Acadie / viens voir le pays », en raison d’une réécriture folk enregistrée par Donat Lacroix en 1974, par contre, peu sont celleux qui se souviennent de l’intention ironique et absurde, voire proto-psychédélique du texte original.

En collaboration étroite avec les Disques Acadisco, l’artiste acadien RÉMI BELLIVEAU nous présente le quatrième chapitre de son œuvre historiographique Hier semble si loin, dans lequel on rencontre pour la première fois des images inédites de Jean Dularge ainsi que des membres oubliés de son entourage comme le producteur Harry Trask, l’ingénieur du son Frank LeBlanc, la bassiste Flora Bourque et le pianiste Adam Savoie.

Les Rencontres du mercredi midi

Les étudiant.e.s du programme de maîtrise en arts visuels et médiatiques
(concentrations création, éducation et recherche intervention) sont chaleureusement invité.e.s aux Rencontres Zoom du mercredi midi. Ayant lieu aux deux semaines, celles-ci se veulent informelles et visent à garder le contact entre nous en ces temps de distanciation sanitaire, ainsi qu’à échanger et à répondre à vos questions. C’est aussi une façon de faire connaissance avec les visages des étudiant.e.s des diverses cohortes et de créer un esprit de communauté entre nous.

  • 9 septembre, de 10 h à 11h30*
  • 23 septembre, de 12h à 13h00
  • 7 octobre, de 12h à 13h00
  • 21 octobre, de 12h à 13h00
  • 4 novembre, de 12h à 13h00
  • 18 novembre, de 12h à 13h00
  • 2 décembre, de 12h à 13h00
  • 16 décembre, de 12h à 13h00

Le lien de la rencontre Zoom sera envoyé par courriel.

maitrise.arts.visuels@uqam.ca

*Noter que seule la rencontre du 9 septembre aura lieu à 10h, les autres seront toujours de 12h à 13h.

Lancement de la 8e édition de la Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier

Date limite pour déposer la candidature : le 20 novembre 2020.

Détails et formulaire de candidature à cette adresse : https://philanthropie.fondationbombardier.ca/fr/soumettre-une-demande/bourse-arts-visuels-yvonnelbombardier/

La Fondation J. Armand Bombardier et le Centre culturel Yvonne L. Bombardier sont fiers de lancer pour une 8e année la Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier.

L’équipe de la Fondation est soucieuse de s’ajuster constamment aux réalités changeantes. Cette année, elle invite les participants à soumettre leur formulaire de candidature dans un premier temps. Sur la réception du formulaire complété, la FJAB fera suivre un lien personnalisé à chaque candidat qui sera alors en mesure de déposer la documentation requise pour l’étude de son dossier.

Pour toute question, nous vous invitons à communiquer avec Martine Richard au (514) 876-4555, poste #60 ou m.richard@fjab.qc.ca

Charges de cours annuelles offertes aux étudiant.e.s du programme – trimestre hiver 2021

CHARGES DE COURS ANNUELLES OFFERTES AUX ÉTUDIANTS-ES DE 2E ANNÉE DU PROGRAMME DE MAÎTRISE EN ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES, EAVM-UQAM – TRIMESTRE DE L’HIVER 2021

ACHEMINER VOTRE DOSSIER À maitrise.arts.visuels@uqam.ca (AINSI QU’À VOTRE DIRECTION DE RECHERCHE) AU PLUS TARD LE 9 SEPTEMBRE 2019 À 16H00

Dans le but de fournir à la fois une aide financière et une expertise à nos étudiants-es, l’Assemblée des professeurs de l’École des arts visuels et médiatiques, au trimestre de l’automne et de l’hiver, utilise la clause 10.02 de la convention collective des chargés-es de cours de l’UQÀM (clause réserve) afin d’offrir aux étudiants-es du programme quelques charges de cours annuellement au niveau du programme de Certificat en arts visuels de l’ÉAVM (1er cycle).


Les candidat-e(s) devront :

  • avoir complété avec succès 4 trimestres de notre programme à la fin du trimestre d’automne;
  • consulter leur direction de recherche;
  • consulter le plan de cours type disponible à l’École des arts visuels et médiatiques


Nous demandons aux intéressés-es de transmettre par courriel à maitrise.arts.visuels@uqam.ca :

  • un curriculum vitae à jour,
  • un texte précisant vos champs de compétence par rapport aux cours offerts (voir annexe),
  • un dossier visuel faisant état de vos compétences en regard de chacun des cours choisis,
  • un court texte faisant état de votre approche pédagogique pour chacun des cours choisis,
  • une ébauche de plan de cours pour chacun des cours choisis,
  • ainsi que votre implication dans les diverses activités de la maîtrise que le comité de sélection prendra également en considération.


ADDENDA : en retenant, par exemple, tous les cours autorisés et pouvant être dispensés au programme de Certificat, votre dossier visuel doit démontrer clairement une expertise dans tous les domaines visés.
Tous les cours mentionnés ci-après ne sont pas nécessairement disponibles chaque trimestre.


ACHEMINER VOTRE DOSSIER À maitrise.arts.visuels@uqam.ca (AINSI QU’À VOTRE DIRECTION DE RECHERCHE) AU PLUS TARD LE 9 SEPTEMBRE 2019 À 16H00


Recommandations et exigences : voir document


Appel à communications. Devenir l’oeuvre – Pratiques de chosification des corps dans les expositions et les musées

Appel à communications pour le colloque.

DEVENIR L’OEUVRE PRATIQUES DE CHOSIFICATION DES CORPS DANS LES EXPOSITIONS ET LES MUSÉES

Dans le cadre des activités du groupe de recherche Origine et actualité du devenir objet du sujet : se recréer au musée, dans les expositions Chercheure principale : Mélanie Boucher (UQO) ; Cochercheur.e.s : Anne Bénichou (UQAM) et Éric Langlois (UQO)

Université du Québec en Outaouais (UQO), Gatineau Vendredi 21 et samedi 22 mai 2021

En cette période pandémique de notre histoire, qui lie à des restrictions physiques sans précédent un accès illimité de l’Internet, la population semble entretenir un intérêt singulier à personnifier les canons de l’histoire de l’art et à publier les résultats de leurs expérimentations sur les réseaux sociaux (GUNTHERT 2015, LANGLOIS 2015). Les musées, qui ont dû fermer leurs portes, entretiennent également sur ces réseaux ces modalités d’appropriation des oeuvres qui opèrent par la reconnaissance de soi dans une production du passé. Mais avant cette période qu’il faut espérer brève de pandémie, les musées alimentaient déjà depuis peu la fascination populaire à s’imaginer en tant qu’oeuvre, comme en témoigne leur plus grande ouverture envers la prise de photographies en salles par les visiteurs (CHAUMIER, KREBS & ROUSTAN 2013) et les activités de médiation et de marketing qui les invitent surtout à s’approprier les collections (CIÉCO). À cet intérêt présentiste (HARTOG 2003) dont témoignent les musées et les publics pour l’oeuvre d’art et plus globalement pour le patrimoine matériel, s’ajoute celui de l’artiste qui depuis le nouveau millénaire initie avec plus d’insistance des performances dans les musées ou en les prenant pour sujet, en revisitant bien souvent des oeuvres d’art ancien (BÉNICHOU 2015, BISHOP 2012, BOUCHER 2017). Si depuis cinq ou dix ans ces pratiques populaires et artistiques d’identification et de reprise semblent s’être amplifiées, la visibilité publique dont elles jouissent y joue un rôle (HEINICH 2012). La reconnaissance de la diversité culturelle et de genre a aussi un impact sur les usages rattachés aux oeuvres du passé, une reconnaissance qui contribue en outre à poser des regards critiques sur l’exclusion. Ces usages peuvent aider à révéler les spécificités ainsi que les différences qui marquent les groupes et les individus. La plus grande inclusivité à laquelle les musées sensibles aux revendications sociales veulent parvenir (BARRÈRE & MAIRESSE 2015) se manifeste ainsi aussi à leur façon d’inviter les publics et les artistes à « prendre possession » de leurs oeuvres pour les faire leurs.

Ces initiatives ne sont toutefois pas le seul produit de notre époque et les techniques du corps qu’elles requièrent se sont expérimentées au-dehors de la technologie, dans des contextes et des périodes parfois très éloignés des nôtres (BOUCHER 2017, BOUCHER & CONTOGOURIS 2019, BREDEKAMP 2010, RAMOS 2014, VOUILLOUX 2002). L’être humain se reconnait depuis un passé lointain dans l’oeuvre d’art et les exemples d’identification à l’objet matériel ont été formulés depuis longtemps, au moins depuis les récits mythologiques antiques. En outre, de premières démonstrations muséales du genre peuvent être retracées dans le contexte révolutionnaire de l’ouverture aux publics (BENNET 1995) par le Musée du Louvre et les événements qui se déployaient dans son enceinte. L’exposition coloniale popularisée dans les expositions universelles ainsi que les présentoirs issus des divertissements populaires et développés avec ces premières planétaires (BOUCHER & PARÉ 2015, MONTPETIT 1996), ont également contribué à l’intervertissement du vivant et de l’inanimé, qui mène à se chosifier ainsi qu’à chosifier autrui. S’ils s’observent jusqu’à nos jours, tout particulièrement dans les manifestations artistiques, culturelles et sociales, les développements technologiques qui les facilitent sont ainsi venus multiplier les possibilités d’exercices et de résultats en plus d’accroitre le coefficient de visibilité. Mises en scènes qui sont numériquement capturées et partagées relancent conséquemment les pratiques historiques, qui en retour aident à prendre un certain recul sur l’actualité.

Que comprendre donc de tous ces corps d’hier et d’aujourd’hui qui s’exposent dans, avec ou à la place des oeuvres ? Et des images, et des récits qui en témoignent ? Leurs postures relèvent-elles d’un désir d’identification et d’appropriation, de préservation ou au contraire de vivification et de critique, ou de simple ludisme ? En quoi nous obligent-elles à revoir la dialectique qui unit le sujet à l’objet et qui unit entre eux les groupes sociaux ainsi que les singularités ? Ce colloque ambitionne d’apporter des réponses à ces questions en s’attardant aux dispositifs expographiques élaborés par les artistes et les musées ainsi qu’appropriés par les publics à travers les époques. À partir de cas d’espèces et exemplaires, il s’agira, par exemple, d’envisager l’apport du tableau vivant, du miroir, du diorama et du zoo, de la reconstitution, du reenactment, de la performance et de la chorégraphie, de la captation analogique et numérique, de l’égoportrait, des applications mobiles ou des plates-formes de diffusion sur les pratiques, leur évolution et leur agentivité. En somme, ce colloque envisage de revoir certains fondements du musée et de la pratique expographique afin d’y inclure une réflexion ontologique sur la préservation et la représentation de la personne.

Nous invitons les chercheur.e.s, les professionnel.le.s de musées et les artistes à soumettre une proposition de communication, de conférence-performance ou de performance qui pourra être présentée en direct ou en différé, dans le cadre d’un colloque conçu pour être diffusé en ligne.

Les propositions devront inclure :

  • Un titre (de 150 caractères maximum, espaces comprises);
  • Un résumé (de 100 à 150 mots maximum);
  • Une notice biographique (de 100 à 150 mots maximum).

Les propositions sont à transmettre à Jessica Minier < minj11@uqo.ca > avant le 25 septembre 2020.

La contribution en personne des participant.e.s et l’accueil en salle d’un auditoire seront déterminés à l’automne-hiver 2020-2021, dans le respect des mesures de distanciation sociale.

RÉFÉRENCES

  • BARRÈRE & MAIRESSE 2015 –BARRÈRE, Anne, François Mairesse Dir., L’inclusion sociale : les enjeux de la culture et de l’éducation, Paris, L’Harmattan, coll. « Les cahiers de la médiation culturelle », 2015, 164 p.
  • BÉNICHOU 2015 – BÉNICHOU, Anne Dir., Recréer/scripter : mémoires et transmissions des oeuvres performatives et chorégraphiques contemporaines, Dijon, Les Presses du Réel, coll. : « Nouvelles scènes », 2015, 525 p.
  • BENNETT 1995 – BENNETT, Tony, The Birth of the Museum: History, Theory, Politics, Londres et New York, Routledge, 1995, 278 p.
  • BISHOP 2012 – BISHOP, Claire, Artificial Hells: Participatory Art and the Politics of Spectatorship, London et New York, Verso, 2012, 382 p. BOUCHER & PARÉ 2015 –
  • BOUCHER, Mélanie, André-Louis Paré Dir., dossier « Diorama », Espace art actuel : Pratiques et perspectives, hiver 2015, 128 p. BOUCHER 2017 – BOUCHER, Mélanie, « Pour une histoire du corps muséifié », Cultures et musées, dossier « Conserver et transmettre la performance artistique » (sous la direction de Jean-Marc Leveratto), no 29, 2007, p. 81-96.
  • BOUCHER & CONTOGOURIS 2019 – BOUCHER, Mélanie, Ersy Contogouris Dir., dossier « Stay Still : histoire, actualité et pratique du tableau vivant », La revue de l’Association d’art des universités du Canada (RACAR), vol. 44, no 2, 2019, 214 p.
  • BREDEKAMP 2010 – BREDEKAMP, Horst, Théorie de l’acte d’image, Paris, Éditions de la découverte, coll. : « Politique et société », 2010 (2015), 376 p.
  • CHAUMIER, KREBS & ROUSTAN 2013 – CHAUMIER, Serge, Anne Krebs, Mélanie Roustan Dir., Visiteurs photographes au musée, Paris, La Documentation française, coll. : « Musées-Mondes », 2013, 317 p. CIÉCO – Groupe de recherche et réflexion
  • CIÉCO : Collections et impératif évènementiel/The Convulsive Collections, Les collections muséales face à l’impératif évènementiel, consulté le 15 juin 2020, repéré à http://cieco.umontreal.ca/
  • GUNTHERT 2015 – GUNTHERT, André, « La consécration du selfie », Études photographiques, dossier « Interroger le genre / Retour sur l’amateur / Personnage de l’histoire », no 32, 2015, repéré à https://journals.openedition.org/etudesphotographiques/3529?lang=en
  • HARTOG 2003 –HARTOG, François, Régimes d’historicité : Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2003, 262 p.
  • HEINICH 2012 – HEINICH, Nathalie, De la visibilité : Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, 2012, 593 p. LANGLOIS 2015 –
  • LANGLOIS, Éric, « La cybermuséologie et ses nouveaux objets culturels : mise en contexte et études de cas », Muséologies, Les cahiers d’études supérieures, vol. 7, no 2, 2015, p. 73-93.
  • MONTPETIT 1996 – MONTPETIT, Raymond, « Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique », Publics et Musées, no 9, 1996, p. 63-82.
  • RAMOS 2014 – RAMOS, Julie, avec la collaboration de Léonard Pouy Dir., Le tableau vivant ou l’image performée, Paris, Institut national d’histoire de l’art et Mare & Marin, 2014, 366 p.
  • VOUILLOUX 2002 – VOUILLOUX, Bernard, Le tableau vivant. Phryné, l’orateur et le peintre, Paris, Flammarion, coll. : « idées et recherches », 2002, 477 p.

Nouvelle bande dessinée d’Audrey Beaulé : La Vingt.

Audrey Beaulé présente sa toute nouvelle bande dessinée LA VINGT, (Mécanique générale – éditions) en librairie le 11 août 2020. Cette sortie arrive juste à temps pour la journée «J’achète un livre québécois»! 

*** La Vingt est la traversée intérieure d’une jeune femme dans la vingtaine qui se fait avaler par ses horizons, par les choix possibles, alors que tout lui échappe. En se laissant porter par ses habitudes de covoiturage sur la Transcanadienne, un songe sur le début de sa vie d’adulte s’initie. Ce récit d’apprentissage propose une réflexion sur la famille, l’amitié, l’orientation sexuelle, l’exode vers les grandes villes, la notion de réussite et la santé mentale à l’université. La bande dessinée d’Audrey Beaulé est un hymne à vivre de la manière dont on l’entend, en acceptant sa propre géographie et ses incertitudes. 

***  Audrey Beaulé vit à Montréal. Son travail artistique oscille entre le design graphique, les arts visuels, l’écriture, les collaborations et maintenant la bande dessinée. Il est guidé par les questions de l’agentivité, de l’émancipation et de ce qui mérite d’être dit, qui l’intéressent dans ses recherches comme dans sa vie. Elle croit en l’interdisciplinarité et affectionne particulièrement l’amitié, le partage de repas, faire de la route, les théories féministes et queer, les livres et le karaoké.

Heidi Barkun, lauréate 2020 de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain

« C’est un immense honneur de me retrouver parmi tous les artistes québécois qui ont été soutenus par la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain au cours de la dernière décennie. Dans ce moment de grande incertitude mondiale, j’aimerais exprimer ma gratitude pour la reconnaissance artistique ainsi que la stabilité financière offerte par cette bourse », affirme la lauréate Heidi Barkun.

« Je remercie mon directeur de recherche, Michael Blum, qui m’a aidé à m’épanouir pendant ma maîtrise à l’UQAM ; l’Institut des recherches et d’études féministes pour m’avoir ouvert les horizons théoriques ; tous les professeures, les professeurs, les techniciennes et les techniciens qui m’ont guidé en cours de route ; et les 27 participantes de l’œuvre LET’S GET YOU PREGNANT! pour leur courage et leur partage. Ma recherche de maîtrise explore l’expérience de l’échec de la fécondation in vitro dans une société pronataliste. Avec l’appui de la Bourse Bronfman, je pourrai poursuivre ma démarche d’art engagé qui valorise d’autres vécus dont on entend peu parler », précise Heidi Barkun.

Vue partielle d’exposition, LET’S GET YOU PREGNANT! par Heidi Barkun, 2020.

Lauréats antérieurs

À ce jour, 22 artistes d’exception se sont vu remettre la Bourse. Les lauréats antérieurs sont :

2019: Céline Huyguebaert (UQAM) and Madeleine Mayo (Concordia)
2018: Frédérique Laliberté (Concordia) and Émilie Serri (UQAM)
2017: Andréanne Abbondanza (Concordia) and Martin Leduc (UQAM)
2016: Yannick Desranleau (Concordia) and Guillaume Adjutor Provost (UQAM)
2015: Velibor Božović (Concordia) and Myriam Jacob-Allard (UQAM)
2014: Marie Dauverné (UQAM) and Brendan Flanagan (Concordia)
2013: Nadia Seboussi (UQAM) and Kim Waldron (Concordia)
2012: Sébastien Cliche (UQAM) and Julie Favreau (Concordia)
2011: Aude Moreau (UQAM) and Pavitra Wickramasinghe (Concordia)
2010: Steven Bates (Concordia) and Véronique Savard (UQAM)


À propos de la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman

La Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman est un organisme de bienfaisance qui aspire à créer et à innover à l’échelle locale, nationale et internationale en mettant l’accent sur Montréal.

Appel à projets d’exposition pour 2021-2022 – Galerie de l’UQAM, date limite 16 août


À l’intention des finissant·e·s de la maitrise en arts visuels et médiatiques, UQAM
Saison 2021-2022
Date limite : 16 aout 2020, 23 h 59



DOCUMENTS À FOURNIR


Formulaire SOUMISSION DE PROJET

  • Dûment rempli
  • Signé par la direction de recherche
  • En format .pdf nommé ainsi : NomDeFamille_Formulaire.pdf
  • lien pour le formulaire


Description du projet d’exposition (voir détails plus loin)

  • 500 mots maximum pour le développement du projet
  • Joindre une liste descriptive du matériel visuel(numéro, Titre, année, dimensions / durée, médium / technique)
  • En format .pdf nommé ainsi : NomDeFamille_Projet.pdf

Matériel visuel

  • 10 à 15 images, format .jpg, maximum 5 Mo chacune
  • 1 à 3 extraits vidéo, format .mov ou .mp4, totalisant 10 min maximum
  • Si vous souhaitez réaliser une maquette, vous pouvez la déposeraux bureaux de la Galerie de l’UQAM, local J-R205 (lundi – vendredi,9 h – 17 h). Vous pourrez la récupérer suite à l’évaluation desdemandes.


Matériel d’appui

  • Joindre en un .pdf nommé ainsi : NomDeFamille_Appui.pdf
  • CV d’artiste (3 pages maximum)
  • Dossier de presse (facultatif, 15 pages maximum)

Catalogue(s) (facultatif)

  • Version .pdf : joindre au document Matériel d’appui
  • Version papier : déposer aux bureaux de la Galerie de l’UQAM, local J-R205 (lundi – vendredi, 9 h – 17 h). Vous pourrez les récupérer suite à l’évaluation des demandes.

DÉPÔT

Faire parvenir les documents listés ci-dessus par WeTransfer, en un seul envoi
Anne Philippon, conservatrice adjointe à la Galerie de l’UQAM
philippon.anne@uqam.ca
Date limite : 16 aout 2020, 23 h 59


SOUMETTRE UN PROJET D’EXPOSITION À LA GALERIE DE L’UQAM

La Galerie de l’UQAM reçoit exclusivement les dossiers d’exposition
des étudiant·e·s inscrit·e·s à la maitrise en arts visuels et médiatiques
de l’UQAM. Pour avoir la possibilité d’appliquer à nouveau à l’appel de
dossiers de la Galerie, les étudiant·e·s ayant déjà présenté un projet ne
doivent pas avoir essuyé plus d’un refus.


La programmation est établie au moins 12 mois à l’avance et deux à
quatre plages horaires sont réservées annuellement pour les
expositions de fin de maitrise. Tous les projets déposés sont soumis
au comité de sélection des expositions de la Galerie de l’UQAM,
composé de professeur·e·s de l’UQAM et de professionnel·le·s du
milieu de l’art. Le comité se réunit de deux à trois fois l’an et se
prononce sur les projets soumis.


NOTE IMPORTANTE

Lorsque la Galerie de l’UQAM prête son espace à l’École des arts
visuels et médiatiques pour la présentation des expositions des
étudiant·e·s de la maitrise, elle ne dispose d’aucun budget pour ce
faire. Les expositions régulières de la Galerie de l’UQAM sont financées
grâce à des subventions du Conseil des arts du Canada et du Conseil
des arts et des lettres du Québec. Ces organismes n’offrent pas de
subventions pour les expositions étudiantes, ce qui explique pourquoi
la Galerie ne peut offrir de cachet d’exposition, spécialement dans le
contexte où les étudiant·e·s reçoivent des crédits pour leurs travaux de
maitrise. Les étudiant·e·s doivent s’adresser à l’École des arts visuels
et médiatiques à ce propos.


La Galerie défraie malgré tout, à même son modeste budget d’opération, plusieurs coûts :

  • logistique et technique (mise en état de la salle, aide à l’installationet à l’éclairage, lettrage, etc.) ;
  • promotion (révision et mise en forme des textes et communiquésde presse, constitution des dossiers de presse, relations de presse, invitation électronique et infolettres, promotion via les réseaux sociaux, intégration aux publicités de la Galerie, tournage d’un parcours vidéo et d’une bande annonce, etc.) ;
  • médiation (organisation de la présentation d’artiste, visites de groupes scolaires et communautaires, etc.).

MODALITÉS DANS LE CAS D’UNE PROPOSITION RETENUE

Lorsqu’une décision du comité de sélection est favorable, les dates disponibles au calendrier d’exposition de la Galerie de l’UQAM sont proposées à l’étudiant·e retenu·e. L’étudiant.e dont le projet est retenu est producteur·trice de sa propre exposition, conjointement avec l’École des arts visuels et médiatiques. Par ailleurs, la directrice ou le directeur de recherche est appelé·e à jouer un important rôle d’encadrement auprès de l’étudiant·e. Dans le cadre de l’exposition, la Galerie organise une présentation publique d’artiste au cours de laquelle l’étudiant·e fait état de sa démarche et de ses recherches à la maitrise.

ÉLÉMENTS PRIS EN CHARGE PAR L’ÉTUDIANT·E

  • Rédaction de différents textes descriptifs de l’exposition :
    • 150 mots pour l’annonce de la programmation annuelle •
    • 250 mots pour le texte au mur
  • Rédaction du communiqué de presse et de la notice biographique
  • Traduction professionnelle du communiqué de presse vers l’anglais (si désiré)
  • Sélection d’images pour la promotion de l’exposition
  • Équipement technique
  • Montage et démontage
  • Transport des oeuvres

ÉLÉMENTS PRIS EN CHARGE PAR LA GALERIE DE L’UQAM

  • Révision des textes et communiqués
  • Relations de presse et promotion de l’exposition
  • Conseils techniques
  • Assistance technique lors du montage, notamment pour l’éclairage
  • Identification de l’exposition et des oeuvres présentées (lettrage, cartels, etc.)
  • Prêt d’équipement muséal lorsque disponible (socles, cimaises, etc.)
  • Documentation photo et vidéo de l’exposition

DÉTAILS SUR LA DESCRIPTION DE PROJET

La description du projet est la partie la plus importante du dépôt. C’est grâce à elle que le comité de sélection pourra juger de la pertinence et de la qualité artistique de votre projet d’exposition.

  • Explicitez le thème de votre travail et le cadre de votre recherche ;
  • Précisez vos objectifs ;
  • Replacez ce projet dans le contexte général de votre pratique ;
  • Décrivez brièvement l’oeuvre ou les oeuvres à exposer.

CONSEILS POUR LA RÉDACTION

Le comité de sélection s’intéresse aux aspects de la recherche, de l’innovation et de l’ouverture de nouvelles questions au coeur de votre pratique. Pensez à mettre ces éléments à l’avant-plan lors de la rédaction.

  • Établir et définir avec précision la problématique de la recherche-création ;
  • Exprimer en quoi la recherche-création proposée amène le travail ailleurs que dans votre pratique régulière. Ce point est encore plus crucial pour les artistes ayant réalisé plusieurs expositions par le passé ;
  • Souligner la part de risque et d’expérimentation dans le projet ;
  • Démontrer l’adéquation entre la recherche, les éléments produits et la forme privilégiée pour leur exposition ;
  • S’assurer que le travail n’a pas été ou ne sera pas présenté ailleurs, car l’exposition de maitrise doit impliquer une piste d’expérimentation nouvelle et comporter du travail inédit.

Pour toutes questions, veuillez contacter : Anne Philippon, Conservatrice adjointe, Galerie de l’UQAM philippon.anne@uqam.ca (514) 987-3000 p. 1424





Soutien aux étudiant-es en art des cycles supérieurs : Offre de service des Bibliothèques – Été 20

Adèle Flannery, bibliothécaire attitrée aux Arts visuels et médiatiques du Service des bibliothèques, transmet ce message aux étudiants à la maîtrise en arts visuels et médiatiques :

L’offre de service à distance du Service des bibliothèques pour l’été 2020

Les choses évoluent chaque semaine, il est donc recommandé de vérifier votre courriel ou le site des bibliothèques régulièrement.

Aide à l’usager


Le service de clavardage offre la possibilité d’avoir une réponse immédiate à une question simple. Présentement offert du lundi au vendredi (10h-18h), l’horaire sera réduit après le 24 juin (lundi-jeudi 12-17h). Le service est disponible depuis le site des bibliothèques (l’onglet bleu à droite sur l’écran).

Référence avancée


Je peux vous accompagner dans la révision de vos stratégies de recherche et les adapter pour la recherche de livres ou périodiques électroniques. Plusieurs ressources sont déjà regroupées dans le Guide par sujet : Arts visuels et médiatiques.

Monitorat aux cycles supérieurs


Je suis disponible pour vous accompagner dans votre processus de recherche et d’exploitation de la documentation, à l’utilisation du Guide de présentation des mémoires et des thèses ou à l’utilisation d’un logiciel de gestion bibliographique, par courriel, Teams ou Zoom. En complément, plusieurs contenus (PDFs) de formations normalement données en bibliothèques sont maintenant en ligne et d’autres seront données au cours de l’été en format webinaire (notamment une formation Zotero sera offerte le 16 juin).

Suggestion d’achat


Les étudiant-es des cycles supérieurs sont invité-es à suggérer l’achat de documents papier ou électronique en tout temps, soit par le formulaire en ligne ou en m’envoyant un courriel directement.

Afin de rendre le processus d’acquisition des livres électroniques plus simple, voici quelques informations qui peuvent vous aider à déterminer si un livre électronique peut être acheté par les Bibliothèques, ou non. À présent, ce ne sont pas toutes les maisons d’édition qui rendent possible l’achat de leur catalogue en format électronique par les bibliothèques universitaires. Voici une brève liste qui illustre le phénomène :

Maisons d’édition possibles à acheter en format électronique (parmi celles-ci, de la documentation intéressante existe en art) :
Bloomsbury
Oxford
Springer
Sage
Intellect
Brill
Wiley
Routledge
Presses universitaires anglophones (par exemple, MIT, Cambridge, Univ of Chicago, Univ of Minnesota, Univ of Texas, etc.)
Etc.

Documents électroniques difficiles à acheter (ou impossible) pour une bibliothèque universitaire :
Maisons d’éditions qui publient en français (Québec, France, etc.), car ils ont peu de livres électroniques
Epub
PDF (dépend de la licence offerte)
Kindle
Etc.

Demande de Prêt-entre-bibliothèque


Les demandes de PEB pour des articles de revues ou chapitre de livres sont toujours acceptées, sauf qu’on doit s’attendre à des délais imprévisibles puisque les équipes de toutes les bibliothèques en Amérique du Nord sont encore en confinement, ou en ouverture graduelle.

Frais de retard + retour de documents


Aucuns frais de retard ne seront portés à votre dossier à partir du 14 mars 2020, et ce jusqu’au 30 septembre. Ignorez tous messages automatiques que vous recevez pendant cette période. Vous pouvez rapporter des documents empruntés aux bibliothèques. Deux chutes mobiles sont installées au pavillon des Sciences de la gestion (R) situé au 315, rue Sainte-Catherine Est. Les chutes sont ouvertes uniquement du lundi au jeudi, entre 10 h et 16 h.

En cas de doute, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions.

Un message similaire sera envoyé pour l’automne 2020 plus tard cet été.

Bonne journée!

Adèle
flannery.adele@uqam.ca

Adèle Flannery
Bibliothécaire Design | Arts visuels et médiatiques
Service des bibliothèques

Mentorat en ligne pour les étudiant.e.s en arts visuels et médiatiques

La Faculté des arts s’associe à la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman ainsi qu’à la Faculté des beaux-arts de Concordia pour lancer un projet pilote de mentorat en ligne. Cette nouvelle plateforme a pour but de permettre l’accompagnement des étudiant.e.s artistes dans le lancement de leur carrière ou dans la consolidation de leur pratique.

À propos du projet :

  • Sessions de 30 min ou 1h
  • Les rencontres se font de manière virtuelle par le biais de notre plateforme en ligne.
  • Les rencontres sont gratuites pour les étudiant.e.s en arts visuels et médiatiques de l’UQAM ( baccalauréat, maîtrise et doctorat en études et pratiques des arts)
  • Les places sont limitées et dépendent des disponibilités des mentors
  • Projet pilote de juin à octobre 2020.

CRÉEZ VOTRE PROFIL ET ÉCHANGEZ AVEC VOTRE MENTOR

Pour pouvoir participer à ce projet, vous devez créer votre profil sur la plateforme de mentorat et indiquer le ou les domaines sur lesquels vous souhaitez être conseillé.e. Des mentors vous seront alors automatiquement proposés.

Découvrir les mentors

COVID-19 : informations pour nos étudiant.e.s (mise à jour du 15 mai)

Pour les étudiant.e.s de la Maîtrise en arts visuels et médiatiques – Concentrations création et éducation

Continuons à joindre nos efforts pour lutter contre la pandémie!

Dernière mise à jour : 15 mai. Les contenus de cette page sont colligés expressément pour vous et sont bonifiés au fur et à mesure des informations reçues de la Direction de l’UQAM. Celles-ci se veulent en conformité avec les consignes gouvernementales qui limitent les sorties extérieures à l’essentiel et favorisent le confinement intérieur afin de prévenir la propagation du virus.

Pour tous commentaires ou questions spécifiques à notre programme, n’hésitez pas à nous écrire à maitrise.arts.visuels@uqam.ca

Information du 15 mai

UN TRIMESTRE D’AUTOMNE MAJORITAIREMENT EN LIGNE ET À DISTANCE

Certaines activités de formation pourront se dérouler en présentiel si elles ne peuvent être offertes autrement.

  • Tous les séminaires théoriques de la maîtrise se donneront à distance
  • Cours Atelier de création I : des réponses sont attendues quant à la possibilité que le cours puisse se donner en mode hybride (présentiel et à distance)
  • Des réponses sont aussi attendues quant à l’accès aux ateliers individuels des étudiant.e.s.
  • Des équipes de travail sont en train d’évaluer la possibilité d’ouvrir certains ateliers techniques spécialisés. Des informations suivront.

Pour plus d’informations, voir le bulletin de l’UQAM

Ou consulter cette section pour répondre à vos questions.

COVID-19 –Information et consignes

Un sondage auprès des étudiants

En vue de mieux préparer la rentrée, l’Université souhaite connaître les préoccupations des étudiants face au trimestre d’automne. Les étudiantes et les étudiants sont invités à répondre à un sondage éclair d’ici le 22 mai prochain. Leurs points de vue serviront à alimenter la réflexion de la Direction au fil des prochaines semaines.

Pour plus d’informations à propos du trimestre d’automne : https://www.actualites.uqam.ca/2020/trimestre-automne-majoritairement-en-ligne-et-distance?utm_campaign=UQAMHEBDO&utm_medium=email&utm_source=20mai2020

_________________

Information du 7 mai

Courriels des techniciens – support pour vos travaux théoriques et pratiques

Bibliothécaire : Adèle Flannery : flannery.adele@uqam.ca

Techniciens – travaux pratiques pour le trimestre d’été

  • André Girard -technicien à l’atelier de robotique : girard.andre@uqam.ca
  • Danny Glaude – technicien à l’atelier en résines et plastiques : glande.danny@uqam.ca
  • Janie Julien-Fort – technicienne à l’atelier photo : julien-fort.janie@uqam.ca
  • 1er Sophie Brousseau – apparitrice : brousseau.sophie@uqam.ca
  • 2e Gérard Lamoureux – appariteur : lamoureux.gerard@uqam.ca

____________________________________________________

Information du 14 avril

Poursuite du trimestre d’hiver – un outil pour vous aider à décider

Voici un arbre décisionnel des cheminements possibles pour le trimestre d’hiver 2020 pour vous aider à prendre des décisions éclairées quant à la poursuite du trimestre (aussi mis en ligne sur la FAQ du site Info coronavirus)

________________________________________________________

Information du 8 avril

Trimestre d’été reporté au 4 mai 2020 (mise à jour du 7 avril)

Les cours du trimestre d’été, offerts exclusivement en ligne, débuteront le 4 mai. Ils se termineront le 23 juin (période intensive) ou le 14 août (période régulière). La date du début des inscriptions vous sera communiquée sous peu. Ce sera possible de vous inscrire jusqu’au 8 mai, date limite pour modifier ou annuler un cours sans facturation.

Le calendrier universitaire 2020-2021 modifié est disponible sur le site du Registrariat.

___________________________________________________________________

AUTRES INFORMATIONS UTILES

Questions d’ordre administratif

Pour ce qui est relatif au traitement par le Registrariat (cas hors échéance, changement de régime d’études, etc.) : en ce moment, elles prendront plus de temps à être traitées, le personnel n’étant pas sur place pour lire ou remplir des formulaires papier, par exemple. Sachez que vos demandes sont toutefois archivées, nous y reviendrons au besoin.

Traitement de vos demandes au SCAE (mise à jour du 6 avril)

Dépôt de sujet de recherche, dépôt de mémoire, demandes de prolongation ou d’absence, etc. Il est prévu que l’université mette en place les moyens nécessaires pour faire le dépôt électronique des mémoires. La date limite pour le dépôt est maintenant le 15 juin. Les autres types de demande pourront être acheminés à : maitrise.arts.visuels@uqam.ca. Vous trouverez les documents requis sur le site de la maitrise à https://eavm-m.uqam.ca/etudiants/formulaires/

________________________________________________________________________

Modalités de poursuite de la présente session

Soutien technique pour vos travaux

Les technicien.ne.s pourront donner du support en mode télétravail ou par courriel, dans le cadre du cours Atelier de création II ou de vos pratiques artistiques respectives. Vous pourrez les contacter selon vos besoins. Veuillez prendre en considération que certain.e.s ont des enfants ou d’autres conditions qui limitent leur temps d’intervention. Merci d’être indulgent.e.s et patient.e.s!

Suite Adobe

Pour aider les étudiants en ce temps de crise, Adobe a permis le téléchargement des logiciels aux étudiants et enseignants des cours qui utilisent la suite Adobe CC dans nos laboratoires informatiques. Pour ce faire : Voir pdf

Si vous n’avez pas d’ordinateur, ou si votre ordi n’est pas adéquat, ou si vous n’avez pas d’accès au web

N’hésitez pas à contacter vos enseignant.e.s pour les en informer en vue d’une solution acceptable, dans la mesure du possible.

Rappel  : personne n’est autorisé à entrer sur les lieux de l’université depuis la fermeture sans une permission spéciale venant des instances administratives. L’accès aux ateliers de la maitrise n’est donc pas autorisé.

Cases/vestiaires et récupération des effets personnels

Pour les casiers et vestiaires, merci de vous adresser au service de sécurité ou/et au service à la vie étudiante si ce sont les casiers loués avec eux. Ils pourront mieux vous répondre. De notre côté, nous savons que personne n’est autorisé à entrer sur les lieux de l’université depuis la fermeture sans permission spéciale venant de ces instances.

Projets/œuvres dans les locaux et ateliers (du 5e au 7e étage) : En ce qui a trait à vos travaux, ils sont en sécurité dans les locaux. Nous vous ferons part des directives une fois statuées.

________________________________________________________________________

AUTRES INFORMATIONS

Selon vos besoins (cours en ligne, mention «Incomplet» OU abandon)

Pour terminer le trimestre, les cours se feront en ligne, ou selon des modes d’apprentissage alternatifs. Vous pourrez, si vous le pouvez, terminer dans les temps. Si vous souhaitez bénéficier d’un délai pour la remise de vos travaux, vous pourrez vous prévaloir de la mention « incomplet » pouvant aller jusqu’au début septembre. Si vous préférez abandonner un ou des cours – et ce sans mention d’échec – pour mieux revenir à l’automne, vous pourrez en faire la demande l’abandon, en écrivant à maitrise.arts.visuels@uqam.ca. L’ensemble de ces dispositions se trouve sur le site Web suivant :https://covid19.uqam.ca/faq/

Notation littérale ou mention Succès/Échec

L’université offre également la possibilité de choisir, sur une base individuelle, entre la notation littérale ou la mention Succès/Échec. Il faut savoir que de nombreux étudiants préfèrent la notation littérale, qui leur est nécessaire pour des demandes de bourses ou pour l’admission à un programme de cycles supérieurs.  Note : la mention Succès/Échec n’a pas d’effet sur la moyenne cumulative.

Prolongation de l’échéance pour la notation Succès/Échec (mise à jour du 6 avril)

La nouvelle échéance pour le choix de la notation Succès/Échec est jusqu’au 15 septembre 2020 inclusivement. Les étudiantes et les étudiants qui souhaitent se prévaloir de cette mesure dans un ou plusieurs de leurs cours devront transmettre leur demande par courriel à leur département, qui en informera le Registrariat.

« Vivre son nouveau quotidien en contexte de pandémie »

Le Service à la vie étudiante a mis en ligne cette page  https://vie-etudiante.uqam.ca/conseils-soutien/nouvelles-ressources/33-conseils-et-soutien/nouvelles/870-pandemie.html.   La page contient des informations sanitaires, financières, sur la validation de la session et autres. Au bas, il y a également un formulaire pour les étudiant.e.s qui auraient besoin de soutien psychologique à distance.

________________________________________________________________________

AIDE DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL AUX ÉTUDIANT.E.S – Prestation canadienne d’urgence – COVID-19

  • Aide de 2 000 $ par mois, portail accessible dès le début d’avril
  • Les étudiant.e.s peuvent en bénéficier s’ils.elles sont âgé.e.s de 15 ans et plus et qu’ils.elles ont gagné au moins 5000 $ l’année précédente.
  • Pour les jeunes qui ont gagné plus de 5000 $ au cours de l’année précédente, mais qui vivent chez leurs parents : Ils.elles sont également admissibles à recevoir les 2000 $ par mois.

Références – liens pour ce programme

APPEL À COMMUNICATIONS HYPOTHÈSES — SAISON 2020-2021

APPEL À COMMUNICATIONS

HYPOTHÈSES — SAISON 2020-2021

Sollicitation pour la participation des étudiant.e.s à la série de conférences Hypothèses pour l’année 2020-2021.

Hypothèses est une série de conférences en histoire de l’art et études muséales, organisée par et pour les étudiant.e.s des cycles supérieurs des universités québécoises, dans le but de stimuler et de diffuser les recherches émergentes dans la discipline. Hypothèses espère ainsi favoriser des rencontres et des débats entre les chercheur.e.s issu.e.s des différentes institutions. De plus, en poursuivant sa collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal, Hypothèses propose de contribuer au décloisonnement des sphères académiques et muséales.

Deux conférences sont présentées lors de chaque soirée mensuelle tenue au Salon des amis du Musée. Nous invitons, sans restriction thématique ni méthodologique, les propositions de conférences portant sur un corpus artistique. Nous acceptons les propositions en français aussi bien qu’en anglais, de même que celles provenant de chercheur.e.s postdoctoraux ou d’étudiant.e.s ayant déposé leur mémoire ou thèse depuis moins d’un an au moment de leur soumission.

Merci d’envoyer votre proposition au plus tard le Mercredi 13 mai 2020 minuit, vos propositions pour une communication de 20 minutes, en suivant les instructions précisées dans le formulaire ci-dessous.

Les communications seront évaluées anonymement par un comité impartial composé de représentant.e.s de l’Université Concordia, l’Université McGill, l’Université de Montréal et l’Université du Québec à Montréal. À noter que les choix s’effectuent en fonction de l’originalité et la rigueur des propositions, mais aussi de la pertinence de thèmes en regard d’une programmation annuelle.

Pour plus d’informations sur les conférences Hypothèses, veuillez consulter notre site internet : http://conferences-hypotheses.org/

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter par courriel : hypotheses.mbam@gmail.com 

L’équipe Hypothèses 2020-2021

FORMULAIRE À REMPLIR

CONFÉRENCES HYPOTHÈSES 2020-2021

Veuillez suivre les instructions et remplir le présent formulaire aux points requis, puis envoyer les trois documents demandés (le formulaire ci-dessous contenant vos renseignements personnels, votre proposition de communication, ainsi que vos images légendées) pour le mercredi 13 mai 2020 à l’adresse courriel : hypotheses.mbam@gmail.com.

Nom et prénom :       

Adresse courriel :                  

Cycle d’étude (en rédaction de mémoire; pré ou post examen de synthèse, etc.) et année :                                         

Université d’attache :

Nom de votre directeur/directrice de recherche :

Sujet de votre mémoire ou thèse :

4-5 mots-clés représentant vos champs d’intérêt :

Quel est votre niveau d’aisance en français :                                   en anglais :    

Informations complémentaires que vous jugez bon de communiquer :

Le cycle de conférences 2020-2021 reprendra la formule de l’année précédente, soit deux communications par séance suivies d’une période de questions et discussion, puis d’une réception. Les soirées auront lieu un mercredi par mois, de 17 h à 19 h, au Salon des amis du Musée des beaux-arts de Montréal. Merci de nous signaler vos disponibilités pour ces dates :

9 septembre 2020

21 octobre 2020

11 novembre 2020

13 janvier 2021

10 février 2021

10 mars 2021

VEUILLEZ JOINDRE À CE FORMULAIRE :

  • Votre proposition de communication [environ 2 100 signes, espaces compris] incluant le titre de votre conférence [100 signes maximum, espaces compris]et votre niveau d’études. Pour les besoins de la sélection à l’aveugle : NE PAS INSCRIRE VOTRE NOM NI AUCUN RENSEIGNEMENT PERSONNEL sur la page de votre proposition. Veuillez noter que, dans le cas où celle-ci est retenue, vous devrez fournir un résumé réduit à 700 signesavant la fin du mois de juin.
  • Une à trois images (en format JPEG), accompagnées de leur légende [Artiste, Titre, Année, et provenance s’il s’agit d’une courtoisie particulière], illustrant le sujet de votre communication. Dans le cas où votre proposition est retenue, l’une d’entre elles sera utilisée pour la promotion de la soirée de votre conférence. [Les images étant diffusées dans un contexte académique, vous pouvez vous prévaloir de l’utilisation équitable de la loi sur le droit d’auteur].

Le Forum de recherche création, édition 2020, en mode virtuel : présentations de nos étudiant.e.s

Forum de recherche-création 2020 

«De janvier à mars 2020, les étudiantes et les étudiants de deuxième année à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM ont préparé la présentation publique de leur projet de recherche-création, en vue d’un événement qui devait avoir lieu les 1er, 2 et 3 avril dernier. Dans le cadre de conférences à la Galerie de l’UQÀM, les étudiant.e.s désiraient partager les enjeux de leur pratique avec la communauté universitaire et le grand public. Les présentations ont été regroupées par affinités et chaque panel devait être suivi d’une discussion animée par un.e invité.e. L’évènement, autogéré par ses participant.e.s et de l’artiste et professeure Hélène Doyon, avait pour but de créer un environnement inclusif favorisant les échanges autour des réflexions soulevées par les projets de recherche-création.

Le FORUM 2020 n’a pas eu lieu comme prévu. La pandémie du COVID-19 est venue occuper l’espace temporel de nos préparatifs et a confisqué notre forum. Nous espérons contrecarrer ses plans et donner suite à nos préparatifs en vous tenant au courant, ici et ailleurs, de tout nouveau développement. Vers la fin avril, nous prévoyons diffuser ici-même une alternative à nos présentations, soit sous la forme de vidéos, de documents audio ou autres espaces virtuellement aménagés, en alternative à celles prévues initialement à la Galerie de l’UQÀM.  Revenez nous voir !

Chaleureusement,»

Les étudiantes et les étudiants du Forum 2020

LIEN : Forum de recherche-création 2020 

Contribution de Marie Samuel Levasseur à la revue Hors Champ : Le montage comme outil de réparation

Avec son texte «LE MONTAGE D’ARCHIVE COMME OUTIL DE RÉPARATION», Marie Samuel Levasseur contribue au dossier spécial Godard de la revue Hors Champ qui vient de paraitre. Ce récent numéro s’intitule DES HISTOIRE(S) DU CINÉMA AU LIVRE D’IMAGE.

Comme artiste et chercheuse, ma pratique pluridisciplinaire explore la question de l’indicible, des choses dont on ne doit pas parler dans l’espace social ainsi que de l’incapacité du langage à rendre compte des états affectifs forts. C’est donc sous cette prémisse, que j’ai choisi de décortiquer, un peu, une image bien précise des Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard (extrait du texte de Marie Samuel Levasseur).

Article complet de Marie Samuel Levasseur

Facebook de Hors-Champ

Site internet de Hors Champ

Admission – concentration recherche-intervention, date limite : 1er mai – exigences particulières

En plus de soumettre une demande en ligne au registrariat, voici ce qui est demandé aux candidat.e.s pour parfaire leur dossier d’admission.

Exigences particulières

Tous les candidats doivent présenter un dossier complémentaire qui doit être déposé directement au programme (maitrise.arts.visuels@uqam.ca). Ce dossier doit comprendre les éléments suivants :

  • un curriculum vitae décrivant l’expérience pertinente en pédagogie, en médiation culturelle ou en intervention artistique (arts visuels, arts plastiques, art numérique, création en design, communication, études transdisciplinaires ou autres) et les interventions artistiques du candidat;
  • une intention de recherche n’excédant pas une page;
  • un texte décrivant la motivation et les intérêts de recherche et, le cas échéant, d’intervention du candidat, maximum de deux pages;
  • documents visuels témoignant d’une expérience d’intervention en pédagogie, en médiation ou en intervention artistique : vingt images fixes sous forme numérique (assemblées dans un seul pdf dans lequel se trouvera aussi la liste descriptive de chaque image).

Dossier visuel pdf – informations

  • Les images assemblées dans le PDF doivent être identifiées uniquement avec des numéros de 01 à 20 (01.JPG, 02.JPG, …, 20.JPG).
  • Liste descriptive numérotée (titre de l’oeuvre, année de réalisation, médium, durée/dimension et mention des collaborateurs si nécessaire).

Documents visuels supplémentaires pouvant être joints au dossier

  • Fichiers vidéos : un maximum de trois extraits (durée maximale : une minute chacun) de séquences vidéo, de projets sonores ou d’images animées.
  • Ces fichiers numériques doivent être clairement identifiés au nom du candidat. Inclure ces éléments dans la liste descriptive. Les formats numériques acceptés sont : .mov,.avi ou .wav. Les fichiers peuvent être envoyés par Wetransfer à maitrise.arts.visuels@uqam.ca OU un lien Vimeo vers ceux-ci peut être inclus dans la liste descriptive.

Note : Les présentations PowerPoint, Flash, QuickTime, HTML ou autres ne sont pas acceptées.

Appel à proposition : Plus que la nuit. Une plate-forme web artistique durant la pandémie COVID-19.

Audrey Beaulé, étudiante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques, a créé une plateforme web de visuels et de textes apaisants durant cette pandémie où on a du temps.

Voici la page Instagram :
https://www.instagram.com/plusquelanuit/
Il y a également un site :
https://plusquelanuit.wixsite.com/pqln?fbclid=IwAR3DSPTtOtCgU8gcJukA13px27C65RcTjU1YJTTXtWnQb3BihBDPcoZN5nA

Plus que la nuit est une plateforme numérique où s’entrechoquent différentes explorations web. Du texte aux visuels animés en passant par l’image numérique, Plus que la nuit croit que l’art apaise, éveille, mais surtout nous sort de notre quotidien en nous ancrant autrement dans notre monde.

L’appel à contribution est en continu, toutes soumissions répondant aux thèmes de l’apaisement, de l’éveil et de la douceur sont bienvenues.

Veuillez envoyer vos propositions à :
plusquelanuit@gmail.com.

Contact : Florence Jacob, cocoordonnatrice de l’Association des étudiant.e.s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM (AEMAVM)

Prix : Projet novateur en enseignement des arts

La Faculté des arts de L’UQAM souhaite souligner l’importance de l’enseignement des arts en reconnaissant l’apport exceptionnel d’un.e enseignant.e ayant mis en place un projet pédagogique novateur.

Le Prix d’une valeur de 1000 $ est remis une fois par année dans le cadre d’une activité organisée par le Conseil de diplômés. La, le récipiendaire doit être sur place lors de l’activité pour recevoir son prix.

Pour être admissibles, les candidates, candidats doivent répondre aux conditions suivantes : être diplômées, diplômés de l’UQAM dans l’un des programmes de la Faculté des arts (arts visuels et médiatiques, danse, design, études littéraires, histoire de l’art, musique, théâtre, muséologie, enseignement des arts, sémiotique, études et pratiques des arts);
avoir mis en œuvre un projet novateur et mobilisateur dans le domaine de l’enseignement au sein de leur milieu professionnel.

Date limite de dépôt d’une candidature pour le concours 2020 :
Mercredi 1er avril 2020, à 17h.

Plus d’information

BOURSES DE PRODUCTION Arprim/École des arts visuels et médiatiques EN IMAGES IMPRIMÉES

Pour tous les étudiants des programmes de baccalauréat et maîtrise de l’École des arts visuels et médiatiques (Hiver2020)

Baccalauréat:
3 Bourses de 350$ :
300$ en argent
50$ en matériel à la Coop des arts de l’UQAM

Maîtrise:
Une bourse de 450$ :
400$ en argent
50$ en matériel à la Coop des arts de l’UQAM

Cette bourse de production en image imprimée doit être utilisée pour la réalisation
d’un projet de création de nature académique (projet dans un cours, exposition étudiante, etc.).
La sélection est basée sur la créativité et l’aspect novateur du projet de l’étudiant(e).

Dossier de candidature:

  • Nom, prénom, code permanent, courriel et numéro de téléphone
  • Court texte expliquant votre projet, en précisant comment se fera l’utilisation
    de l’image imprimée (max. 250 mots)
  • 5 images ou croquis (sur clé USB, formats jpg)

Date limite : 16 mars 2020 (16h)
Dévoilement des boursiers : 23 mars

Dépôt du dossier Bourses Arprim/EAVM au bureau J-4075

Info : belanger.gwenael@uqam.ca, dupuis-bourret.andree-anne@uqam.ca

POUR CONNAÎTRE LES RÉCIPIENDAIRES DES ANNÉES PASSÉES

Rencontre d’information : jeudi 5 mars, de 12h45 à 13h45, au local J-R535.

La nouvelle* concentration recherche intervention  rejoint principalement les éducatrices et éducateurs d’art dont la pratique se situe dans des milieux formels (ex. écoles, cégeps) et informels (ex. organismes communautaires, musées, etc.) et des artistes qui s’intéressent aux pratiques sociales de l’art dans différents contextes et auprès de différentes populations. Il s’agit en quelque sorte d’une concentration qui s’adresse à une population plus large. Elle vise à approfondir les connaissances théoriques et pratiques qui soutiennent une intervention éducative et artistique dans divers milieux scolaires, spéciaux ou à vocation culturelle en tenant compte des problématiques actuelles en art et en éducation. Sont aussi abordées les questions liées à la diffusion, au rôle social de l’artiste et à la place de la technologie dans les pratiques éducatives et artistiques. Deux profils sont offerts : le profil de recherche fondamentale axé sur la formation à la recherche et le profil de recherche appliquée axé sur une formation plus pratique en vue de répondre à des besoins particuliers des divers milieux. Dans le bloc recherche, l’étudiant est amené à rédiger un mémoire portant sur une recherche théorique ou didactique ou encore sur une intervention éducative.

Une rencontre d’information sur la nouvelle concentration recherche intervention de la maîtrise en arts visuels et médiatiques aura lieu le jeudi 5 mars, de 12h45 à 13h45, au local J-R535.

* Cette concentration succède à la concentration éducation qui existait depuis 1998. Elle sera ouverte dès la session Automne 2020.

Voir un article à ce sujet dans Actualités UQAM

https://www.actualites.uqam.ca/2020/nouvelle-concentration-recherche-intervention-maitrise-arts-visuels-mediatiques?fbclid=IwAR0UVoBGlvd7LqEae922NnTPdoI8AaOsPpQ59Vo-ty1-g96imfTPl1WWu4I

Lancement | Entangled Maude Arsenault

Le jeudi 05 mars 2020 – 18h

Occurrence s’associe avec la maison d’édition Deadbeat Club pour le lancement de la monographie Entangled de Maude Arsenault, qui se tiendra à la galerie le jeudi 05 mars prochain dès 18h. Quelques images issues de la monographie seront également présentées lors du lancement.

En parlant de sa première monographie photographique Entangled, Maude Arsenault évoque le mot « carcan », qui peut aussi référer à « embuscade » ou à « piège idéologique », afin d’expliquer sa motivation sous-jacente dans la fabrication et la mise en séquence de ses images évocatrices. Elle explique que devenir adulte et mère lui a apporté une distance et une nouvelle perspective quant aux exigences culturelles et sociétales imposées aux femmes et aux jeunes filles, et en particulier sur leurss choix de vie parfois infligés, limités ou encore prédestinés. Arsenault appelle son œuvre « un poème, une ode, un cri » et on sent que le pouvoir tranquille du livre réside dans des contradictions encore non résolues. « Je me sens souvent prise au piège dans la personne que j’ai essayé d’être toute ma vie », dit-elle, dans une déclaration touchante et révélatrice, qui fait parfaitement écho aux tensions finement calibrées et aux triomphes provisoires évoqués dans ces pages.

Entangled | Maude Arsenault 
64 pages.
9.4” x 12.25”
5 Couleurs Offset (Couleur & N&B)
Edition de 500 + 20 Éditions spéciales
Publié par Deadbeat Club, 2020
ISBN: 978-0-9998298-5-1

Galerie Occurence

5455 De Gaspé • espace 108
Montréal, Québec
H2T 3B3
T 514.907.4535
info@occurrence.ca

Ateliers ouverts 2020. Mardi, 11 février, 16 h – 20 h

Venez découvrir la relève artistique de l’Université du Québec à Montréal. À cette occasion, les artistes de la maîtrise en arts visuels et médiatiques vous accueilleront dans leurs ateliers. Vous êtes attendu.e.s au CDEx (J-R930) dès 16h pour débuter votre découverte.

Cette initiative vise à diffuser les projets de recherche-création des étudiant.e.s. L’événement est organisé en partenariat avec l’association des étudiant.e.s de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (AEMAVM).

11 février 2020
de 16h à 20h

Accueil, exposition collective et départ des visites guidées au CDEx
Départ des visites guidées à 16h, 17h, 18h et 19h

CDEx J-R930

Catherine Asselin-Boulanger, Chloé Gagnon, Émylie Bernard, Geneviève Roy, Maude Arsenault et Rémi Belliveau

Atelier J-1040

Benoît Brousseau, Caroline Boyer, Caroline Pierret, Catherine Lejeune, Frédéric Bigras- Burrogano, Noémie Naud-Dubé, Camille Cléant

Atelier J-5045
André Frenette-Nolin, Archie Reid, Audrey-Anne Duplessis, Camille Blais, Gabrielle L. Carrère, Julien Gagnon-Rouillard, Sébastien Goyette-Cournoyer, Sylvie Laplante

Atelier J-5370
Annie France Leclerc, Anthony Brunelle, Danielle Robitaille, Émylie Bernard, Ludmila Steckelberg, Marie Atcheba, Maria Hoyos, Rémi Belliveau et Roxane Chamberland

Atelier J-7060
Alegría Lemay-Gobeil, Audrey Beaulé, Camille Lescarbeau, Catherine Asselin-Boulanger, Chloé Gagnon, Geneviève Roy, Gopesa Paquette, Maude Arsenault, Maude Brisson, Raphaël Biscotti, Sophie-Anne Bélisle et Sophie Aubry

Info
ateliers.ouverts.uqam@gmail.com
www.ateliersouvertsuqam.com


Ateliers Ouverts · 405, rue Sainte-Catherine est · Pavillon Judith-Jasmin, local J-R940 · Montreal, Qc H2L 2C4 · Canada

Mémoire-création de Heidi Barkun : LET’S GET YOU PREGNANT! Galerie de l’UQAM. Vernissage : 6 février, 17 h 30

Suivant

Heidi Barkun. LET’S GET YOU PREGNANT!

Finissante de la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, avec concentration en études féministes, Heidi Barkun présente son exposition de fin de maitrise.

Galerie de l’UQAM

7 février 2020 – 21 mars 2020

Vernissage : 6 février 2020, 17 h 30

Plus de sept millions d’enfants sont né·e·s par fécondation in vitro depuis le premier « bébé-éprouvette » il y a 40 ans. La culture populaire donne l’impression que chaque essai de cette biotechnologie mène à un succès; pourtant, le taux de réussite mondial ne s’élève qu’à 27 %. LET’S GET YOU PREGNANT! dévoile l’expérience de l’échec de la fécondation in vitro dans le cadre de systèmes sociaux, politiques et médicaux qui placent la maternité au premier plan de la vie des femmes. Une installation sonore et muséale crée une conversation virtuelle entre 28 participantes, l’artiste incluse, qui ont suivi des traitements infructueux de fécondation in vitro et qui ne sont pas devenues mères. Cette exposition invite le public à entrer dans l’intimité de ces 28 femmes et à interroger les rapports entre science, procréation et rôles sociaux.

Heidi Barkun. Let’s get you pregnant! : artefacts de Geneviève, 2019

Séance d’information – séminaire d’été : Féminismes, arts et agentivité – au Centre Pompidou, Paris

Mardi 18 février 12 h 45 à 13 h 45 au local R-4242

FAM900A – Féminismes, arts et agentivité

Ce séminaire interdisiciplinaire met l’accent sur les savoirs féministes fondés principalement sur les artistes femmes. Il propose un regard sur la dimension épistémologique des féminismes et de ses croisements avec l’art sous toutes ses formes. Des concepts et thématiques, telles l’agentivité, l’intersectionnalité, les identités sexuelles ou de genre, la non-binarité, sont examinées afin de revoir la lecture d’œuvres contemporaines et actuelles. Ouvert aux étudiant.e.s de 2e et 3e cycles, ce séminaire s’attache moins à une histoire de l’art féministe ou d’une littérarité des femmes qu’à une histoire féministe des œuvres, où celles sans récits explicitement engagées seront également convoquées. 

Le séminaire de trois crédits se présente sous forme de cours magistraux, d’échanges entre les étudiant.e.s à partir de lectures de textes et de visites d’expositions, au Centre Pompidou et dans des galeries et musées à Paris. Des conférences sont également prévues lors des séances du séminaire qui auront lieu au Centre Pompidou à Paris du 9 au 19 juin 2020.

Les inscriptions se feront le 1er mars 2020 auprès de Julie Brosseau du Département d’histoire de l’art brosseau.julie@uqam.ca

Des informations vous seront données sur les frais afférents au séminaire (transport, hébergement et inscription au séminaire).

Professeure : Thérèse St-Gelais, département d’histoire de l’art

Ce séminaire est offert en partenariat avec la Faculté des arts, Figura, le Département d’histoire de l’art et l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF).

Féminismes, arts et agentivité

Du 9 au 19 juin 2020

PDF

Mémoire création de Pascal Seguel Reynolds : J’aurais préféré ne pas avoir à faire la roue latérale. CDEx.

Du 3 au 9 février 2020 de 12 h à 19 h
Finissage : 9 février à 17

Titre du mémoire : Exécution exhaustive de la roue latérale conne acte de résistance dans une pratique artistique multidisciplinaire

« Cette recherche-création propose d’explorer la pratique répétitive de la roue latérale comme outil de connaissance de soi menant à un acte de résistance politique. On situera d’abord cette figure spécifique dans un contexte sportif où elle est habituellement exécutée, afin d’en avoir une définition précise. L’analyse de deux textes écrits à partir d’une vidéoperformance intitulée études de la roue latérale #2 servira ensuite à mettre en lumière une façon de faire particulière : Faire comme je peux. Cette injonction, placée en porte-à-faux face aux hautes exigences sportives permet d’attirer l’attention sur l’imperfection de chaque geste composant la roue latérale plutôt que sur sa réussite.

Alors que la captation vidéo de l’exécution des mouvements rend compte de ces petites erreurs, elle constitue aussi un cadre dont l’analyse révèle la construction de nouveaux paramètres. Le choix de filmer dans un studio de photos avec un éclairage neutre ainsi que les limites du cadrage contribue à la création d’un personnage que j’incarne et qui fait la roue latérale comme il peut devant la caméra. La répétition de cette figure gymnique situe ce travail dans le processus plutôt que dans l’obtention d’un résultat de sorte qu’il s’agit d’une tâche sans fin. En ce sens, on accède à une quantité infinie de variations sur un même mouvement qui se refusent à toute forme de hiérarchisation. Si celui qui exécute cette tâche se libère d’un système disciplinaire imposant la croissance à tout prix, il se trouve cependant enfermé dans cette activité circulaire sans aucune chance d’en sortir. À mon sens, il n’y a qu’une seule issue, allez au bout de la résistance et se déclarer incapable de continuer.» (Pascal Seguel Reynolds).

Mémoire création de Alain Lefort : Résonance des silences. Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal

Alain Lefort propose une recherche sur la représentation photographique et vidéographique du paysage entre construction et expérience. Un regard sur les enjeux de la représentation d’un territoire au travers l’image, qu’elle soit analogue ou numérique, imprimée ou projetée. Des photographies de la mer de glace prise en étau entre la baie et le détroit d’Hudson, à l’apaisante présence des monolithes des archipels Mingan jusqu’à l’apparition d’un pixel absorbé dans le tumulte d’une vague.

ENTRÉE LIBRE
Vernissage le samedi 1er février 2020, dès 14 h

31 janvier au 8 mars

Heures d’ouverture

  • Mardi, mercredi, jeudi : 13 h à 19 h
  • Vendredi, samedi, dimanche : 13 h à 17 h
  • Lundi : Fermé

Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal
465 Av. du Mont Royal Est, Montréal H2J 1W3

Entre deux. Exposition de Camille Lescarbeau à la Galerie Perchée. Vernissage 13 février, 18 h.

Vernissage 13 février, 18h.

7755 Boul. Saint-Laurent, local 300.

Image : Camille Lescarbeau. Entre-deux 3, Papier fait à la main à la fibres recyclées, 2019

Dans cette exposition, Camille Lescarbeau poursuit ses recherches sur le papier fait à la main. Ces feuilles de fibres récupérées sont vierges et ne remplissent pas leur fonction première de support. Dans ce cas-ci, l’oeuvre est le papier lui-même et la couleur provient des fibres originales. Les oeuvres possèdent un aspect intrinsèquement éphémères, puisque créées à partir de fibres végétales, elles pourraient se décomposer si elles ne sont pas protégées. L’artiste y voit ainsi une nature qui est figée entre deux états.

Originaire de l’Outaouais, Camille Lescarbeau est une artiste multidisciplinaire basée à Montréal. Influencée par son parcours en danse et en histoire de l’art, elle oriente sa pratique visuelle autour des processus laborieux et physiques. Elle est guidée par sa curiosité pour la matière et par une passion pour les processus de création, lents et méditatifs. Son travail oscille entre le dessin, la peinture, la broderie, l’installation, le papier, la photographie et la poésie.

Appel de dossiers : expositions 2020-2021 de la Ville de Brossard

La Ville de Brossard est à la recherche de propositions en peinture, gravure et photographie pour le Hall des Arts et l’Espace Mur-mur des arts ainsi que des offres d’expositions thématiques de toutes disciplines pour la Galerie Renée-Blain.

INFORMATIONS SUR PDF

Votre dossier doit être envoyé uniquement par la poste avant le 14 mars 2020, à l’adresse suivante :

Appel de dossiers – Expositions 2020-2021
Loisir, culture et vie communautaire
2001, boulevard de Rome
Brossard (Québec) J4W 3K5

N’hésitez pas si vous avez des questions.

Contact : Julie Ménard
Secrétaire aux loisirs
Arts, culture et événements
Direction du loisir, de la culture et de la vie communautaire

Julie Ménard
Secrétaire aux loisirs
Arts, culture et événements
Direction du loisir, de la culture et de la vie communautaire

450 923-6304, poste 6200

Emplois d’auxiliaires d’enseignement pour nos étudiant.e.s

Bonjour,
Veuillez prendre note que les emplois d’auxiliaires d’enseignement suivant sont maintenant affichés, pour les 4 emplois suivants, vous avez jusqu’au 21 janvier 2020 15h00 pour postuler.

FAM1501-10 Paradigmes et enjeux des arts au XXE Siècle 11
FAM1501-50 Paradigmes et enjeux des arts au XXE Siècle 11

MPA2020-13 Supervision des ateliers de l’École la fin de semaine
MPA2020-14 Laboratoire de l’image imprimée.

Vous devez OBLIGATOIREMENT vous inscrire en ligne sur le ou les postes pour lesquels vous voulez être auxiliaire. Vous aurez à fournir un CV sur lequel vous devez inscrire vos disponibilités.

Veuillez noter que ces plages horaires sont fractionnables et peuvent être attribuées en fonction de vos disponibilités.

Si vous êtes intéressés, consultez les affichages sur la page http://www.rhu.uqam.ca/visiteurs/?p=auxiliaires

www.siga3.uqam.ca/emplois_aux_ens

Contact :

Sylvie Dorval
Assistante administrative
ÉAVM
Poste : 8270

Fête de l’Art 2020 : Exposition des étudiant·e·s de la Faculté des Arts de l’UQAM

Fête de l’Art 2020
407 Maisonneuve Est, UQÀM

Vernissage: vendredi 17 janvier à 17h30

Ouverture du 16 janvier au 18 janvier
Jeudi 16 : de 11h à 19h
Vendredi 17 : de 11h à 22h
Samedi 18 : de 11h à 17h

Exposition des étudiant·e·s de la Faculté des Arts de l’UQAM

Cette année, à l’occasion de la Fête de l’Art du 17 janvier et du 50e anniversaire de l’UQÀM, l’Association des étudiant·e·s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques a le plaisir de présenter une exposition rassemblant le travail d’étudiant·e·s de la Faculté des Arts, tous cycles confondus, dans une formule ouverte, inclusive et transdisciplinaire. Nous vous invitons à venir célébrer ces arts qui nous passionnent et à découvrir ce que nos collègues étudiant·e·s artistes ou théoriciens·ne·s font.

Le vernissage aura lieu le 17 janvier à partir de 17h30 au 407 Maisonneuve Est.

La liste des exposants:
Émylie Bernard
Raphaël Biscotti
Maude Brisson
Étienne Colpron-Turbide
Laurie Cotton Pigeon
Florence Dupuis
Maxime Duquette
Julien Gagnon-Rouillard
Katherine-Josée Gervais
Samanta Goulet
Guillaume Harvey
Victor Imbeau
Jorge Leon Llanes
Clément Otis-Lepage
Elsa Parent-Montpetit
Maude Poirier-Felx
Ponk
Danielle Robitaille
Ludmila Santana
Maxime Valois

L’Artichault – Appel de textes

L’Artichaut, la revue des arts à l’UQÀM lance un appel à contributions aux étudiant.e.s de la Faculté des arts. Voir informations sur ce pdf.

Entièrement dirigé par des étudiant.e.s de premier, deuxième et troisième cycle, l’Artichaut est un espace privilégié pour une première publication. Certain.e.s des membres de notre équipe ayant également de l’expérience dans le domaine de l’édition grand public, publier dans l’Artichaut, c’est une opportunité d’expérimenter pour la première fois le processus éditorial et de bénéficier des conseils d’autres étudiant.e.s et parfois même une porte d’entrée dans le monde littéraire et artistique.

Contact :
Audrey Boutin et Dominique Fréchette
Codirectrice et codirecteur éditoriaux d’Artichaut magazine,
la revue des arts de l’UQAM
http://artichautmag.com/

Appel à participation – Exposition ACSHA au CDEx

L’Association des cycles supérieurs en histoire de l’art (ACSHA) organise pour la troisième année consécutive un colloque interuniversitaire, transhistorique et interdisciplinaire ouvert aux chercheur.e.s et artistes des cycles supérieurs. Cette année, une exposition sera aussi proposée au CDEx du 28 au 31 mai 2020 afin de mener une réflexion commune autour de la mémoire et de l’oubli. Date limite d’envoi de proposition : 1er février 2020.

La mémoire et son pendant, l’oubli, soulèvent une somme de questions fondamentales et actuelles, et ce, tant dans les champs historiques et esthétiques, que sociaux et politiques. Les histoires et traditions dont nous héritons et que nous transmettons forment nos cultures, et donc les manières dont nous habitons et percevons le monde. Le contenu, le point de vue et l’organisation de nos récits, mais aussi leurs manques et apories déterminent notre compréhension du passé, mais également la façon dont nous appréhendons le présent et envisageons l’avenir. Aussi, qu’elle soit personnelle ou collective, la mémoire a toujours partie liée avec la définition de l’identité et, de plus en plus, les individus et communautés historiquement marginalisées tendent à prendre la parole, sollicitant documents, traces et témoignages afin de réviser le récit historique dominant. 

L’objectif de l’exposition est d’offrir un espace de réflexion sur les relations multiples que les pratiques artistiques entretiennent avec la mémoire. Comment les artistes appréhendent-ils ces enjeux? Comment les travaux, œuvres et documents viennent-ils appuyer ou remettre en question nos conceptions?

L’ACSHA est à la recherche de projets en arts visuels –  incluant les médiums de la peinture, sculpture, dessin, photographie, vidéo, l’art textile et la performance – qui proposent une réflexion sur la mémoire et l’oubli. Par exemple, les sujets peuvent inclurent, sans être limités, aux thèmes suivants: 

  • Les enjeux sociopolitiques : politiques mémorielles; construction d’une mémoire collective; lieux de mémoire; commémorations; statut du témoin; refoulements; omissions; réappropriations; révisions…
  • Les écritures et réécritures de l’Histoire (de l’art) : le récit dominant, le canon versus les oublié.e.s, marginalisé.e.s…
  • L’oeuvre comme travail de (la) mémoire : comme document, trace, support de témoignage; objet de transmission (ou d’invention) d’un héritage ou d’une tradition; la table rase versus la citation, le reenactment, l’hommage…
  • Les collections, archives, bibliothèques et autres lieux de conservation : espaces de préservation et d’organisation de la mémoire; enjeux matériels et politiques, notamment à l’heure du numérique…
  • La complication des temporalités: coexistence de temps multiples dans la mémoire versus écriture linéaire de l’Histoire; archaïsmes; résurgences; apparitions; traces; retours…

Vous avez jusqu’au 1er février 2020 inclusivement pour nous soumettre votre projet.

Vos dossiers sont à envoyer à : colloque.acsha20@gmail.com

En précisant en objet : Volet Exposition

Veuillez impérativement joindre à votre proposition ces éléments dans un document .pdf :

  • Curriculum vitae (max. 2 pages)
  • Démarche artistique (max. 250 mots)
  • Description de votre projet : en quoi votre proposition est-elle en lien avec le thème « Mémoire et oubli» ? (max. 350 mots)
  • Vos besoins techniques
  • Images des œuvres en incluant titre, date, matériaux et dimensions.

Veillez à présenter un maximum de 5 œuvres. Chaque œuvre présentée doit être prête à accrocher ou à exposer.

Pour consultez le plan de l’espace d’exposition du CDEx, rendez-vous au: https://cdex.uqam.ca/upload/files/cdex_plan.pdf
Les étudiants de la maîtrise en art visuel de l’UQAM sont particulièrement invités à se manifester s’ils souhaitent s’impliquer dans l’organisation de cette initiative.

Pour toutes questions ou informations complémentaires, vous pouvez nous joindre à l’adresse courriel colloque.acsha20@gmail.com

Mémoire-création d’Elise Lafontaine : Sa robe est une voûte. Galerie Nicolas Robert (prolongé jusqu’au 25 janvier)

Vernissage : Samedi 30 novembre, 15h-17h

Du 30 novembre au 11 janvier 2020 (prolongé jusqu’au 25 janvier).

Galerie Nicolas Robert, 10 rue King, Montréal

À l’abri des alcôves, dans une cellule ou aux frontières liminales de la vie, l’artiste multiplie les résidences de création, à la recherche d’expériences picturales inédites liées au confinement. Dans cette série, l’artiste figure en langage abstrait les effets de volumes et de lumières de l’abbaye de Saint-Maurice en Suisse, questionnant l’existence de ces lieux aujourd’hui. La perspective magnétique des arches induite par l’abstraction géométrique oscille entre une représentation mystique digne des célèbres poèmes de Thérèse d’Avila et l’enfermement du corps réduit à sa plus simple ossature.

Texte : Laure Neria

Appel à initiatives : Que peuvent les arts pour la planète? Jour de la Terre – 3 au 22 avril 2020

La Faculté des arts en collaboration avec le Centr’ERE et le doctorat en études et pratiques des arts coordonnera différentes initiatives artistiques pour souligner le Jour de la Terre 2020.

« Le Jour de la Terre fut célébré pour la première fois le 22 avril 1970. Aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes dans 193 pays passent à l’action chaque année dans le cadre du Jour de la Terre ». Depuis, le Jour de la Terre figure parmi les mouvements environnementaux les plus importants de la planète.

Ainsi, la communauté de la Faculté des arts et plus largement celle de l’UQAM est invitée à participer en proposant des initiatives qui intègrent à la fois une perspective environnementale et artistique : interventions artistiques, conférences, communications, tables rondes, travaux de fin de session étudiants, etc. Ces initiatives seront réalisées dans la période du 3 au 22 avril 2020 à l’UQAM et aux Galeries du Palais des congrès.

Le comité de coordination recevra les propositions jusqu’au 24 janvier 2020 à l’adresse suivante : arts.ere@uqam.ca

Atelier de création I : exposition de fin de session des étudiant.e.s, 2e partie.

Les étudiant.e.s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques vous convient à la deuxième partie des expositions de fin de session du cours Atelier de création 1, qui aura lieu du 12 au 16 décembre 2019 au CDEx, de 12h à 17h. Vernissage : 13 décembre, de 17h à 20h.

  • Sophie Aubry
  • Sophie Anne Bélisle
  • Camille Blais
  • François Carignan
  • Laetitia de Coninck
  • Audrey-Anne Duplessis
  • André Girard
  • Sébastien Goyette Cournoyer
  • Alegria Gobeil
  • Camille Lescarbeau
  • Noémie Naud-Dubé
  • Gopesa Paquette
  • Archie Reid

Atelier de création 1 : exposition de fin de session des étudiant.e.s, 1er partie.

Les étudiant.e.s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques vous convient à la première partie des expositions de fin de session du cours Atelier de création 1, qui aura lieu du 4 au 9 décembre 2019 au CDEx, de 10h à 18h. Vernissage : 5 décembre à 17h.

  • Maude Arsenault
  • Marie Atcheba
  • Christine Bourgier
  • Antoine Caron
  • Christophe Chamberland
  • Camille Cléant
  • Catherine Lejeune
  • Caroline Pierret
  • Kyra Revenko
  • Danielle Robitaille

Appel de propositions : Résidence d’artiste au Palais des congrès

Dans le cadre du partenariat entre la Faculté des arts de l’UQAM et le Palais des congrès de Montréal, un appel est lancé aux artistes des programmes de maîtrise en arts visuels et du doctorat en étude et pratiques des arts ayant terminé leur scolarité (cours/séminaires). Une personne par programme sera choisie. La résidence se déroulera dans un espace vitré dans la galerie commerçante intérieure du Palais des congrès. La durée de la résidence d’artiste sera de janvier 2020 à avril 2020, et l’espace-studio d’environ 775 pi2 (72m2) sera partagé par les deux lauréat.e.s. L’espace pourra être équipé de tables et de chaises. Tout autre équipement devra être apporté par les lauréats, et l’espace devra être vidé à la fin de la résidence. L’accès au local se fait dans les heures d’ouverture de la galerie marchande du Palais des congrès, les règles de sécurité et d’occupation stipulées par le Palais des congrès devront être respectées, ainsi que l’intégrité du lieu. Aucun financement n’est associé à cette résidence.

Les trois grands objectifs du projet : 

  • Permettre aux artistes des programmes ciblés d’avoir accès à un espace de travail; 
  • Mettre en valeur le travail des artistes;
  •  Permettre aux citoyens de voir des artistes à l’oeuvre.

Critères de sélection :

  • 1) Présenter un projet concret d’expérimentation, de production ou d’exposition qui sera réalisé en partie ou en totalité dans le cadre de la résidence d’artiste;
  • 2) Démontrer la faisabilité du projet;
  • 3) Présenter une ou des activités (présentation, exposition ou autre) destinées aux citoyens de Montréal.

Les pièces à déposer :

  • 1) Un texte descriptif (600 à 1000 mots) qui présente : le titre du projet, la thématique, l’intention, la démarche, et les médiums qui seront utilisés;
  • 2) Un texte de 500 mots décrivant l’intérêt de travailler dans un espace partagé avec un autre artiste et dans un espace vitré, visuellement accessible au public;
  • 3) Un portfolio comptant un maximum de 20 images;
  • 4) Une planification de l’horaire de travail prévu dans le cadre de la résidence et au moins une activité publique (présentation, exposition ou autre) qui aura lieu dans le cadre de la résidence.

Comment présenter une demande :

Vous devez envoyer votre dossier (l’ensemble des pièces réunies dans un seul document PDF) par courriel à alvarez.kelly@uqam.ca au plus tard le 22 décembre 2019 avant 16 h. Le titre du courriel doit être : Résidence d’artiste au Palais des congrès. Annonce du projet retenu : début janvier.

Pour plus d’information :

  • Maîtrise en arts visuels et médiatiques : savoie.claire@uqam.ca
  • Doctorat en études et pratique des arts : miron.isabelle@uqam.ca :

L’approbation éthique dans un contexte de pratique artistique : rencontre avec le CERPE

Les professeurs Michael Blum et Stefan Hoffman organisent une rencontre spéciale avec le CERPÉ (Comité d’éthique de la recherche pour les projets étudiants impliquant des êtres humains). Caroline Vrignaud (conseillère en certification éthique), Raoul Graf (président du comité d’éthique). La visite des deux professeur.e.s représentant la Faculté des arts, Sylvie Fortin (danse) et Louis Martin (Histoire de l’art) reste à confirmer.

Lundi 25 novembre à 13h, au J-6180.

Cette rencontre se veut pour les étudiant.e.s et leur direction de recherche, de la concentration création de la maîtrise en arts visuels et médiatiques

Cartographie de la différence : le Québec face à l’art des identités culturelles. Avec Nuria Carton de Grammont et Stanley Février

13 November 15H – 17H

Manoir des Beaux Arts, 2060 Avenue Joly​

Dans le cadre du séminaire Art et Diversités Culturelles (AVM805S)
Une conversation avec l’historienne de l’art Nuria Carton de Grammont et l’artiste Stanley Février qui présentera le projet MAC-Invisible (MAC-I) et tentera une cartographie des artistes des diversités culturelles de Montréal (et du Québec) en explorant les questions suivantes : qui sont-ils? comment s’impliquent-ils dans la scène artistique québécoise? quels sont leurs défis? etc… La rencontre conviera le public à questionner/comprendre les réalités des artistes de la diversité.

www.mac-i.com/musee.php

Appels à projets d’exposition à la Bibliothèque du Collège de Rosemont

Le Collège de Rosemont recueille en ce moment des soumissions pour les sessions d’hiver 2020 et d’automne 2020 en vue d’exposer dans la bibliothèque du Collège. Les artistes en arts visuels sont invités à déposer leur dossier conformément aux critères ici-bas. Le cachet et les modalités de transport seront discutés avec les artistes sélectionnés. Ceux-ci devront travailler de concert avec les techniciens du Collège pour le montage/démontage de leur exposition.

Le dossier devra se trouver dans un seul fichier PDF (maximum 10 Mo) et contenir les informations suivantes :

  • – CV et/ou texte de présentation/démarche artistique (max 1 page)
  • – Détail de votre projet (max 1 page)
  • – Environ 10 images de votre projet
  • – Une liste de vos besoins techniques et logistiques


Les candidatures doivent être envoyées par courriel à l’adresse biblio@crosemont.qc.ca d’ici le 14 décembre 2019.

Mémoire-création de Véronique Lépine : Les formes en porte-à-faux. Galerie B-312

21 novembre 2019 au 21 décembre 2019

Vernissage : jeudi 21 novembre 2019 à 17h30

Véronique Lépine questionne la malléabilité de la matière et la cohabitation d’objets à travers une démarche exploratoire. Par un processus évolutif d’observations et de manipulations, elle propose des assemblages d’objets présentés au mur, comme des tableaux tridimensionnels, ou apposés directement sur des tables de travail. Des espaces de flottements ou d’illusions procurent à chacune de ses œuvres-objets une nouvelle sensibilité, révélant les procédés d’accumulation, de transformation et d’organisation qui découlent de la production en atelier.

Véronique Lépine (1980) vit et travaille à Montréal. Elle obtient en 2019 une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. La reproduction d’objets se retrouve au cœur de sa démarche de création. L’absence de réalisme et de perspectives, de même que le choix des couleurs attribué aux objets, rappelle l’esthétique de l’illustration, à la frontière entre le folk art et le pop art. Son travail a été présenté au sein d’expositions individuelles et collectives. Soulignons Des objets éparts (Galerie Lilian Rodriguez, 2014), Projet Passeport (Dare-Dare, 2016) et Archives cannibales (La Centrale Galerie Powerhouse, 2014)

Galerie de l’UQAM – Appel de dossiers pour 2020-2021 et 2021-2022 : Projet d’exposition des étudiants finissants

Date-limite de remise du dossier de projet : dimanche 1er décembre prochain à 23h59.

Vous trouverez ci-joint, en format PDF et dans une toute nouvelle mouture, nos documents révisés pour la soumission d’un projet d’exposition (procédure et modalités et formulaire de soumission de projet).

PDF Formulaire d’application

PDF Appel de dossier

Les dossiers de projets des étudiants doivent parvenir, via WeTransfer, au plus tard le dimanche 1er décembre, à 23h59, à philippon.anne@uqam.ca.

Si des étudiants souhaitent joindre une maquette à leur soumission de projet, celle-ci doit nous être apportée à nos bureaux, local J-R205, au plus tard le vendredi 29 novembre avant 17h.
À noter que nous sommes fermés entre midi et 13h.

Pour toute information supplémentaire requise en rapport avec l’appel de dossiers ou le projet d’exposition, vous êtes invités à communiquer avec Anne Philippon, conservatrice adjointe, à l’adresse courriel ci-haut indiquée ou au (514) 987-3000, poste 1424.

MARSHALL MCLUHAN ET LES ARTS | APPEL À CANDIDATURES PLACE PUBLIQUE 2020

MARSHALL MCLUHAN ET LES ARTS | APPEL À CANDIDATURES PLACE PUBLIQUE 2020, pour commissaires émergents. Les étudiants actuellement inscrits en maîtrise ou doctorat (recherche ou recherche-création), et éligibles au programme de stage en milieu pratique du FRQSC, sont invités à faire une proposition en lien avec la programmation d’été de la Fonderie Darling ! 

Date limite d’inscription : mercredi 20 novembre 2019 à minuit.

RAPPEL – Initiatives : concours des bourses pour étudiant.e.s de 2e et 3e cycle – Faculté des arts – est maintenant ouvert

Le concours des bourses Initiatives de la Faculté des arts, pour des activités ayant lieu à l’automne 2019 et à l’hiver 2020 est maintenant ouvert.
Date limite : vendredi 15 novembre 2019, pour des activités ayant lieu entre le 15 novembre 2019 et le 25 mai 2020.
Pour plus d’informations : https://arts.uqam.ca/soutien-financier-pour-les-etudiants/

Nous vous rappelons que le concours des bourses Initiatives de la Faculté des arts, pour des activités ayant lieu à l’automne 2019 et à l’hiver 2020 est ouvert.
Ce concours est ouvert aux étudiants dûment inscrits dans l’un des programmes de 2e et de 3e cycles (doctorats, maîtrises, DESS et programmes courts de 2e cycle) rattachés à la Faculté des arts et vise à mettre en valeur la vitalité des activités de recherche et de création des étudiants de cycles supérieurs de la Faculté.

Plusieurs types de projets peuvent être financés : présentation d’une communication lors d’un congrès, d’un événement ou d’un colloque reconnu, de préférence d’envergure internationale ou participation sous la forme d’une exposition ou d’un spectacle, aide à la publication. L’étudiant peut demander un maximum de 500 $ et recevoir la bourse une seule fois dans un programme d’études.

Date limite : vendredi 15 novembre 2019, pour des activités ayant lieu entre le 15 novembre 2019 et le 25 mai 2020.

Pour plus d’informations : https://arts.uqam.ca/soutien-financier-pour-les-etudiants/

Fiche de la bourse et directives pour postuler

Contact : Véronique Stahn, agente de recherche et de planification
Faculté des arts
stahn.veronique@uqam.ca
514 987-3000, poste 1092
Local : R-4405
cid:image005.png@01D48249.EEF0D0D0

Portes ouvertes/UQAM. Venez au kiosque de l’École des arts et médiatiques pour vous informer sur nos programmes!

Restez à l’affût!

Page Facebook

Venez rencontrer enseignants, étudiants et employés qui répondront à vos questions sur les 300 programmes d’études de 1er, 2e et 3e cycles offerts à l’UQAM, les activités de recherche, l’aide financière et le soutien aux études.

Laissez-nous vos coordonnées et soyez les premiers informés sur cet événement et sur les études à l’UQAM! En participant aux Portes ouvertes, recevez à votre arrivée un sac réutilisable aux couleurs de l’UQAM et courez la chance de gagner un ensemble d’articles promotionnels d’une valeur de 200 $, gracieuseté de la Coop UQAM. Voir les règlements du concours.

24e édition – Rencontre des maîtrises en arts visuels du Québec à l’UQAT

Cette édition aura lieu à l’Université du Québec au Témiscamingue. Nos représentants, cette année, sont : MARIE SAMUEL LEVASSEUR ET MOÏSE PIUZE.

MARIE SAMUEL LEVASSEUR : « Relectures »
Action de distribution de micro-récits qui se déploient par le biais de petites histoires et ouvrages, et s’organisent autour des notions du geste, du souvenir et de l’intime.

MOÏSE PIUZE : « Papa – maison »
Questionnement sur l’identité et la constante nécessité de s’en bricoler une. Elle découle d’une double exploration : celle d’un territoire imaginaire et celle d’un territoire domestique.

Programme complet en pdf

La charrette interdisciplinaire de création recherche des participant.e.s, 8-9-10 novembre

Exposition des propositions : 11 novembre 2019

* voir guide du participant***

Contexte
L’Université du Québec à Montréal (UQAM) a été créée le 9 avril 1969 par le
gouvernement du Québec, dans le contexte d’une décennie de réformes du
système d’éducation québécois et d’une volonté de démocratisation et
d’accessibilité accrue de l’institution universitaire.

Par sa volonté de démocratisation et d’accessibilité à l’enseignement
universitaire, par son regard critique et sa volonté de partenariat avec les
acteurs de la société, l’UQAM s’est donnée comme mission de se consacrer au développement du plein potentiel des personnes et de la société.

Cette charrette multidisciplinaire s’inscrit dans le cadre des activités du 50e de l’UQAM et permet de réunir des étudiant.e.s des programmes de géographie, de design de l’environnement, d’arts visuels et médiatiques ainsi que d’urbanisme. Elle invite ses participants à élaborer des projets créatifs et novateurs permettant à la mission de l’UQAM de se propager, de s’incarner et de se manifester physiquement et spatialement dans le quartier.

MANDAT
Les équipes ont à proposer une vision d’ensemble des aménagements et des interventions aux abords et en périphérie de l’UQAM afin d’affirmer son caractère et son identité ainsi que sa présence dans le quartier et la ville.

Cette vision devra être illustrée à l’aide de deux ou trois aménagements et/ou interventions. Ceux-ci doivent en priorité cibler les espaces publics (parc, place, rue, trottoir) et/ou les espaces privés extérieurs appartenant à l’UQAM ou la Ville de Montréal.

Les aménagements et les interventions peuvent également intervenir sur le
domaine privé (bâtiment et terrain) si cela ne les altère pas physiquement
(mise en lumière, projection, sculpture, etc.).

Enfin, les aménagements et les interventions peuvent être permanents,
éphémères ou transitoires.

PRIX
Les propositions d’aménagement et d’intervention seront jugées par un jury réunissant des représentants de l’UQAM, de la Ville, du milieu des arts visuels et du milieu communautaire.
1er prix : 750 $
2e prix : 500 $
3e prix : 250 $

RAPPEL : BOURSE D’ÉTUDES supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier

Date limite de dépôt de candidature : le 15 novembre 2019

Les intéressé.e.s sont invité.e.s à soumettre leur candidature en version numérique, par le biais du compte WeTransfer* de la fondation.

Formulaire : http://www.fondationbombardier.ca/…/programme-de-bourse-en…/

Si vous avez des questions, communiquer avec Martine Richard au (514) 876-4555, poste #60 ou m.richard@fjab.qc.ca

Mémoire-création de Béatrice Boily

26.10.2019 – 30.10.2019
Vernissage : samedi le 26 octobre à 19h
GHAM & DAFE
3425 Ste-Catherine E, Montréal


«Cette exposition agit à titre d’espace transitoire. Les pièces qui la constituent y sont passagères : elles se présentent comme évolutives et se poursuivront en dehors de la temporalité du lieu d’exposition.

Mes plus récentes réflexions matérielles consistent en l’extraction d’un mètre cube d’argile crue. À travers une succession de manipulations – la matière empruntée, représentée, déplacée, et éventuellement replacée – le geste d’exposer s’insère à même ce flux de transformations.


À partir de mises en situation matérielles, mes manipulations visent à extraire le potentiel évocateur de la matière dans un corps-à-corps où s’expriment nos résistances propres. Madriers de bois, blocs de béton et pièces de caoutchouc sont ainsi appréhendés selon leurs propriétés respectives. C’est au sein de ces espaces de contact que je me confronte à ces formes et matérialités et aux structures de sens auxquelles elles réfèrent.»

Béatrice Boily

LES ARTS DU TOUT-MONDE Martine Chartrand : Passeuse de mémoire engagée

Martine Chartrand, artiste visuelle et cinéaste québécoise d’origine haïtienne et étudiante à la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, présentera ses films d’animation en peinture sur verre, Âme noire et MacPherson au Musée des Beaux Arts de Montréal, le mercredi 23 octobre 2019 , à 17:30 h, au Salon du Pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau S2.

La conférence sera animée par l’artiste Eddy Firmin, Praticien-chercheur, Ph.D Études et Pratiques des Arts

Lieu de rencontre: Pavillon Jean-Noël Desmarais – 1380, rue Sherbrooke Ouest
Durée: 1 h 30 m
Le Salon , Pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau S2
Places limitées
Activité gratuite

À la recherche d’étudiants en art pour constituer un OBNL

Plusieurs centres n’offrent pas d’activités d’arts plastiques et n’ont pas du personnel pour organiser et animer des activités créatives. Le projet consiste à jumeler les étudiants en arts visuels avec les personnes âgées en résidences. Il y a plusieurs bienfaits reliés à l’art tel que l’expression de soi, réduire l’isolement, créer des liens, apaiser la souffrance et bien d’autres. Il y a beaucoup de résidences et CHSLD pour personnes âgées dans la région de Montréal. Le projet débutera avec les étudiants de l’UQAM et par la suite avec les autres universités. Le projet requiert du temps et un investissement à long terme pour la pérennité. C’est aussi une belle expérience professionnelle pour les personnes intéressées. Renseignez-vous, si le projet peut vous être crédité dans le cadre d’un cours.

Les intéressés peuvent contacter :

Yala Shabah
514-970-2058
yalashabah@protonmail.com

Appel à collaborations : L’Artichaut, la revue des arts de l’UQÀM

COLLABORATEUR.RICE.S – PUPITRE ARTS VISUELS

L’Artichaut, la revue des arts de l’UQÀM, est présentement à la recherche de collaborateur.rice.s afin de rédiger des critiques et des textes de réflexion pour son pupitre arts visuels. S’investir dans l’Artichaut, c’est :

  • une opportunité de bâtir un portfolio avec l’aide d’autres étudiant.e.s aussi passionné.e.s et engagé.e.s que vous.
  • avoir un accès privilégié à la vie culturelle et médiatique montréalaise.
  • une chance de faire ses preuves dans le domaine de la critique cutlurelle et de la publication étudiante.


Aux intéressé.e.s : faire parvenir une lettre de présentation ainsi qu’un échantillon d’écriture (travail scolaire, article publié dans un
autre média) à : direction.artichaut@gmail.com

Invitation à assister au colloque « L’UQAM : un campus urbain et vivant au cœur de la ville »

18 octobre 2019 – 8h30 à 17h30 (DR-200 / Pavillon Athanase-David)

Dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de l’UQAM, le département d’études urbaines et touristiques, le département de géographie, l’École de design, l’École des arts visuels et médiatiques ainsi que le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal s’unissent pour organiser le colloque « L’UQAM : un campus urbain et vivant au cœur de la ville ».

Quatre grands thèmes structureront cette journée afin d’explorer les relations de l’UQAM avec son quartier :

• Un campus et son milieu : histoire et patrimoine
• Un espace urbain en redéploiement : interventions et aménagements
• Un milieu de vie en partage : interactions et dialogues
• L’UQAM et les acteurs du quartier : trajectoires et perspectives
Pour plus de détails sur le programme et pour procéder à votre inscription gratuite et obligatoire : https://podio.com/webforms/23439869/1680572

À titre d’information, ce colloque est précédé, le jeudi soir, par une conférence ayant pour titre « Si le campus m’était conté » organisée par Florence Junca Adenot, professeure associée au DEUT et ancienne vice-rectrice administration finances, et Jean Roy, ancien directeur des phases 2 à 4 du campus de l’UQAM. Cette conférence aura lieu à 17H15 au local SH-2800. Pour obtenir plus d’information ou pour vous inscrire : urba2015@uqam.ca

Ce colloque sera également suivi d’une charrette multidisciplinaire de création regroupant des étudiant.e.s du département d’études urbaines et touristiques, du département de géographie, de l’École de design et de l’École des arts visuels et médiatiques au mois de novembre 2019.

Appel à projets : Exposition Fleurs Sauvages à l’Écomusée du fier monde

L’exposition proposera une expérience sensorielle sur la végétation montréalaise à travers le regard poétique et contemporain d’œuvres actuelles, objets de mémoire et paroles citoyennes.

L’exposition Fleurs Sauvages, commissariée par Jade Séguéla et Marie Tissot sera présentée à l’Écomusée du fier monde du 20 mai au 7 juin 2020.

Les étudiant·e·s ou récemment diplomé·s des programmes de la Faculté des arts de l’UQAM sont invité·e·s à proposer des œuvres d’art ou tous projets qui s’inscriront dans un ou plusieurs des thèmes suivants :

· La botanique à l’époque pré-coloniale
· L’apothicairerie au temps de la Nouvelle-France
· Les recherches botaniques du Frère Marie-Victorin
· L’absence de verdure à l’époque de l’industrialisation
· De nos jours: les fleurs sauvages de Montréal
· Les initiatives écocitoyennes
· Les bienfaits de la végétation au sein des villes
Pour participer à cette exposition, transmettez votre candidature au lien suivant: https://forms.gle/tqPXmtGbpakRe5EN6
Ce formulaire vous permettra de nous faire parvenir les informations pertinentes relatives à votre pratique : documentations visuelles, programme d’étude, démarche artistique, biographie, etc.

Conditions d’admission:

  1. Vous devez soumettre le formulaire (https://forms.gle/tqPXmtGbpakRe5EN6) dûment rempli avant le 4 novembre 2019 à 23h59
  2. Vous devez être étudiant·e ou récemment diplômé·e (ayant terminé ses études au cours de l’année 2019) dans un programme de la Faculté des arts de l’Université du Québec à Montréal (Département de danse, d’études littéraires, d’histoire de l’art, de musique, de design, des arts visuels et médiatiques, et de théâtre)
  3. Chaque artiste ne peut soumettre qu’UN SEUL formulaire. Chaque formulaire peut inclure jusqu’à trois œuvres d’art ou projets différents.
  4. Les projets avec des composantes vivantes ne seront pas acceptés (racines, terre, etc.) car l’Écomusée du fier monde est régi par les normes muséales.
    ???

Un soutien matériel (pour la production et/ou lors du montage de l’exposition) sera fourni, mais aucun cachet ne sera versé pour les droits d’exposition.


Les candidatures seront étudiées par un comité de sélection et tout·e·s les candidat·e·s seront informé·e·s avant le 16 décembre 2019.
Vous avez une question ou un intérêt ?


Pour informations, contacter à l’adresse courriel
: fleurs.sauvages20@gmail.com


*L’exposition Fleurs Sauvages est réalisée dans le cadre d’un partenariat entre l’Écomusée du fier monde et la faculté des arts de l’Université du Québec à Montréal.

Bourse François Xavier Marange en arts d’impression

Le concours de la bourse François Xavier Marange en arts d’impression a été lancé vendredi passé sur le site de la Fondation de l’UQAM. Date limite : 15 octobre 2019

Montant : 1 bourse de 5 000 $
Date limite : 15 octobre 2019
La sélection est basée sur l’excellence du dossier académique, le portfolio ainsi que sur la créativité et l’aspect novateur du projet de résidence* de l’étudiante ou de l’étudiant.

*La résidence se déroule à l’Atelier Circulaire à Montréal (www.ateliercirculaire.org).

Les anciens lauréats:
https://ateliercirculaire.org/project/bourse-francois-xavier-marange-uqam/

Télécharger le pdf d’informations

Dossier de candidature :

  • Formulaire de demande de bourses de la Fondation de l’UQAM;
  • Relevés de notes;
  • Un texte de présentation du projet de résidence (maximum une page) ainsi qu’un échéancier;
  • Portfolio sur clé USB (maximum 20 images, formats jpg et/ou vidéos) et une liste descriptive des images.


Conditions d’admissibilité :

  • Être inscrit à l’un des programmes suivants : baccalauréat : arts visuels et médiatiques – profil pratique artistique; baccalauréat en design graphique; baccalauréat en design de l’environnement; maîtrise en arts visuels et médiatiques – concentration création; doctorat en études et pratiques des arts; postdoctorat dans un domaine approprié, pour la session d’automne 2019 ;
  • Dans le cas du baccalauréat, avoir complété 45 crédits au 1er septembre 2018 ;
  • Avoir une moyenne cumulative d’au moins 3,5 sur 4,3;
  • Avoir un projet de résidence présentant un intérêt pour la recherche et pour le centre en art de création et d’impression qui recevra le lauréat, soit l’Atelier Circulaire ;
  • Sélection basée sur l’excellence du dossier académique, le portfolio ainsi que sur la créativité et l’aspect novateur du projet de résidence de l’étudiante ou de l’étudiant.


Objectifs :


Des mécènes veulent contribuer à l’insertion d’étudiants talentueux de l’UQAM dans un réseau professionnel dans le domaine des arts d’impression.


La résidence d’une durée d’un an se déroulera à l’Atelier circulaire qui est un centre d’artistes reconnu, voué à la création, à la recherche, à la diffusion et à l’éducation en arts imprimés et qui a comme objectif de préserver et d’enseigner les techniques traditionnelles de gravure tout en intégrant les nouvelles technologies et les pratiques contemporaines en arts d’impression.


Le fonds de bourses porte le nom d’un des fondateurs de l’Atelier Circulaire, François-Xavier Marange (1948-2012), maître imprimeur d’origine française qui s’est établi à Montréal en 1982.

Informations et inscription:
www.vie-etudiante.uqam.ca
http://vie-etudiante.uqam.ca/aide-financiere/bourses/bourses-etudes.html

Mémoire-création de Maude Corriveau. Orama ou comment déployer l’univers dans un papier de bonbon.

Vernissage : jeudi 26 septembre à 17 h

Du 26 au 30 septembre 2019
Espace éphémère
2575, avenue Bourbonnière (métro Joliette)

L’exposition ORAMA ou Comment déployer l’univers dans un papier de bonbon de Maude Corriveau est présentée comme exigence partielle de la maîtrise en arts visuels et médiatiques.

S’intéressant à l’action de la lumière sur la matière, Corriveau transfigure des matérialités pauvres, artificielles et réfléchissantes par la pratique du dessin au crayon de couleur. Face à l’automatisation du monde, la dématérialisation des oeuvres et l’accélération des rythmes de vie, elle réfléchit à la valeur du savoir-faire manuel et la manière avec laquelle cela lui permet de situer l’hyperréalisme dans le contexte de l’art actuel.
Corriveau explore différentes approches de la représentation aptes à exacerber de manière « plus que réelle » des ombres et reflets spéculaires dans l’objectif d’activer l’expérience perceptuelle des oeuvres et leur rapport à l’espace. Ce faisant, elle interroge les notions de réalité et de simulacre qui constituent des enjeux importants en cette ère des réseaux sociaux et de la désinformation. C’est avec des stratégies optiques, illusionnistes et in situ, qu’elle présente un corpus d’oeuvres séduisantes jouant sur la frontière de l’hyperréalité, dans lesquelles le lent geste de la main s’interpose à la consommation de l’éphémère.


Le vernissage aura lieu le jeudi 26 septembre à 17 h et l’exposition se poursuivra du vendredi 27 au lundi 30 septembre de 12 h à 17 h. Pour une visite en dehors des heures d’ouverture ou pour toute autre information, veuillez contacter l’artiste à l’adresse maude.corriveau@gmail.com.

VIVA! art action – 3 conférences à l’UQAM – EAVM

3 conférences à l’UQAM – EAVM – dans le cadre de l’événement international d’art performance VIVA! art action

MARDI 24 septembre 
Rencontre avec deux performeurs chevronnés (anglais/français)
14 h : Seiji Shimoda (Japon) 
15 h 30 Alastair MacLennan (Irlande)
Local J-6180 
Invités au cours Le performatif : de l’art action à la création de situations
En collaboration avec Dare-dare et Viva! Art Action

ET

JEUDI 26 septembre 
12 h 45 à 13 h 45
Miao Jiaxin
Intervenants culturels internationaux de l’UQAM (mandarin/français)
Local J-6180 
En collaboration avec SKOL et Viva! Art Action

https://www.facebook.com/…/Art-Gallery/VIVA-Art-Action-109…/

Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier (7e édition)

La Fondation J. Armand Bombardier et le Centre culturel Yvonne L. Bombardier sont fiers de lancer pour une 7e année la Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier.

Date limite pour déposer la candidature : le 15 novembre 2019

Vous trouverez tous les détails et le formulaire de candidature sur notre site web.

L’équipe est soucieuse de s’ajuster constamment aux réalités changeantes et c’est pourquoi nous avons fait un virage vert plus intensif encore cette année. Nous invitons donc les participants à soumettre leur candidature en version numérique, par le biais de notre compte WeTransfer* Un des nombreux avantage avec ce mode de transmission est de recevoir un avis de réception automatique..

Pour toutes questions, communiquer avec Martine Richard au (514) 876-4555, poste #60 ou m.richard@fjab.qc.ca

Pop Pavillon : exposition des étudian.t.e.s (Association étudiante) et lancement de ITEM

★★★ VERNISSAGE 25 SEPT. 18 h ★★★
À ne pas manquer :
★ Performance de l’artiste Emylie Bernard à 19h
★ Lancement numérique de la revue numérique item


Dans le cadre du festival POP Montréal, les étudiant·e·s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM présentent leur travail dans le cadre d’une exposition collective à l’Espace POP du 25 au 29 septembre. Dans un esprit d’expérimentation et d’inclusion, l’exposition rassemblera des projets traitant de notre rapport au territoire et à l’autre, d’échec, d’anxiété et d’utopie, remettant parfois en question la séparation entre le réel et l’imaginaire.

ARTISTES

Patrick Foisy,, Maude Corriveau,, Martine Chartrand,, Marie Samuel Levasseur,, Mancy Rezaei,, Karine Madran,, Karine Fournier,, Julie Cantin,, Jonathan Sardelis,, Farzaneh Rezaei,, Fanny LatreilleÉlise Lafontaine et Cyrille Lauzon

INFOS

Exposition de groupe

Avec le travail de : Julie Cantin – Martine Chartrand -Maude Corriveau – Patrick Foisy – Karine Fournier – Élise Lafontaine – Cyrille Lauzon – Karine Madran – Farzaneh Rezaei – Mancy Rezaei -Jonathan Sardelis Commissaires : Heidi Barkun – Rosalie Jean -Marie Samuel Levasseur – Leila Zelli

L’association des étudiant·e·s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques (AEMAVM) de l’Université du Québec à Montréal présente POP Pavillon, leur exposition annuelle hors-murs en collaboration avec Art POP. Pour cette édition 2018, les commissaires de l’exposition ont réuni des œuvres de leurs compères autour du thème « À travers . . . », suggérant une réflexion autour du lieu, de l’espace et du temps par la transgression, l’épreuve et l’ouverture.

https://popmontreal.com/fr/calendrier/spectacle/pop-pavillon/2019-80390/

Mémoire-création de Corine Lemieux : L’un avec l’autre, en même temps.

Exposition
du 14 septembre au 19 octobre 2019

OBORO : 4001, rue Berri, local 301

Vernissage
samedi 14 septembre 2019, à 17 h

« Avec ce projet, j’étudie comment sont reliés les différents aspects qui composent l’expérience de création. Je cherche à développer une qualité d’attention me permettant de voir ce qui est présent. Ainsi j’observe la nature des relations qu’entretiennent corps, esprit et environnement au travail du point de vue de la femme que je suis. L’attention est un des maillons centraux d’une chaîne d’actions : une séquence qui relie choix, intention, attention, geste et soin, pour ne nommer que ceux-ci. Cette chaîne constitue le pont entre ma vie intérieure et mon engagement avec le monde ; l’articulation entre les dimensions personnelle et collective. Il est question de l’acte de regarder lui-même, celui de se regarder en train de regarder et en train de faire afin de percevoir ce qui se trame au-delà de la surface, afin que l’attention s’engage et se responsabilise face aux interactions qui composent l’expérience. Je m’attarde au rôle du travail des mains et de l’attention dans le processus de prise de conscience et dans le développement d’une attitude attentionnée. Concrètement, le projet qui sera présenté consiste en une installation où dialoguent des photographies et des sculptures en argile se déployant dans l’espace de la galerie. Les images et les sculptures reflètent l’objet d’observation qu’est ici la pratique de création et sa capacité à activer de nouvelles relations.»

Corine Lemieux (née en 1973) est une artiste plasticienne canadienne basée à Montréal qui œuvre principalement dans le champ de l’installation photographique et sculpturale depuis 1998. Sa pratique consiste à cultiver une qualité d’attention, une disposition intérieure qui permet de voir ce qui est présent et de révéler les liens entre les différents éléments qui composent l’expérience de création. Elle cherche à démontrer le pouvoir de transformation de la création sur nos perceptions et nos manières d’agir. Il s’agit d’une pratique qui sert d’outil pour développer une éthique qui guide les choix. 

Son travail a été présenté en solo dans plusieurs galeries au Québec, en Ontario et en Italie. Elle a également participé au Mois de la Photo à Montréal en 2011 ainsi qu’à plusieurs évènements et expositions impliquant une forme active de collaboration. En 2010, elle a publié un livre intitulé En cours de route paru à Sagamie éditions d’art. Elle complète présentement une maitrise à l’Université du Québec à Montréal.

***Jusqu’en décembre 2019, des travaux de réfection sur la rue Berri, entre les intersections Roy et Duluth, entraineront des perturbations non prévisibles sur l’accessibilité au trottoir et aux stationnements. N’hésitez pas à nous contacter la journée même pour obtenir des informations sur l’état actuel de la rue ***
 


Art et décolonisation au Guatemala : une conversation avec Lucia Ixchiu

L’espagnol et l’anglais suivent le message français.

Une discussion sur l’art et la décolonisation au Guatemala avec l’artiste militante Maya K’iche Lucia Ixchiu, de passage à Montréal cette semaine. La rencontre abordera le contexte socio-politique du Guatemala et les défis de réaliser des interventions artistiques avec une approche décoloniale. La conversation sera suivie d’un rituel Maya K’iche.

Mercredi 11 septembre 2019, 5.30-7pm
Manoir des Beaux-Arts (2060 Avenue Joly)

Inscription requise avec ce lien https://tinyurl.com/514LMBA
Discussion en espagnol et anglais, traduction en français chuchotée

Évènement initié par le Centre d’art et de recherche sur les diversités culturelles en collaboration avec le séminaire Art et Diversités Culturelles (AVM805S), École des arts visuels et médiatiques (UQAM).

Biographie:
Née à Totonicapán au Guatemala, Lucia Ixchíu est une femme autochtone maya K’iche, architecte, agente culturelle, journaliste et féministe diversifiée. Elle est cofondatrice du collectif Festivales solidarios, qui se mobilise sur les enjeux touchant la défense de l’environnement et de la Terre Mère et la préservation de la mémoire historique à travers l’art, la culture et les manifestations publiques.

Es
Arte y descolonización en Guatemala: Una conversación con Lucia Ixchiu

Una discusión sobre arte y descolonización en Guatemala con la artista activista Maya K’iche Lucia Ixchiu en Montreal esta semana. El encuentro abordará el contexto socio-político de Guatemala y los retos de realizar intervenciones artísticas con un enfoque decolonial. La plática será seguida por un ritual de kiché maya.

Miércoles 11 de septiembre de 2019, de 17.30 a 19.00 horas
Manoir des Beaux-Arts (2060 Avenue Joly)

Es necesario registrarse con este enlace https://tinyurl.com/514LMBA
Discusión en español e inglés, traducción susurrada al francés

Evento iniciado por el el Centro de Arte e Investigación sobre Diversidades Culturales en colaboración con el seminario Art et Diversités Culturelles (AVM805S), École des arts visuels et médiatiques (UQAM).

Biografia:
Nacida en Totonicapán Guatemala, Lucia Ixchiu es una mujer indígena maya K´iche, arquitecta, gestora cultural, periodista y feminista diversa. Es una de las fundadoras del colectivo Festivales solidarios, que se moviliza particularmente sobre las cuestiones de defensa del medio ambiente y de la Madre Tierra y la preservación de la memoria histórica a través el arte, la cultura y las manifestaciones públicas.

En
Art and decolonization in Guatemala: A conversation with Lucia Ixchiu

A discussion on art and decolonialization in Guatemala with activist artist Maya K’iche Lucia Ixchiu in Montreal this week. The meeting will address the socio-political context of Guatemala and the challenges of making artistic interventions with a decolonial approach. The conversation will be followed by a Maya K’iche ritual.

Wednesday 11 September 2019, 5.30-7pm
Manoir des Beaux-Arts (2060 Avenue Joly)

Registration required with this link https://tinyurl.com/514LMBA
Discussion in Spanish and English, whispered French translation

Event initiated by the Arts Research Centre In Cultural Diversities in collaboration with the seminar Art et Diversités Culturelles (AVM805S), École des arts visuels et médiatiques (UQAM).

Biography:
Born in Totonicapán Guatemala, Lucia Ixchíu is a Mayan indigenous K’iche woman, architect, cultural manager, journalist and diverse feminist. She is one of the co-founders of the Festivales solidarios collective, which mobilizes on issues related to the defence of the environment and Mother Earth and the preservation of historical memory through art, culture and public events.

Lancement de An Economy of Discursive Fields : Lot 94, E6-03, de David Tomas

Le groupe de recherche sur les enchères d’œuvres d’art contemporaines auparavant dirigé par David Tomas (1950 – 2019) présente la publication An Economy of Discursive Fields : Lot 94, E6-03. Cet ouvrage accompagne Lot 94, une série de trois d’expositions présentées au 5445 de Gaspé, Montréal, Qc, 6e étage, local E6-03, entre mars et mai 2018 dans lesquelles était exposé un corpus d’œuvres s’inscrivant dans les recherches de Tomas sur les œuvres d’art méta-économiques. An Economy of Discursive Fields : Lot 94, E6-03 se situe au seuil du livre d’artiste et du catalogue d’exposition. La publication propose une relecture de l’économie de l’œuvre (Lot 94) et de son exposition, au moyen de la séquence de documents visuels constituant son archive.

Le lancement aura lieu le vendredi 13 septembre de 17h à 20h à la librairie le Port de tête, au 269 av. Mont-Royal Est, Montréal.

Voir pdf

Au plaisir de vous y voir.

Le groupe de recherche
Catherine Belliveau, Emmanuelle Duret, Rosalie Jean, Manoushka Larouche, Catherine Lescarbeau et Geneviève Massé

I’VE BEEN THINKING…

I’VE BEEN THINKING ABOUT HOW TO KEEP THIS PROJECT ALIVE (LOL) IN A WAY THAT MAKES SENSE UNDER THE CIRCUMSTANCES. (I PRESUME YOU ARE STILL GOING AHEAD WITH THE PROJECT.)

Du 2 juin au 15 septembre, une intervention d’affichage urbain par 42 artistes, collègues et ami.e.s. prendra place dans des sites sélectionnés de Montréal durant deux semaines.

Les affiches présentent de manière anonyme des propositions visuelles issues des recherches et des pratiques des différents participant.e.s, faisant référence à l’activité de travail et de collaboration qu’ils et elles ont eus avec le professeur David Tomas décédé au printemps dernier.

L’objectif est de souligner l’approche pédagogique singulière de ce professeur et sa marque dans le milieu culturel, ainsi que de garder active et de donner une visibilité à la communauté d’affiliation qui s’est tissée dans le travail et les échanges avec lui.

Le déploiement de l’exposition dans un lieu de diffusion alternatif – en marge, mais à l’intérieur ou à proximité des institutions –, soit des espaces d’affichages publics qui sont habituellement utilisés pour annoncer des événements ou des publicités, fait écho aux instants qui sont favorables aux échanges durant lesquels collègues, ami.e.s et professeur.e.s ont l’occasion de se croiser dans les corridors des institutions artistiques, académiques ou des bibliothèques, cafés ou dans la rue à proximité de ces lieux.

Il s’agit d’explorer l’idée d’exposition en tant qu’occupation : occupation d’espaces latents de la ville et occupation de temps non capitalisés, durant lesquels les individus se déplacent physiquement dans la ville ou dans les corridors des institutions.

Mémoire-création de Fanny Latreille : Pavillons de la jeunesse.

5 septembre — 19 octobre 2019
Vernissage le jeudi 5 septembre, 17h00

Galerie passage des membres

-English follows-

Joignez-vous à nous pour la rentrée culturelle lors du vernissage de Fanny Latreille et de Marie-Laurence Blouin dans la Galerie passage des membres!

Fanny Latreille se considère comme propagatrice plutôt que créatrice. Ses recherches empruntent aux champs de l’histoire, des cultural studies et de la sociologie. Les images empruntées, les témoignages et la coopération sont les matériaux premiers de ses œuvres.

L’exposition Pavillons de la jeunesse s’articule autour des liens entre l’expérience milléniale et celle de la jeunesse révolutionnaire des années 70. L’installation se décline autour d’une vidéo construite à partir d’entrevues sur l’expérience de vie communale des membres de collectifs appartenant aux deux époques.

Pour plus d’informations : http://skol.ca/programmation/fanny-latreille-pavillons-de-la-jeunesse/

GALERIE PASSAGE DES MEMBRES
Un espace d’exposition dédié aux membres de Skol
Marie-Laurence Blouin | « Marcel, un dernier fantôme » | Installation

Pour plus d’informations: http://skol.ca/galeriepassagedesmembres/marie-laurence-blouin-marcel-un-dernier-fantome/

-English-

YOUTH PAVILLIONS
Installation

September 5 — October 19, 2019
Opening on Thursday September 5th, 5:00pm

Join us for the beginning of the cultural season at the opening of Fanny Latreille and that of Marie-Laurence Blouin, in the Galerie passage des membres!

Fanny Latreille considers herself to be more of a propagator than a creator, and her research-based practice draws from history, cultural studies, and sociology. Testimonials, borrowed imagery, and co-operation form the raw materials for her work.

Her exhibition titled Pavillons de la jeunesse focuses on the parallel experiences of today’s millennials and the people involved in the revolutionary youth movements of the 1970s. At Skol, her installation centers on a video made up of interviews with members of collectives from both eras on the subject of communal life.

For more information: http://skol.ca/en/programming/fanny-latreille-youth-pavillions/

GALERIE PASSAGE DES MEMBRES
An exhibition space dedicated to Skol members
Marie-Laurence Blouin | « Marcel, a last ghost » | Installation

For more information: http://skol.ca/en/galeriepassagedesmembres-en/marie-laurence-blouin-marcel-a-last-ghost/

Mémoire-création de Nicolas Dufour-Laperrière : Atlas des nuits américaines.

Dans le cadre de Momenta, biennale de l’image

Du 28 août au 15 septembre
Galerie Popop
372 Rue Sainte-Catherine O, suite 444

Combinant photographie de paysage et reconstitutions historiques, Atlas des nuits américaines s’offre tel un observatoire nocturne des mémoires collectives à travers la région de Charlevoix. Ce pays entre fleuve et montagnes devient ici un espace à temporalité variable à partir duquel Nicolas Dufour-Laperrière revisite certains éléments de l’histoire du Québec et de l’Amérique du Nord. Évènements culturels, luttes politiques et violences historiques s’y incarnent sous forme de cartes du ciel, telles qu’elles devaient apparaître par le passé sur les lieux visités. Dans ce territoire longtemps isolé et resté en retrait de la grande histoire, le regard photographique agit tel un outil spéculatif dans ce qu’il permet de libertés et de digressions à relayer le monde visible. Il se construit à partir de faux-semblants et se manifeste comme un espace de mise en scène dont les artifices ne sont pas sans rappeler ceux du théâtre et du cinéma. Le lointain est ainsi à portée de main, le temps s’y compresse, s’incarne et se fige dans la voûte céleste et dans le plan photographique. Nicolas Dufour-Laperrière en explore les limites et les conditions d’existence. Une existence qui propose une multiplication des points de vue et des récits, le sien comme ceux des autres, tous égaux sous les étoiles.


Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action ?

APPEL À COMMUNICATION / CALL FOR PAPERS (date limite : 13 septembre 2019)

Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action ? // Art as an Agent for Change: How do Art, Museum, and Education Practices Inspire Action?

15, 16 et 17 juin 2020

(English version follows)

La Chaire de recherche UQAM pour le développement de pratiques innovantes en art, culture et mieux-être, le Musée des beaux-arts de Montréal et le groupe de recherche ArtEspaceSocial vous convient au colloque international Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action ? qui aura lieu les 15, 16 et 17 juin 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal. Ce colloque mettra en discussion des projets de recherche, des pratiques artistiques et des expériences de participation provenant du domaine des arts, de la muséologie et de l’éducation artistique.

Les pratiques artistiques, muséales et éducatives qui conjuguent l’art et la participation sociale de personnes marginalisées, l’art et l’éducation inclusive et l’art pour une meilleure santé mentale et physique des individus font partie du paysage culturel québécois depuis plus d’une décennie. Compte tenu de leur déploiement dans différents contextes et auprès de différentes populations ainsi que de l’intérêt grandissant des chercheur.e.s, des praticien.ne.s, des milieux de la santé et des groupes communautaires pour de telles pratiques, les conférencier.ière.s seront appelé.e.s à interroger le thème à partir de la question suivante : Comment et à quelles conditions les pratiques artistiques, éducatives et muséologiques inspirent-elles l’action sur les plans individuel et collectif ?

Les propositions de communications aborderont plus largement les questions suivantes :

D’un point de vue individuel : Comment des pratiques artistiques, muséologiques et éducatives formelles et non formelles favorisent-elles une (re)remise en mouvement qu’elle soit psychique, physique ou intellectuelle ? Comment permettent-elles de mieux se (re)connaître ? Comment agissent-elles sur les habiletés d’une personne à rassembler son énergie, à stimuler sa motivation, à faire preuve d’une plus grande résilience, à activer sa créativité ? Comment permettent-elles de sortir de l’isolement et de se penser comme partie prenante d’une collectivité ? Comment l’art peut-il contribuer à s’instruire et à s’investir dans la poursuite d’un objectif ? Comment faire face aux enjeux éthiques propres à de telles pratiques ?

D’un point de vue collectif : Comment des pratiques artistiques, muséologiques et éducatives formelles et non formelles favorisent-elles l’inclusion et la participation à une collectivité ? Comment agissent-elles sur la capacité à tisser des liens, malgré les différences ? Comment permettent-elles à une collectivité de se penser comme telle, de devenir visible et audible, d’agir publiquement ? Comment le contact avec l’art et le fait d’en faire l’expérience peuvent-ils contribuer au vivre-ensemble dans une société pluraliste ? Comment ces pratiques favorisent-elles une action sociale et politique ?

D’un point de vue sociétal : À quelles conditions l’apport de ces pratiques pourrait-il être reconnu pour sa complémentarité avec les actions posées dans les milieux de la santé, des groupes communautaires et de l’éducation qui doivent, de plus en plus, répondre à des problèmes complexes nécessitant d’autres types de collaboration, d’autres façons de voir et de faire ? Quelles sont les conséquences de la non-accessibilité à la culture et à l’art sur une citoyenneté effective ? L’évaluation des impacts de ces pratiques telle qu’exigée par les instances subventionnaires est-elle souhaitable ou même possible ? Dans quelle mesure les méthodologies issues des sciences sociales et de la santé peuvent-elles en faire l’évaluation?

Consignes de présentation : Les propositions de communication doivent être rédigées en français ou en anglais en utilisant le présent formulaire. Une confirmation sera transmise dès la réception de la proposition. La durée de chaque communication est de 20 minutes.

Date limite : Nous invitons les candidat.e.s à retourner le formulaire par voie électronique à l’adresse suivante : semobiliserparlart@gmail.com au plus tard le 13 septembre 2019.

Un comité scientifique évaluera les propositions et communiquera avec les personnes sélectionnées au plus tard le 11 octobre 2019.

Pour plus d’informations : semobiliserparlart@gmail.com

The UQAM Research Chair for the Development of Innovative Practices in Art, Culture, and Well-being, the Montreal Museum of Fine Arts and the research group ArtEspaceSocial, invite you to the international conference Art as an Agent for Change: How do Art, Museum, and Education Practices Inspire Action? , to be held at the Montreal Museum of Fine Arts and the Université du Québec à Montréal from June 15 to 17, 2020. This conference will provide an opportunity to discuss research projects, art practices, and participatory experiences in the arts, museum education and art education.

Art, museum, and education practices that combine art with the social participation of marginalized groups; art and inclusive education; and art that supports mental and physical well-being have been part of Quebec’s cultural landscape for more than a decade. These practices have been implemented in a range of contexts with various populations, and interest is growing among researchers, practitioners, health organizations, and community groups. Presenters will be asked to explore the conference theme by considering the following question: How and under what conditions do art, education, and museum practices inspire individual and collective action?

Proposals will address the following issues:

From an individual standpoint: How do art, museum education, and formal and informal education practices promote mental, physical, or intellectual (re)mobilization? How do they enable greater self-awareness? How do they affect an individual’s capacity to re-energize, self-motivate, exercise greater resilience, and activate creativity? How do they break through isolation and enable individuals to see themselves as stakeholders within a community? How can art contribute to self-education and a commitment to the pursuit of an objective? How should the ethical issues related to these practices be addressed?

From a collective standpoint: How do art, museum education, and formal and informal education practices promote inclusion and community participation? How do they affect the ability to forge relationships, despite differences? How do they allow a community to identify itself as such, to be seen and heard, and to take public action? How can contact with art and creating and experiencing art contribute to harmonious community life in pluralist societies? How do these practices encourage social and political action?

From a societal standpoint: Under what conditions could these practices be recognized as complementary to health, communication, and education initiatives, which must increasingly respond to complex problems that require additional forms of collaboration, perspectives, and approaches? What are the consequences when culture and art are not accessible to citizens? Are the impact assessments required by funding agencies beneficial or even possible? To what extent are social sciences and health methodologies applicable to these assessments?

Presentation requirements: Conference presentation proposals must be submitted in English or French with this application form. A confirmation will be sent upon receipt of your proposal. Each presentation will be twenty minutes in length.

Deadline: Candidates are invited to email their applications to semobiliserparlart@gmail.com by September 13, 2019, at the latest.

An academic committee will evaluate the proposals and contact the selected presenters by October 11, 2019, at the latest.

For more information: semobiliserparlart@gmail.com

Travaux pratiques : La performativité des objets. Projet de cocréation avec Andrée-Anne D.-Bourret et deux étudiantes.

Du 1er juillet au 31 août

Dans le cadre d’une résidence à Circa art actuel, Andrée-Anne Dupuis Bourret, professeure à l’École des arts visuels et médiatiques, initie un projet de recherche-création sur la performativité des objets et des matériaux. Elle travaille actuellement en collaboration avec Annie France Leclerc, étudiante à la maitrise, et Clara Painchaud, étudiante au baccalauréat.

L’objectif de cette résidence est de développer un nouveau protocole de recherche en cocréation par la production de documents photographiques et vidéographiques résultant d’interventions poétiques. Les principes d’accumulation matérielle, de multiplication et de médiatisation de l’information visuelle sont au centre de ces explorations.

https://circa-art.com/
http://www.aadb.space/blog

Rappel : emplois ponctuels à l’École des arts visuels et médiatiques

Pour faire partie de la liste des étudiants qui est transmise chaque année à l’ÉAVM pour combler des emplois ponctuels, vous devez nous faire parvenir votre CV ainsi qu’une liste de vos compétences (et non un texte continu) au plus tard le 20 aout, à maitrise.arts.visuels@uqam.ca. La liste de compétences doit être dans un document différent du CV et elle doit être en format Word.

Vous pouvez aussi postuler sur site du service des ressources humaines, sous l’onglet Auxiliaires d’enseignement que vous trouverez ici : https://www.rhu.uqam.ca/index.aspx?id=p5.

AVIS IMPORTANT aux étudiant.e.s qui ont fini leur scolarité : fin de la période d’utilisation des ateliers

Comme le cheminement prévu pour les études de cycles supérieurs se termine pour vous cet été, il est maintenant temps de quitter l’espace que vous occupiez dans les ateliers de la maitrise, et ce, même si vous êtes, ou serez, en prolongation ou en absence. En effet, dès la rentrée, ces espaces seront distribués aux étudiants nouvellement admis.

Nous vous demandons donc de retirer tous vos effets personnels de l’atelier que vous utilisiez, de remettre cet espace en ordre et de rapporter la clé au bureau de la maitrise au plus tard le 20 aout 2019. Lorsque vous aurez remis la clé, vous récupérerez votre dépôt de 20$.

Les lignes fantômes. Julie Ouellet (récemment diplômée) à la Galerie Simon Blais.

http://www.galeriesimonblais.com/fr/expositions/les-lignes-fantomes

Du 3 juillet au 3 août.

Après quatre années de recherches ayant la forêt de l’île de Carillon comme trame de fond, Julie Ouellet présente aujourd’hui une vingtaine d’œuvres, tant sur bois que sur papier, sous le titre Les lignes fantômes. Cette exposition fait suite à celle de 2018 à la Maison de la culture Frontenac, qui concluait sa maîtrise. L’artiste renoue ici avec la peinture – discipline qu’elle avait délaissée ces dernières années.

Depuis 2015, Julie Ouellet s’est imposé un cadre restreint tant par le sujet que par la matière et le format. Elle se permet maintenant d’élargir son cadre de différentes manières : que ce soit par la variété des formats, l’ajout de techniques qu’elle avait mises de côté, ou encore la démultiplication des points de vue. En proposant des perspectives différentes, en angle, Ouellet confère un nouveau dynamisme au paysage représenté. De même, par l’accumulation de formes et de motifs, l’artiste accentue l’effet vibratoire de ses œuvres. À coup de formes entrecoupées, elle trace des traits, comme si elle marquait le temps à la manière d’une machine à écrire imprévisible. 

Au premier abord, un paysage semble être une structure stable, mais pourtant celle-ci change constamment, au fils des jours, des saisons, altérée par le vent et la lumière. De la même manière, les œuvres de Julie Ouellet se veulent stables à première vue, mais sa manière de dessiner ce même paysage change et évolue au fil du temps. Dans une volonté de renouveler son tracé et d’élargir son vocabulaire plastique, l’artiste s’est prêtée à l’exercice consistant à démultiplier un même point de vue.   

Bravo à Maude Arès pour le prix de finaliste de la Bourse Plein sud 2019 !

Plein sud, centre d’exposition en art actuel à Longueuil a annoncé, le 1er juin. que la Bourse Plein sud 2019 a été attribuée à l’artiste Pascale LeBlanc Lavigne. En plus de Pascale LeBlanc Lavigne, deux autres artistes finalistes ont également été retenus par le jury de la Bourse Plein sud 2019 sur la qualité de leur parcours artistique. Il s’agit de Maude Arès et de Mathieu Fecteau.

en savoir plus

LE JURY
Chacun des membres du jury devait proposer les candidatures de trois artistes de la relève, pour un total de neuf candidat(e)s. Les candidates et candidats retenu(e)s pour la Bourse Plein sud 2019 étaient : Maude Arès / maudeares.comCamille Bernard-Gravel / camillebernardgravel.comMathieu Fecteau / mfecteau.comAlexia Laferté-Coutu / alexialafertecoutu.comPascale LeBlanc Lavigne / pascaleleblanclavigne.comNataliya Petkova / nataliyapetkova.comSanaz Sohrabi / sanaz-sohrabi.comAnouk Verviers / anoukverviers.comLeila Zelli / vimeo.com/leilazelli/

Le jury de la Bourse Plein sud 2019 était constitué de Marie J. Jean, directrice générale et artistique de VOX, centre de l’image contemporaine, de Patrice Loubier, professeur au Département d’histoire de l’art de l’UQAM, ainsi que de Jocelyn Robert, artiste et professeur à l’École d’art de l’Université Laval à Québec.




https://www.plein-sud.org/listes-envois/bps_2019_remise.html

Art Mûr : Peinture fraîche et nouvelle construction. Patrick Foisy et Tristan O’Malley y sont

Du 18 juillet au 24 août 2019
Vernissage : Le jeudi 18 juillet 2019 de 17 h à 20 h
Peinture fraîche et nouvelle construction – 15e édition
Art Mûr Montréal (QC)

July 18 – August 24, 2019
Opening reception: Thursday, July 18, 2019 from 5-8 p.m.
Fresh Paint / Construction – 15th edition
Art Mûr Montreal (QC)

51 artistes / artists : Tiffany April, Francis Arguin, July-Ann El Baze, Haley Bean, Guy Bergeron, Quinn Buckler, Joviel Buenavente, Emily Clark, Colin Courtney, Tye Dandridge, Tatianna Diamantopoulou, Louis-Charles Dionne, Alissa Dionne, Jessy Duchaine, Olivier Moisan Dufour, Julie Dumont, Alexanne Dunn, Laurena Fineus, Patrick Foisy, Eloïse Foulon, Kelsey Gallagher, Alexis Gros-Louis, Emily Hayes, Brubey Hu, Miles Ingrassia, IvanovStoeva, Matthew Kratz, Nicolas Lapointe, Katika Marczell, Sasha Miller, Cecilia Mulvey, Tristan O’Malley, Lauren Prousky, Marie-Soleil Provençal, Devon Pryce, Naz Rahbar, Steven Restagno, Jessie Rowe, Myriam Simard-Parent, Rebecca Sutherland, Ryan Taylor, Merryn Tresidder, Tiffany Tsang, Philippe Vandal, Chad Vaudry, Jon Vaughn, Agatha Veale, Lingxiang Wu, Katherine Wyatt, Arma Yari, Chongyin Yuan

Treize universités participantes / Thirteen participating universities: Alberta University of the Arts (Calgary, AB), University of Regina (SK), University of Manitoba (MB), University of Waterloo (ON), York University (Toronto,ON), OCAD University (Toronto, ON), Université d’Ottawa (ON), Concordia University (Montréal, QC), Université du Québec à Montréal UQAM (Montréal, QC), Université Bishop’s (Sherbrooke, QC), Université Laval (QC), NSCAD University (Halifax, NS), Grenfell Campus Memorial University (NL)

Facebook

Appel de dossiers : Résistance, une exposition collective au parc des Faubourgs

Un projet d’exposition collective sur le thème de la résistance : Cette exposition se fera au Parc des Faubourgs, à partir du 27 septembre, dans le cadre des Journées de la culture. La date limite pour les dépôts de projets est le 1er août 2019. L’appel de dossiers s’adresse aux artistes visuel.les et écrivain.es de la relève (18 à 29 ans), résidant à Montréal.

Pour cette troisième édition, notre regard qui s’était auparavant attardé sur des créateurs établis se tourne désormais vers la relève artistique. Comme notre mandat est territorial, Il nous semble important de tenir compte de la spécificité de notre territoire et d’avoir une approche intégrée. À cet égard, nous avons développé un partenariat avec le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Centre-Sud/Plateau Mont-Royal/ Mile-End. Étant donné le grand nombre de jeunes artistes présent.es sur son territoire, celui-ci a développé le Projet Art, un service spécialisé en arts et culture où une conseillère formée en counseling de carrière et en histoire de l’art accompagne des individus dans leur recherche d’emploi en milieu culturel ou dans le développement de leur carrière artistique. Cette initiative a pour objectif de soutenir l’intégration des artistes émergent.es au milieu artistique en leur offrant une visibilité, ainsi qu’une expérience professionnelle complète.

Pour la diffusion, veuillez s.v.p. utiliser le lien du formulaire en ligne : https://forms.gle/XjWL6KqFz7RsgqVu5

Vous pouvez aussi mettre le lien de l’appel de dossier se trouvant sur notre site internet : http://www.voiesculturelles.qc.ca/resistance-exposition-appel-dossiers/

Un grand merci pour votre collaboration !

Jessica Lauzon
Adjointe à la direction | Responsable des communications

Voies culturelles des faubourgs
2187, rue Larivière, bur. 107
Montréal, Qc. H2K 1P5
514.526.2787
Site internet : http://www.voiesculturelles.qc.ca/resistance-exposition-appel-dossiers/

Appel à communication : Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action?

Colloque international Université du Québec à Montréal (UQAM) et Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action ?

15, 16 et 17 juin 2020

La Chaire de recherche UQAM pour le développement de pratiques innovantes en art, culture et mieux-être, le groupe de recherche ArtEspaceSocial et le Musée des beaux-arts de Montréal vous convient au colloque international Se mobiliser par l’art. Comment les pratiques artistiques, muséologiques et éducatives appellent-elles l’action ? qui aura lieu les 15, 16 et 17 juin 2020 au Musée des beaux-arts de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal. Ce colloque mettra en discussion des projets de recherche, des pratiques artistiques et des expériences de participation provenant du domaine des arts, de la muséologie et de l’éducation artistique.

Les pratiques artistiques, muséales et éducatives qui conjuguent l’art et la participation sociale de personnes marginalisées, l’art et l’éducation inclusive et l’art pour une meilleure santé mentale et physique des individus font partie du paysage culturel québécois depuis plus d’une décennie. Compte tenu de leur déploiement dans différents contextes et auprès de différentes populations ainsi que de l’intérêt grandissant des chercheur.e.s, des praticien.ne.s, des milieux de la santé et des groupes communautaires pour de telles pratiques, les conférencier.ière.s seront appelé.e.s à interroger le thème à partir de la question suivante : Comment et à quelles conditions les pratiques artistiques, éducatives et muséologiques inspirent-elles l’action sur les plans individuel et collectif ?

Les propositions de communications aborderont plus largement les questions suivantes :

D’un point de vue individuel : Comment des pratiques artistiques, muséologiques et éducatives formelles et non formelles favorisent-elles une (re)remise en mouvement qu’elle soit psychique, physique ou intellectuelle ? Comment permettent-elles de mieux se (re)connaître ? Comment agissent-elles sur les habiletés d’une personne à rassembler son énergie, à stimuler sa motivation, à faire preuve d’une plus grande résilience, à activer sa créativité ? Comment permettent-elles de sortir de l’isolement et de se penser comme partie prenante d’une collectivité ? Comment l’art peut-il contribuer à s’instruire et à s’investir dans la poursuite d’un objectif ? Comment faire face aux enjeux éthiques propres à de telles pratiques ?

D’un point de vue collectif : Comment des pratiques artistiques, muséologiques et éducatives formelles et non formelles favorisent-elles l’inclusion et la participation à une collectivité ? Comment agissent-elles sur la capacité à tisser des liens, malgré les différences ? Comment permettent-elles à une collectivité de se penser comme telle, de devenir visible et audible, d’agir publiquement ? Comment le contact avec l’art et le fait d’en faire l’expérience peuvent-ils contribuer au vivre-ensemble dans une société pluraliste ? Comment ces pratiques favorisent-elles une action sociale et politique ?

D’un point de vue sociétal : À quelles conditions l’apport de ces pratiques pourrait-il être reconnu pour sa complémentarité avec les actions posées dans les milieux de la santé, des groupes communautaires et de l’éducation qui doivent, de plus en plus, répondre à des problèmes complexes nécessitant d’autres types de collaboration, d’autres façons de voir et de faire ? Quelles sont les conséquences de la non-accessibilité à la culture et à l’art sur une citoyenneté effective ? L’évaluation des impacts de ces pratiques telle qu’exigée par les instances subventionnaires est-elle souhaitable ou même possible ? Dans quelle mesure les méthodologies issues des sciences sociales et de la santé peuvent-elles en faire l’évaluation?

Consignes de présentation : Les propositions de communication doivent être rédigées en français ou en anglais en utilisant le présent formulaire. Une confirmation sera transmise dès la réception de la proposition. La durée de chaque communication est de 20 minutes.

Date limite : Nous invitons les candidat.e.s à retourner le formulaire par voie électronique à l’adresse suivante : semobiliserparlart@gmail.com au plus tard le 13 septembre 2019.

Un comité scientifique évaluera les propositions et communiquera avec les personnes sélectionnées au plus tard le 11 octobre 2019.

Pour plus d’informations : semobiliserparlart@gmail.com

la RIPA – rencontre interuniversitaire de performance actuelle – à la Fonderie Darling

Pour cette huitième édition, la RIPA – rencontre interuniversitaire de performance actuelle se déroulera à la Fonderie Darling, le 30 et 31 mai 2019. L’événement se déploie en deux temps : une soirée de performances où seront à l’honneur onze artistes de la relève issus du réseau interuniversitaire, ainsi que Victoria Stanton – artiste mentore de l’édition 2019. Dans un deuxième temps, se tiendra une table ronde portant sur les thématiques de « l’espace vital » et « l’espace social » au sein des pratiques de performance actuelle, ainsi que sur les interventions proposées la veille.

La RIPA est un lieu d’expérimentation unique qui suscite un intérêt grandissant. Propice à l’émergence de nouvelles pratiques, la rencontre attire à chaque année un public nombreux et diversifié, favorisant un échange privilégié entre les acteurs du monde culturel et universitaire.

Consultez notre nouveau site web [ripa-performance.org] pour en apprendre davantage sur notre mandat et les éditions précédentes. Ci-joint notre communiqué de presse, il réunit les détails de nos deux événements ponctuels.

En espérant que la programmation de cette année a su vous inspirer, l’équipe de la RIPA 2019 espère vous retrouver à la Fonderie Darling ce mois-ci!

Aziza Nassih
Communications – RIPA 2019
ripa-performance.org
ripa.contact@gmail.com
Instagram :@ripa.performance
Événement Facebook – Soirée de performances
Événement Facebook – Table Ronde

RIPA- rencontre interuniversitaire de performance actuelle est un événement annuel sans but lucratif géré par des étudiant.e.s bénévoles qui vise à promouvoir les pratiques performatives émergentes provenant du réseau universitaire québécois ainsi que des régions avoisinantes. La RIPA souhaite développer les réseaux de la performance au Québec en favorisant les échanges entre les étudiant.e.s, les divers publics et la communauté artistique.

OFFRE DE BOURSES POUR LES FINISSANT.ES DE L’AEMAVM

L’Association des étudiant.es de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM pour la période de mai 2019 à avril 2020 inclusivement.

5 bourses seront offertes au montant de 200$ chacune pour les deux volets suivants:
1- Volet Expositions de finissant.es – rétroactives et à venir
2- Volet Projets de création – rétroactifs et à venir

Date limite : le 20 juin 2019 a minuit

Envoyez votre dossier a l’adresse suivante : bourses.aemavm@gmail.com


Envoyez votre dossier a l’adresse suivante : bourses.aemavm@gmail.com


Critères généraux
• Etre finissant.e a la maîtrise en arts visuels et médiatiques, concentration création ou éducation
• Priorite aux e tudiant.es non-re cipiendaires de bourses FARE, FQRSC, CRSH, etc.
• Etre membre de l’association étudiante AEMAVM
• Qualité de présentation du dossie


Critère volet Expositions
• Etre finissant.e a la maîtrise en arts visuels et médiatiques, ainsi qu’exposer (ou avoir exposé) dans la période suivante : entre les mois de mai 2019 et avril 2020 inclusivement.


Critère volet Projets de création
• Un projet qui met en valeur la recherche de l’artiste et quidéveloppe un aspect inédit ou expérimental dans la démarche de ce.cette dernier.ère (contexte, lieu, médium)


Dossier : documents demandés
• Intention de projet ou d’exposition. Maximum 200 mots
• Dossier visuel et/ou audio et/ou vidéo. Maximum 5 documents
• CV a jour incluant les bourses déja reçues
• Liste sommaire des dépenses associées
• Preuve d’exposition si applicable (capture d’écran, copie du courriel d’acceptation)


Faites-nous parvenir votre dossier dans la forme souhaitée compatible avec un envoi courriel avant jeudi le 20 juin 2019 minuit à l’adresse : bourses.aemavm@gmail.com

Maude Corriveau, récipiendaire de la Bourse d’études en arts visuels Yvonne L. Bombardier

Bourse d’études en arts visuels Yvonne L. Bombardier (6e édition)

Étudiante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, Maude a séduit les membres du comité de sélection pour l’originalité de son propos.

À travers des œuvres hyperréalistes, elle questionne la valeur que l’on porte aux objets de consommation, reproduisant des objets de pacotilles pour les magnifier. L’excellence de sa technique et la facilité avec laquelle elle pratique les jeux d’ombre-lumière et de trompe-l’œil sont remarquables.


Initiative née d’une volonté commune du service des activités philanthropiques de la Fondation J, Armand Bombardier et du Centre culturel Yvonne L. Bombardier, la Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier a pour objectif de contribuer à la relève en arts visuels au Québec.

La bourse est remise annuellement à un étudiant inscrit dans un programme de maîtrise en art dans une université québécoise et pratiquant une ou plusieurs des disciplines suivantes :

Dessin
Gravure/estampe
Peinture
Photographie
Sculpture
La bourse comprend :

Un prix en argent de 10 000 $
Une exposition des œuvres de l’étudiant dans un lieu de diffusion montréalais pendant l’année suivant la bourse
La production d’une carte de visite vidéo présentant la démarche artistique du boursier ainsi que ses œuvres

Recherche création : Christine Leblanc. Je te regarde. Me vois-tu?

Du 20 au 27 mai
Vernissage le jeudi 23 mai à 17h30-21h
CDEx (J-R930) Pavillon Judith-Jasmin
405, rue Sainte Catherine Est, Montréal
coin Saint-Denis / Métro Berri-UQAM
Heures d’ouverture : 12h à 18h

De nos jours, le selfie engendre une nouvelle relation avec notre propre image. Christine LeBlanc, à partir d’une pratique de la peinture, porte cette image de soi hors des conventions et l’ouvre vers de nouvelles perspectives. À travers cette exposition, Je te regarde. Me vois-tu?, l’artiste présente le développement d’un regard subjectif faisant écho à l’évolution du genre de l’autoportrait en peinture. Le miroir écranique qu’offre le numérique transforme et altère l’image que nous avons longtemps considéré comme vérité. Maintenant, tous les outils technologiques de communication offrent une image en constante transformation. Pouvons-nous encore parler d’autoportraits avec la démocratisation de cette image de soi qui traverse maintenant toute la sphère du web, des réseaux sociaux et qui défile à tout moment sur l’écran de nos téléphones intelligents? Reproduisant sa propre image de manière quasi obsessive, Christine LeBlanc tente d’épuiser le potentiel pictural et plastique de ce même motif. Elle cherche, à travers cette énergie nouvelle et probante, à échapper à la fois aux pièges des traditions de la peinture et aux nouveaux stéréotypes rattachés aux selfies.


Christine LeBlanc est née à Montréal où elle vit et travaille actuellement. Elle a complété un baccalauréat en peinture et dessin à l’Université de Concordia en 2014 et termine ses études à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Elle compte à ce jour deux expositions individuelles, au Centre culturel de Châteauguay et à La Galerie à Boucherville, ainsi que plusieurs expositions collectives. En 2012, elle a participé à une résidence artistique au Musée Hermitage de Saint-Pétersbourg (Russie). Je te regarde. Me vois-tu? est son exposition de fin de maitrise.


Renseignements : cleblancartiste@outlook.com
Événement Facebook
Site Web

Offre d’emploi d’été – Centre des arts actuels Skol

Accueil des publics et aide aux événements.

Date limite pour postuler : le 01 juin 2019


Pour les personnes admissibles au programme de subventions salariales d’Emploi-Québec

Entrée en fonction: le 27 août 2019
Durée de l’emploi : 30 semaines
Date limite pour postuler : le 01 juin 2019

Le Centre des arts actuels Skol recherche une personne polyvalente pour accomplir différentes tâches liées aux expositions et aux événements (vernissages, lancements, conférence, etc.).

Tâches :

  • accueillir le public et répondre à ses questions;
  • présenter les expositions et le Centre à un public diversifié;
  • voir au bon déroulement des expositions;
  • participer à la préparation des vernissages, lancements, locations, conférences, collecte de fonds et événements;
  • gérer et acheminer l’information entrante (courrier, courriel, téléphone);
  • archiver la documentation d’exposition;
  • rechercher des commanditaires;
  • s’occuper de l’entretien des espaces;
  • gérer les outils et les matériaux de montage;
  • gérer l’inventaire des publications.

Selon ses compétences, la personne choisie pourrait aussi aider à diverses tâches, comme l’aide au montage d’expositions, l’installation du matériel audiovisuel, le transport d’œuvres et la révision de textes.

Compétences recherchées:
avoir de très bonnes habiletés de communication verbale et écrite en français;
avoir des habiletés de communication de base en anglais;
avoir une bonne connaissance de l’art actuel et des centres d’artistes;
avoir un intérêt pour la médiation culturelle et ses enjeux;
aimer travailler avec le public;
avoir de la facilité à travailler en équipe;
être polyvalent et autonome;
bien que non obligatoires l’habileté manuelle et la connaissance de base de l’audiovisuel sont des atouts.
Horaire et conditions:
30 heures / semaine
Doit être disponible les samedis, les jeudis soirs et lors d’évènements
Taux horaire: 13,50 $ / l’heure

Veuillez obtenir votre lettre d’admissibilité auprès de votre Centre local d’emploi (CLE) avant de postuler. Pour ce faire, présentez-vous à votre Centre local d’emploi (CLE) avec cette offre d’emploi en main.

Pour postuler, faites parvenir votre lettre de présentation, votre curriculum vitæ et une copie de la lettre d’Emploi-Québec confirmant votre admissibilité au programme d’emploi à l’adresse suivante : embauche@skol.ca avant le 01 juin 2019, 23h59. Vous recevrez un accusé de réception.

Les candidat·e·s recevront une réponse par courriel d’ici le 12 juillet 2019.

*Nous accordons une grande valeur à la diversité culturelle et nous encourageons les candidat·e·s à mentionner s’ils sont issus de l’immigration, membres de minorités visibles, ou Autochtones.

Skol est accessible par fauteuil roulant. Si vous avez besoin de mesures d’adaptation liées à un handicap, n’hésitez pas à communiquer avec un membre de l’équipe.

Recherche création : Janick Burn. Aubes.

Exposition de fin de maîtrise

18 mai – 22 juin 2019 Vernissage : 1er juin à 15h.

Centre d’exposition Plein Sud : Cégep Edouard Monpetit, 150, rue De Gentilly Est, LongueuilLocal D-0626 http://www.plein-sud.org/expositions/expos2018_19/burn.html

Téléphone : 450 679-2631, poste 2324

Janick Burn envisage le corps au regard d’enjeux de visibilité et de travail. La notion d’expérience vécue s’inscrit au cœur de sa pratique performative et vidéographique. Elle s’intéresse à l’interstice qui apparaît lorsque deux concepts ou états sont appréhendés dans une dynamique d’opposition (passivité/activité, public/privé, corps/pensée, etc.). Ce lieu contingent de rencontres et de confrontations offre à l’artiste un cadre de travail et de réflexion au sein duquel expérimenter les potentialités du corps – le sien ou celui d’interprètes.

Avec Aubes, Burn présente un portrait intime et brut de sa rencontre avec le temps et la lumière. Entre les solstices d’été et d’hiver de l’année 2017, l’artiste consigne en images et en mots les aubes dont elle fait l’expérience quotidiennement à travers la fenêtre de sa chambre. À l’issue de la nuit, elle filme le passage de l’obscurité à la clarté et traduit par l’écriture ses observations ainsi que les sensations qui l’habitent. Burn élabore un récit du temps vécu, récit entrelaçant attente et activité, plénitude et ennui, où s’y superposent des états de résistance et de précarité.

Au fondement de l’œuvre réside l’hypothèse selon laquelle la manière la plus juste et la plus sensible d’aborder le corps serait de ne pas le montrer dans l’image. Alors que Burn performe hors du cadre de l’image qu’elle enregistre, l’œuvre fait appel à des enjeux de visibilité (ou d’invisibilité) de façon à problématiser les politiques de la représentation. C’est ce qui est absent de l’image qui définit celle-ci substantiellement, car l’artiste suggère une présence qui peut se deviner par projection. Hors champ, son corps performant s’incarne à travers cette « absence-présence » et à travers les notes qui accompagnent la création de l’image, l’écriture fragmentaire dévoilant une subjectivité en quelque sorte latente dans les vidéos.
— Maude Johnson

Note biographique

Originaire de l’Outaouais/Anishinabewaki, Janick Burn habite Montréal/Tio’tia:ké depuis plusieurs années. Elle termine en 2019 une maîtrise en arts visuels et médiatiques et se consacre à la mise en place de différents projets artistiques. Par une approche réflexive, elle se soucie en particulier du corps et du cadre de la performance et de la vidéo – pratiques autour desquelles sa démarche s’articule et se déploie.

janickburn.com

La Bourse Plein sud

La Bourse Plein sud est remise annuellement à un artiste émergent en arts visuels qui compte moins de 8 années de pratique artistique professionnelle. Le lauréat ou la lauréate de la Bourse est également invité(e) à exposer à Plein sud dans le cadre de la programmation régulière de l’année qui suit l’attribution de la Bourse. Le projet d’exposition de Janick Burn est ainsi présenté à Plein sud du 18 mai au 22 juin 2019.

Le jury indépendant, réuni pour l’attribution de la bourse 2018, était constitué de Gentiane Bélanger, directrice-conservatrice de la Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop’s, de Isabelle Hayeur, photographe et vidéaste, ainsi que de Andréanne Roy, historienne de l’art.

L’attribution de la Bourse Plein sud est rendue possible grâce à monsieur Charles S.N. Parent, vice-président de la Financière Banque Nationale, donateur particulier qui appuie généreusement cette initiative depuis plus de 20 ans.

SAMEDIS ARTS-JEUX À PLEIN SUD

Le samedi après-midi, participez gratuitement et en famille à un atelier d’arts plastiques en lien avec l’exposition de Janick Burn. Aucune réservation n’est nécessaire pour cette activité familiale ! Rendez-vous simplement à Plein sud à 14 h ou à 15 h, les samedis 18 et 25 mai 2019 ou les samedis 1, 8, 15 et 22 juin 2019.

Les Samedis Arts-Jeux bénéficient du soutien du Bureau de la culture de la Ville de Longueuil. Bienvenue à tous !

Offres d’emploi – La Centrale Galerie Powerhouse

2 offres

COORDONNATRICE.EUR AU FINANCEMENT, AU DÉVELOPPEMENT DES PUBLICS ET À L’ADHÉSION DES MEMBRES (date limite 15 mai)

La Centrale Galerie Powerhouse recherche un.e artiste à relever le défi de développement des stratégies de financement et de rayonnement du centre, ainsi que veiller sur les besoins de l’ensemble de membres.

Travaillant en consultation avec le conseil d’administration, le personnel et les membres, la.e coordonnatrice au financement, au développement des publics et à l’adhésion des membres devra élaborer et exécuter la stratégie de financement, assurer le rayonnement et la diffusion de la galerie et de ses artistes membres; développer l’adhésion des membres et assurer la bonne communication entre les membres et le centre; élaborer des partenariats en lien avec ses activités et veiller à l’équité au sein des comités dont elle/il aura la charge ainsi que dans toutes les sphères relatives à son poste et à la Centrale.

À La Centrale, nous reconnaissons la valeur des emplois rémunérés
et non-rémunérés.

Temps de travail et taux horaire : 28h/semaine – 17,34$/h – poste permanentD

Plus d’information :
http://www.lacentrale.org/story/offre-demploi-coordonnatriceeur-au-financement-au-developpement-des-publics-et-ladhesion-des

COORDONNATRICE.EUR DE LA PROGRAMMATION DES EXPOSITIONS (date limite 29 mai)

La Centrale Galerie Powerhouse recherche un.e artiste à même de relever le défi de développer la vision artistique en collaboration avec le comité de programmation et le conseil d’administration.

Travaillant en consultation avec le conseil d’administration, le personnel et les membres, la.e coordonnatrice de la programmation des expositions devra développer la vision artistique du centre; coordonner la programmation des expositions; coordonner et soutenir les montages et démontages des expositions; élaborer des partenariats en lien avec ses activités et veiller à l’équité au sein des comités dont elle.il aura la charge ainsi que dans toutes les sphères relatives à son poste et à la Centrale.

Temps de travail et taux horaire : 28h/semaine – 17,34$/h – poste permanent.

Date limite de candidature : le 29 mai 2019.

Plus d’information : http://www.lacentrale.org/story/offre-demploi-coordonnatriceeur-de-la-programmation-des-expositions

Recherche création : Maude Arès. L’algue flotte dans une rivière, amenée…

Exposition de fin de maîtrise : L’ALGUE FLOTTE DANS UNE RIVIÈRE, AMENÉE PAR LE DÉBIT DE L’EAU, ELLE S’AGRIPPE À LA PIERRE, ELLE Y RESTE LONGTEMPS

Galerie de l’UQAM. 17 mai – 22 juin 2019 Vernissage : jeudi 16 mai, 17 h 30V

Les gestes de Maude Arès se fondent sur la collecte, la récupération et la remise en jeu. Archivant des débris depuis les cinq dernières années, elle s’intéresse aux trajectoires, aux histoires de chocs et d’usure – réelles ou imaginées – inscrites dans les matériaux fragmentés. L’attention portée à la charge des matériaux permet d’interroger la manière dont les mouvements et actions des êtres – humains ou non humains – s’influencent.

L’exposition présente une installation mettant en scène un univers minuscule composé d’une collection d’objets trouvés, voire brisés, ainsi qu’une série de petites sculptures précaires et longilignes nommées outils-mystères. Au cours de l’exposition, Arès actionne ces objets de petite taille par des jeux d’équilibre et de déplacement. Les outils-mystères deviennent alors des extensions du corps de l’artiste, permettant des manipulations lentes, périlleuses et hasardeuses des matériaux exposés.

ÉVÈNEMENT FACEBOOK

+ PLUS D’INFORMATIONS

ACTIVATIONS DE L’INSTALLATION
Performance et conception sonore de Maude Arès et Simon Labbé

Samedi 18 mai 2019, 13 h
Jeudi 23 mai 2019, 16 h
Mardi 28 mai 2019, 16 h
Samedi 1 juin 2019, 13 h*

Galerie de l’UQAM
Entrée libre
Les activations durent environ 1 h.

*L’activation du samedi 1 juin est présentée dans le cadre de la programmation du OFFTA – festival d’arts vivants, en simultanée avec la performance À la racine de Marilou Craft et Chloé Savoie-Bernard.


Tables renversées : Contradiction, perméabilité et résistance : l’école d’art aujourd’hui

Jeudi 16 mai 2019, de 09:00 à 15:30.

Horaire des activités

9h15 TABLE PLIANTE
Contexte historique, occupation de l’École des Beaux-Arts 1968,
manifeste de l’Université libre des arts du quotidien (ULAQ),
enjeux de l’école d’art d’aujourd’hui et contradictions.
Dialogue intergénérationnel et conférence performative. Avec Ronald Richard, Claude Laflamme (République des Beaux-Arts : la malédiction de la momie), Félix Denis et Catherine Robitaille. Modérateur Mario Côté.

10 h 45 TABLE D’ÉCOUTE RADICALE
Prenant conscience des lieux et de ce qu’ils évoquent,
cette table d’écoute sera pensée dans un esprit de perméabilité et partage des idées.
Conséquemment, le public sera invité à fabriquer des objets poreux à leurs environnements : lecture, atelier, performance, exposition, confection de rouleaux impériaux. Avec Susan Turcot, Blanca Casas-Brulet, Gaëlle Bourdeau

13 h 30 TABLEs RENVERSÉEs
La table renversée considère l’art – et la défense de son enseignement – comme des actes de résistance au conformisme, à l’individualisme et aux stéréotypes de la société.
Sous la forme de laboratoires de discussion, d’expérimentations artistiques suivant les humeurs contextuelles, cette table se situera en dehors de la tyrannie du succès et de la fixité des catégories dans la transmission artistique. Avec Christine Major, Claude Majeau, Julie Cantin, Anne-C. Thibault, Romeo Gongora, Marie Samuel Levasseur, Claire Savoie

10 h 45 et 13 h 15 DÉAMBULATIONS ET VISITES ICONOCLASTES DU PAVILLON-JUDITH JASMIN
Connaissez-vous l’origine du Pavillon Judith-Jasmin et ses surprises architecturales?
Deux visites guidées et iconoclastes vous sont proposées.Avec Natalie Lafortune (artiste en résidence)

12 h 10 TABLE PÉRIPHÉRIQUE (Table à manger)
Après avoir nourri l’esprit, la Table périphérique propose une festive nourriture du corps et des jardins d’agrément. Avec David Blatherwick, Catherine Robitaille, Marie Samuel Levasseur

Toute la journée DÉPARTEMENT DE LA CONCIERGERIE (Balais et Cie)
Une équipe des balayeurs accueillera le public et assurera la joie de l’entretien artistique tout au long de la journée. Avec Catherine Asselin-Boulanger, Raphaël Biscotti-Chabot, Antony Brunelle,
Martine Chartrand, Mario Côté, Annie France Leclerc.

Colloque : Arts, sociétés et partage des savoirs

15 au 17 mai 2019 au Musée des beaux-arts de Montréal (15 mai) et à l’UQAM (16 et 17 mai)

Vous êtes cordialement invités à participer au colloque Arts, sociétés et partage des savoirs qui aura lieu du 15 au 17 mai 2019 au Musée des beaux-arts de Montréal (15 mai) et à l’UQAM (16 et 17 mai). Ce colloque, organisé par la Faculté des arts en collaboration avec la Faculté des sciences de l’éducation, réunira une centaine de chercheurs, artistes et enseignants du Québec et d’ailleurs s’intéressant aux relations entre l’art, la culture, l’éducation et le partage des savoirs artistiques dans les sociétés contemporaines.

Cet événement exceptionnel conclut les célébrations des 50 ans du Rapport Rioux, un document phare de la Révolution tranquille, qui soulignait en 1969 l’importance de l’éducation artistique pour tous au Québec. Il appelait à une réforme majeure du milieu des arts et à l’élaboration d’une politique culturelle garantissant à chacun un accès aux arts et à la culture. Force est de constater aujourd’hui à quel point les questions centrales qui y étaient posées demeurent d’une brûlante actualité.

Le colloque, gratuit et ouvert à tous, sera l’occasion de poursuivre une réflexion essentielle sur la place des arts dans la société. Au plaisir de vous compter parmi nous,

Le comité organisateur des célébrations entourant les 50 ans du Rapport Rioux

Voir le programme du colloque
Pour obtenir plus d’informations, consultez notre site Internet
Pour s’abonner à notre page Facebook https://www.facebook.com/rapportrioux/

Équipe de coordination :
Thomas Corriveau, professeur, École des arts visuels et médiatiques
Vincent Bouchard-Valentine, professeur, Département de musique
Assistés de Vicky Tremblay, étudiante, Département de musique

Appels à projets : Festival Art Souterrain 2020 (12e édition)

Date de tombée : 30 juin 2019

Le Festival 2020 se prépare dès à présent ! Rejoignez cette belle aventure et exposez vos œuvres avec Art Souterrain.

Chaque année, c’est plus de 200 000 personnes qui visitent pendant 3 semaines notre exposition souterraine.

Répondez avant le 30 juin 2019 à notre appel aux artistes pour avoir la chance de participer à cet événement majeur de l’art contemporain à Montréal.

Déposez votre candidature ici!

Thématique : «RESET»

Chaque année, le Festival Art Souterrain choisit un thème fort, capable de parler au public, de résonner avec l’actualité et d’inspirer les artistes. En 2020, c’est le thème « Reset » qui a été sélectionné.

« Et si vous pouviez appuyer sur un bouton et tout effacer, que feriez-vous de cette nouvelle page blanche ? Si l’on vous proposait de repartir à zéro, comment imagineriez-vous le monde ?

L’humanité se trouve à un tournant. Faut-il persister dans ses habitudes ou prendre conscience des schémas répétitifs pour repartir sur de nouvelles bases? Bouleverser sa routine et changer les habitudes peut provoquer d’intenses moments d’insécurité. Cela peut entraîner des remises en question douloureuses, voire des pertes de repères.

Les bouleversements climatiques, économiques et politiques sont au cœur de notre actualité. Individuellement et collectivement, s’il veut survivre, l’être humain aura bientôt à modifier sa relation au monde, mais aussi ses relations interpersonnelles.

Le manichéisme est-il la seule solution? Faut-il penser uniquement en termes d’utopie et de dystopie afin de trouver des sentiers qui n’ont jamais été balisés? »

Appel à projets : L’exposition Pop Pavillon


En partenariat avec ART POP (POP MONTRÉAL) Date limite 13 mai 2019

L’AEMAVM (Association de étudiant.e.s de la Maîtrise en arts visuels et médiatiques) est heureuse de s’associer à Pop Montréal pour une deuxième édition. Les étudiant-e-s de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM sont invité-es à proposer une œuvre en vue d’une exposition collective organisée par l’AEMAVM en partenariat avec Art POP – POP Montréal, qui se tiendra dans plusieurs lieux au mois de septembre 2019.

Pour plus d’infos sur Art POP : https://popmontreal.com/fr/volet/art-pop/

L’événement se déclinera en :

Une soirée de performances dans un studio de danse au Rialto;
Des oeuvres présentées au Rialto et dans une expositions collective satellite organisée par l’AEMAVM;
La possibilité de présenter une œuvre sonore sur les ondes d’une radio-pirate ;
Des petites œuvres diffusées par Distroboto ;
Une publication regroupant les travaux des participants de l’AEMAVM ;
Et plus encore!

Toutes les formes de création sont bienvenues.

Critères pour participer à l’exposition:

Être inscrit-e à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM et avoir complété au moins deux trimestres d’études.

Faire parvenir un dossier complet comprenant les 4 éléments suivants :

  1. Description du projet et type d’espace ou de diffusion souhaité (forme / durée) (max 200 mots)
  2. Images ou croquis du projet proposé (max 2-3 images)
  3. Besoins techniques (dimensions spatiales, éclairage et matériel requis)
  4. Biographie (50-100 mots)

À moins d’avis contraire, le matériel, les dépenses, le transport et l’installation des œuvres devront être assurés par les artistes.

Merci de faire parvenir votre proposition à aemavm@gmail.com

Au plus tard le dimanche 13 mai prochain

APPEL À COMMISSAIRES ET ORGANISATEURS POUR L’EXPOSITION POP PAVILLON

Vous souhaitez vous impliquer? Le comité organisateur recrute !

Pour l’organisation et le commissariat de l’exposition satellite, nous aurons besoin d’étudiant.es bénévoles. Une belle expérience à ajouter à votre parcours. Écrivez à aemavm@gmail.com si ça vous intéresse!


CONTRADICTION, PERMÉABILITÉ ET RÉSISTANCE : l’école d’art d’aujourd’hui

Jeudi 16 mai 2019, 9h15 – 15h30. Local J-7120, pavillon Judith-Jasmin

Dans le cadre des activités entourant le 50e anniversaire du Rapport Rioux et du Colloque Arts, sociétés et partage des savoirs qui se tiendra du 15 au 17 mai 2019 à l’UQAM, nous proposons une journée d’activités qui traitera des incidences sociopolitiques, d’hier et d’aujourd’hui, sur l’enseignement et la création artistique L’École des Beaux-Arts de Montréal, fondée en 1922, est occupée par les étudiant.es durant six semaines en octobre 1968, puis incorporée à l’Université du Québec à Montréal l’année suivante. Ces évènements sont inséparables d’un climat politique bouillonnant. Qu’en est-il aujourd’hui des effets sociopolitiques sur les pratiques artistiques ? L’école d’art est-elle toujours perméable aux courants qui animent la société d’aujourd’hui ? Dans un contexte de formation artistique interdisciplinaire,comment interroger les notions de contradiction, de perméabilité et de résistance ?

Des ateliers et dialogues intergénérationnels performatifs, exposés, visites guidées et stations de travail, exploreront différents points de vue s’affirmant dans la polysensorialité. Trois tables offriront des lieux d’action et d’échanges avec les divers publics afin d’imaginer les potentialités de l’art aux aguets des mouvements de la société.

Collectif La Table renversée
Avec la participation de :
David Blatherwick
Mario Côté
Félix Denis
Romeo Gongora
Nathalie Lafortune
Claude Majeau
Christine Major
Catherine Robitaille
Marie Samuel-Levasseur
Claire Savoie
Anne Thibault
Susan Turcot
Et plus…

Séance 1 : Table pliante
Contexte historique, occupation de l’École des Beaux-Arts 1968, manifeste de l’Université libre des arts du quotidien (ULAQ), enjeux de l’école d’art d’aujourd’hui etcontradictions. Dialogue intergénérationnel et conférence performative.

Séance 2 : Table d’écoute radicale
Prenant conscience des lieux et de ce qu’ils évoquent, cette table d’écoute sera pensée dans un esprit de perméabilité et partage des idées. Conséquemment, le public sera invité à fabriquer des objets poreux à leurs environnement : lecture, atelier, performance, exposition, confection de rouleaux impériaux.

Séance 3 : Table renversée
La table renversée considère l’art – et la défense de son enseignement – comme actes de résistance au conformisme, à l’individualisme et aux stéréotypes de la société. Sousla forme de laboratoires de discussion, d’expérimentations artistiques suivant les humeurs contextuelles, cette table se situera en dehors de la tyrannie du succès et de la fixité des catégories dans la transmission artistique.

Séance plénière renversée pour tous les participants viendra clôturer l’événement.

Jeudi 16 mai 2019
9h15 à 10h45, 11h00 à 12h30, 14h à 15h30
Local J-7120
Université du Québec à Montréal
Pavillon Judith-Jasmin, 7e étage (J-7120)
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4
eavm.uqam.ca

Recherche création : Jonathan Sardelis. Ensemble, notre Chair sera Verbe.

Exposition de fin de maîtrise

Au CDEx
Exposition : du lundi 6 mai au lundi 13 mai 2019
Vernissage : mercredi 8 mai, de 17h à 21h Soirée-performance Theosexual : Spiritual Porn : jeudi 9 mai, de 17h à 22h

Avertissement : Cette exposition comporte de la nudité et du contenu sexuellement explicite. Pour un public averti uniquement.

L’exposition : Les oeuvres picturales de Jonathan Sardelis et leurs mises en espace particulières jettent un éclairage nouveau sur les visions crues issues des réseaux du pornoweb. Face à la dématérialisation des corps propres à l’hyperconnectivité virtuelle, l’artiste puise dans les codes pornovisuels de l’internet, la peinture figurative et l’iconographie religieuse pour atteindre la transcendance à travers un bas matérialisme.

S’inspirant de l’oeuvre de Georges Bataille, Jonathan Sardelis invite à une perte de repères typique du nightlife, des expériences rituelles et du sexe. Il fusionne centre de diffusion, lieu de culte et darkroom xxx dans un lieu propice à la célébration d’un érotisme alternatif, se voulant rassembleuse des communautés queers et allié.es. Une série de prières pornoérotiques sous forme de conversations internet rassemble ces oeuvres dans une recherche de nouveaux échanges à la fois mystiques et orgiaques.

À l’ombre de l’église Saint-Jacques, située dans un espace universitaire, cette exposition libérée de préjugés normatifs propose un amalgame des concepts de sacré, d’érotisme et de pornographie. Comment tirer profit de la vitalité hypermorale du pornoweb dans une optique queer? La profusion des images érotiques sur internet ne permettrait-elle pas d’ouvrir de nouvelles possibilités d’extases collectives?

L’artiste : Jonathan Sardelis développe une pratique axée sur les enjeux de la représentation de l’érotisme principalement en peinture, mais débordant aussi dans l’art vidéo et la performance. Puisant dans la tradition de la peinture figurative, l’iconographie religieuse et la pornographie, il aborde le (porno)érotisme dans des perspectives esthétiques, phénoménologiques, théologiques et queers. Jonathan Sardelis est lauréat de la bourse de maîtrise Joseph-Armand-Bombardier du CRSH. Son travail a été vu dans plusieurs expositions et événements, dont à l’encan ARTSIDA 9, Pop Montréal, Accès Public et à la Galerie GHAM & DAFE.


Soirée-performance Theosexual : Spiritual Porn, le jeudi 9 mai, de 17h à 22h. Contribution 5$ suggérée, NOTAFLOF : no one turned away for lack of funds/ personne ne se verra refuser l’entrée par manque de fonds.

Les artistes invité.es :
FRESCO BELMONDO – MARC-ANDRÉ CASAVANT/DISCOSALOPE – GOLDJIAN COLLECTIF LA GÊNE : VIRGINIE JOURDAIN ET KIM MAURICE – PRINCESSE LAMARCHE COLLECTIF NU.E.S : MAUDE CHOQUET-BLANCHETTE ET JULIETTE POTTIER PLAZIAT PICAFLOR – JONATHAN SARDELIS – IRNA SHEL – NOËL VÉZINA/MILIE VERONNEAU

Adresse : Le CDEx, Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R930 405, rue Sainte Catherine Est / coin Saint-Denis, Montréal Métro Berri-UQAM

Heures d’ouverture : Lundi 6, mardi 7 mai : 12h à 18h Mercredi 8 mai : 12h à 21h (le vernissage débute à 17h) Jeudi 9 mai : 12h à 22h (la soirée-performance Theosexual : Spiritual Porn débute à 17h) Vendredi 10 mai : 12 à 19h Samedi 11, dimanche 12, lundi 13 mai : 12h à 18h


*L’exposition et le vernissage sont gratuits *

*La soirée-performance Theosexual : Spiritual Porn propose une contribution suggérée de 5$ à l’entrée (NOTAFLOF : no one turned away for lack of funds/ personne ne se verra refuser l’entrée par manque de fonds)
*Le CDEx est accessible pour les personnes à mobilité réduite

Renseignements Tél. : (438) 823-0094

Lien vers l’événement facebook de l’exposition: https://www.facebook.com/events/386088928902458/Au plaisir de vous y voir

Annonce : Bourses d’exemptions des droits de scolarité supplémentaires – étudiants étrangers (maîtrise)

Bourses d’exemption des frais de scolarité majorés – pour étudiants étrangers (maîtrise) : Le gouvernement du Québec attribue chaque année un certain nombre de bourses d’exemptions des droits de scolarité supplémentaires pour les étudiants étrangers inscrits à temps complet dans un programme de 2e cycle.

Pour plus de détails, les étudiants étrangers de notre programme qui sont admissibles sont priés de s’adresser directement à la Faculté des arts : 
Véronique Stahn
stahn.veronique@uqam.ca
514 987-3000, poste 1092. Local R-440

Autres informations

PDF : Double prise / Double take. Projet commissarié par David Tomas

11 avril – 29 avril, au 5445 de Gaspé – E6-21

Projet mené avec son groupe de recherche composé de Catherine Lescarbeau, Manoushka Larouche et Emmanuelle Duret.

Voir la publication et le contenu éditorial complet

PDF présente sa première exposition. Sous le signe de la machine Esper, PDF propose une exploration de la signification du détail dans le travail de trois artistes actuelles : Emmanuelle Duret, Manoushka Larouche et Catherine Lescarbeau. Elle met en lumière les manoeuvres de cette forme de parasite, sa relation avec le chemin invisible de la mémoire humaine – leurs mystères et leurs conséquences inespérées – et son impact sur le concept et la structure d’une exposition en art contemporain. Ce que nous pouvons appeler une archéologie du détail, des activités parasitaires, de ce qui a été laissé de côté, ce qui a été dissimulé et compressé à l’intérieur des coupes transversales ultraminces du champ élargi de la représentation photographique, sa matrice holographique secrète, peut parfois redéfinir les fonctions d’une exposition et sa relation au spectateur. Une exposition composée de trois captures d’écran de la présence instable du parasite à l’intérieur des identités possibles et des mémoires du réseau photographique.






Annonce : Matinée étudiante Usine C

MER., 15 MAI À 09:00 Usine C

Pour sa dixième édition, le Festival Chromatic prend ses quartiers à l’Usine C du 10 au 17 mai 2019 et son volet professionnel, Chromatic Pro, adapte son format pour les étudiants avec l’organisation d’une Matinée Étudiante. Programmée pour le mercredi 15 mai de 9 h à 12h30, elle regroupe trois pôles d’activités : des discussions avec des artistes et professionnels montréalais, des ateliers de groupe et un open lab participatif.

Grâce au précieux investissement de notre partenaire Loto-Québec, la participation aux diverses activités de la Matinée Étudiante est gratuite.
Etant donnée que la réussite de cet événement repose sur la participation active d’étudiants passionnés provenant de domaines d’études variés, nous vous transférons donc cette invitation.

Vous trouverez ci-dessous et en pièce jointe divers documents présentant la Matinée Étudiante et toutes les informations à connaître à son sujet :
· une document de présentation incluant la programmation complète
· un visuel à diffuser sur vos réseaux
· le lien vers notre événement Facebook ici
· le lien vers notre formulaire d’inscription pour les étudiants ici

N’hésitez pas à me contacter par courriel ou téléphone pour plus de renseignements. Vous pouvez également consulter notre site internet et nos réseaux sociaux que nous vous invitons à suivre sur Facebook et LinkedIn.

Présentation des grands concours de bourses 2019-2020

Mercredi 17 avril, de 12h30 à 14h
UQAM / Pavillon Judith-Jasmin / Local J-4225

Séance sur les grands concours de bourses, offerte aux étudiant.e.s de la Faculté des arts.

Présentation des grands organismes subventionnaires et leur offre de programmes de bourses ainsi que les conseils pour la préparation des demandes. Venez également poser vos questions !

Entrée libre

Apportez votre lunch ! Du café et des biscuits seront offerts !

Véronique Stahn
Agente de recherche et de planification
Faculté des arts
stahn.veronique@uqam.ca
514 987-3000, poste 1092. Local R-4405

Université du Québec à Montréal
Case postale 8888, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3P 3P8

A noter : les jours de présence de Véronique Stahn à la Faculté des arts sont les lundis, mercredis et vendredis

Exposition de Karine Madran : Peinternet : Ne riez pas s.v.p.

11 avril au 12 mai 2019 Vernissage le 11 avril 2019 à 17h Galerie perchée de La Cenne, 7755 boul. Saint-Laurent suite 300

PEINTERNET : NE RIEZ PAS S.V.P.
Par l’appropriation et la transformation d’images trouvées sur internet, l’exposition de peinture met en doute notre perception de la réalité, tout en faisant ressortir leur potentiel humoristique et ludique. Les photos trouvées sur le web, surtout sur les réseaux sociaux, teintées d’humour et d’étrange sont le point de départ des tableaux. Des éléments disparates sont ensuite ajoutés pour confronter notre rapport à la réalité en mettant en lumière certains aspects banals et insignifiants. Les peintures figuratives et polysémiques, se situant dans un entre-deux, oscillant entre fiction et réalité, tragique et comique, banal et insolite, cachent des détails qui ne sont pas toujours perceptibles et révèlent ensuite leur caractère risible.

KARINE MADRAN
Née en 1990, Karine Madran vit et travaille à Montréal. Finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, elle s’intéresse à la relation entre l’humour et l’absurde et leur capacité à informer plus sur notre réalité. Elle a exposé à plusieurs reprises à Montréal et Laval et a organisé conjointement plusieurs expositions.

HEURES D’OUVERTURE DE LA GALERIE PERCHÉE:
Du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Rencontre d’information : Accompagnement par l’art et éducation artistique dans la communauté

9, 11 et 17 avril, à 13h au J-R260

Le cours FAM3001 Accompagnement par l’art et éducation artistique dans la communauté sera donné à l’automne par Adriana Oliveira, le mardi soir. Il reste des places pour les intéressés par des pratiques artistiques et pédagogiques dans des lieux non traditionnellement dédiés à l’art et auprès de populations diversifiées. Adriana organise trois rencontres d’information les 9, 11 et 17 avril à 13h00 au JR-260.

Les étudiantes et les étudiants qui ont eu la chance de suivre ce cours dans le passé (le cours existe depuis 2001) en parlent comme d’une expérience unique dans le cadre de leur formation universitaire. Ils se sentent investis d’un sentiment d’accomplissement et de dépassement. Dans le cadre d’un stage d’une quarantaine d’heures, ils expérimentent de façon concrète les liens qui peuvent se tisser entre l’art et la vie (pratiques sociales de l’art, art contextuel, accompagnement par l’art, art communautaire), et découvrent le sens du mot « engagement », qui se manifeste par une autre façon de pratiquer l’art, la création et l’éducation artistique. Tout le processus est très bien encadré et les stages sont réalisés selon les disciplines, les intérêts et les affinités des étudiantes et étudiants grâce à des collaborations avec différents partenaires qui interviennent auprès d’enfants, d’adolescents, d’adultes et d’ainés en situation de marginalité ou de vulnérabilité.

Appel d’offres : résidence d’artiste à l’Atelier de l’estampe Imago de Moncton. Date de tombée 15 avril

Imago Inc. est un centre d’artistes autogéré de production en estampe.

Le mandat de l’atelier Imago est de promouvoir et diffuser la création artistique dans le domaine de l’estampe contemporaine. Fondé en 1986 et incorporé en 1992, par 11 artistes du sud-est du Nouveau-Brunswick, le centre offre un lieu de recherche à ses membres et un atelier fonctionnel aux artistes.  

L’atelier d’estampe Imago Inc. est à la recherche d’artistes pour travailler dans son atelier pendant une période de 2 à 3 semaines. La résidence doit avoir lieu entre septembre et avril.

Imago prend en charge les frais de transport, l’hébergement et offre un cachet d’artiste de 500$ par semaine.

Les artistes possédant une expertise dans le domaine de l’estampe qui désirent présenter un projet doivent soumettre un dossier PDF comprenant :

– un curriculum vitae à jour

– un texte de démarche artistique

– un texte décrivant le projet de recherche

– 10 images numériques d’oeuvres récentes. 

Veuillez envoyer vos dossiers à l’adresse courriel: submissionsimago@gmail.com

Emploi étudiant en photographie – Ville de Montréal – Arrondissement de Ville-Marie – Postulation

Formulaire de postulation et détails de l’emploi – photographie – pdf

L’arrondissement de Ville-Marie qui est au centre du centre-ville de Montréal est à la recherche d’un photographe pour la saison été. C’est un poste 35 heures par semaine rémunéré. Vous trouverez ci-joint l’offre d’emploi publié également sur le site de la ville http://www.ville.montreal.qc.ca/emploi

Forum recherche-création des étudiant.e.s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. 4 et 5 avril 2019, 10 h à 15 h 30, Musée d’art contemporain de Montréal

Événement Facebook

Site web

Instagram

Le Forum est l’occasion pour la communauté universitaire et le grand public de découvrir la diversité des pratiques des étudiant.e.s à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQÀM et les enjeux qui les animent. Les présentations, regroupées sous le thème de l’expérience, seront suivies de discussions ouvertes à tou.te.s. Elles seront nourries par Marie-Ève Beaupré, conservatrice de la collection du Musée d’art contemporain de Montréal; Benoit Jodoin, doctorant en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal et à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris; Véronique Lefebvre, coordonnatrice du programme SéminArts , initiation au collectionnement offert par le Musée d’art contemporain de Montréal en collaboration avec la Fondation de la Famille Claudine et Stephen Bronfman, et Renata Azevedo Moreira, étudiante au doctorat en communication à l’Université de Montréal et membre du comité de programmation de Studio XX.

Horaire des présentations:

Jeudi 4 avril 2019

10 h Ouverture

10 h 15 Mot de bienvenue

10 h 30
L’EXPÉRIENCE DE L’IDENTITÉ

  • Francisco De La Barra
  • Martine Chartrand
  • Moïse Piuze

12 h Discussion animée par Benoît Jodoin

12 h 30 Pause goûter

13 h 30
L’EXPÉRIENCE DU QUOTIDIEN

  • Florence Jacob
  • Véronique Lépine
  • Marie Samuel Levasseur

15 h Discussion animée par Marie-Eve Beaupré

15 h 30 Fin de la première journée

///

Vendredi 5 avril 2019

10 h Ouverture

10 h 15 Mot de bienvenue

10 h 30
L’EXPÉRIENCE DU MATÉRIAU

  • Karine Fournier
  • Béatrice Boily
  • Pépite & Josèphe

12 h Discussion animée par Renata Azevedo Moreira

12 h 30 Pause goûter

13 h 30
L’EXPÉRIENCE DU RÉCIT

  • Éric Lamontagne
  • Karine Madran
  • Patrick Foisy

15 h Discussion animée par Véronique Lefebvre

15 h 30 Clôture de l’événement

Adresse:
Musée d’art contemporain de Montréal
185, rue Ste-Catherine Ouest (angle Jeanne-Mance)
Montréal, Qc.
H2X 3X5
Métro : Place-des-Arts

Au plaisir de vous y voir!

Pour plus de renseignements:
Florence Jacob – jacob.florence.2@courrier.uqam.ca
Karine Fournier – fournier.karine.2@courrier.uqam.ca



Présentation d’artiste : Nans Bortuzzo. Galerie de l’UQAM, 2 avril, 12h45.

Dans le cadre de la série L’art observe

Mardi 2 avril 2019
12 h 45 – 13 h 45
Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre
La Galerie de l’UQAM vous convie à une présentation de l’artiste Nans Bortuzzo, finissant de la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. L’artiste y discutera des idées et questions qui ont animé ses recherches à la maitrise. Il s’appuiera sur le contenu de son exposition, 5Ws, présentée à la Galerie de l’UQAM jusqu’au 13 avril 2019.

L’installation 5Ws dévoile les mécanismes de collecte et d’utilisation des données personnelles. À partir de 20 millions de requêtes individuelles, est-il possible de définir un ensemble de questionnements qui traduisent les inquiétudes de la société américaine? Pour aborder cette problématique, Nans Bortuzzo structure son investigation en utilisant une méthode empruntée au journalisme : les « 5Ws ». Acronyme de « Who, What, Where, When, Why », cette technique permet de révéler des informations dissimulées. Dans un contexte où la presse et les écosystèmes informationnels subissent une transformation majeure, les questionnements soulevés par Nans Bortuzzo interagissent avec notre société contemporaine et réengagent l’archive numérique au présent.

  • ÉVÈNEMENT FACEBOOK

Lancement FéminÉtudes no 22 – Corps et résistances. 23 mars 2019, 14 à 16h.

FéminÉtudes vous invite au lancement officiel de son 22e numéro intitulé Corps et résistances et de son recueil-zine complémentaire. Réservez votre soirée du samedi 23 mars 2019 afin de découvrir les 245 pages de la revue, faire connaissance, festoyer et vous procurer votre propre exemplaire!

L’œuvre « Échec quantifié » de Heidi Barkun (maîtrise en arts visuels et médiatiques, UQAM) y figure.

Le tout aura lieu à l’extraordinaire librairie féministe L’Euguélionne, située au 1426 rue Beaudry (Montréal), sous une formule 4 à 6. Au menu: vin, grignotines et micro ouvert sur le thème Corps et résistances.

Au plaisir de vous y voir!

Pour en savoir plus sur l’accessibilité à la librairie l’Euguélionne : https://librairieleuguelionne.com/a-propos/accessibilite/

À voir : FIFA Expérimental – du 18 au 30 mars (rabais pour groupes d’étudiant.e.s)

FIFA Expérimental sera une nouvelle fois l’occasion de découvrir des artistes, réalisateurs et vidéastes contemporains dont l’univers créatif nous fait explorer les frontières de l’imaginaire cinématographique et aborder des approches alternatives quant à la perception et appréciation de l’art.

Comme le souligne Nicole Gingras, programmatrice du volet FIFA Expérimental : « Riche, complexe, mobile et, surtout, omniprésente, l’image poursuit son rôle d’observatrice critique. Elle porte nos points de vue, provoque nos aprioris, suscite une réflexion; elle inquiète et nourrit l’imaginaire. Section hors compétition et sur invitation, FIFA Expérimental se consacre à des modes exploratoires de l’image en mouvement et du récit, associés à l’art vidéo et au cinéma expérimental. »

Groupes d’étudiant.e.s avec enseignant.e.s peuvent profiter d’un rabais sur l’achat du billet pour une séance.
Communiquer avec Maria Mari

Voir le pdf du programme

Les grandes lignes du programme

Lien direct vers les oeuvres

Lancement du Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts – date limite : 6 mai 2019

La Faculté des arts veut souligner l’importance de l’enseignement en reconnaissant l’apport exceptionnel d’un.e professeur.e et d’un.e chargé.e de cours. En 2019, les prix seront accordés à un.e professeur.e et à un.e chargé.e de cours ayant plus de dix ans d’expérience en enseignement, ou deux enseignant.e.s qui ont enseigné en équipe, avec chacun.e plus de dix ans d’expérience.

Nature du prix

Les Prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts sont accordés à deux lauréat.e.s, un.e professeur.e et un.e chargé.e de cours, reconnu.e.s pour leurs qualités de pédagogue et leur souci d’offrir une formation de qualité aux étudiants. Pour le/la chargé.e de cours, ce prix est assorti d’une bourse de 1 000 $. 

Dossiers de candidature

Tout professeur.e régulier et chargé.e de cours avec plus de dix ans d’expérience de l’un des départements ou écoles de la Faculté des arts est éligible au concours. On ne peut pas proposer sa propre candidature. Les personnes qui proposent une candidature doivent faire partie de la Faculté des arts (employé.e de soutien, étudiant.e, chargé.e de cours ou professeur.e). Ils doivent d’abord avoir l’accord du candidat, de la candidate et ensuite écrire une lettre de proposition de candidature d’une page adressée au doyen Jean-Christian Pleau. Le candidat, la candidate doit ensuite monter son dossier (voir ci-dessous pour les détails) et obtenir une lettre d’appui. Les dossiers de candidature doivent être déposés au plus tard lundi 6 mai à la Faculté des arts, local J-4050, à l’attention de Maé Ustarroz.

Contenu des dossiers de candidature

Tout dossier de candidature comporte des documents servant à éclairer le comité d’évaluation sur la qualité de la candidature en lien avec les critères d’évaluation énumérés dans la section suivante. Voici la liste des documents exigés :

  • une lettre de proposition de la candidature adressée au doyen Jean-Christian Pleau;
  • un texte de présentation préparé par le candidat, la candidate, explicitant sa philosophie d’enseignement et identifiant ses réalisations les plus méritoires au plan de la formation des étudiants (2 pages maximum);
  • une lettre d’appui à la candidature provenant d’un professeur, d’un chargé de cours, employé ou d’étudiant de la Faculté des arts;
  • le curriculum vitae du candidat, de la candidate (orienté sur l’activité d’enseignement);
  • deux (2) plans de cours récents;
  • les plus récentes évaluations d’enseignement disponibles (au maximum cinq pièces);
  • toute autre pièce jugée pertinente.

Critères d’évaluation

  • la qualité de l’enseignement (maîtrise du sujet enseigné, aptitude à stimuler l’intérêt et la curiosité pour le sujet);
  • le leadership en enseignement et l’effort d’innovation pédagogique (stratégies d’enseignement novatrices et variées, mise au point de nouveaux cours, matériel pédagogique novateur);
  • la qualité de l’encadrement des étudiants (disponibilité, diligence dans la correction des travaux et dans la transmission des résultats, nombre d’étudiants encadrés et de diplômés).

Calendrier pour 2019

6 mai 2019               Date limite de présentation des candidatures au décanat de la Faculté des arts (J-4050), avant 16 h 30

décembre 2019      Remise des prix aux personnes lauréates lors de la Collation des grades de la Faculté des arts

Les résultats seront confirmés en septembre 2019

Renseignements : ustarroz.mae_lori@uqam.ca

Pour plus d’informations, vous êtes prié.e.s de consultez la fiche complète du concours en format PDF (ci-joint) ou écrivez à Maé Ustarroz : ustarroz.mae_lori@uqam.ca

Appel de propositions : Exposition à l’Écomusée du fier monde. Date limite : 15 avril 2019 avant 16 h

Un appel est lancé à des équipes de l’UQAM pour déposer des projets collectifs d’expositions mettant en valeur les pratiques artistiques ou de commissariat des étudiantes et étudiants de la Faculté des arts dans le cadre d’un partenariat entre la Faculté des arts de l’UQAM et l’Écomusée du fier monde. Initiés par des étudiantes et étudiants, les projets pluridisciplinaires d’exposition seront réalisés par des équipes formées d’étudiantes et d’étudiants et d’au moins un membre du personnel enseignant. Ils devront proposer une vision artistique du mandat de l’Écomusée. Ce concours est ouvert à l’ensemble des Écoles et Départements de la Faculté.

L’Écomusée du fier monde, situé dans le quartier Centre-Sud de Montréal, se définit comme un musée d’histoire et un musée citoyen.

Sa mission est de :

  • mettre en valeur les thématiques du travail et de l’engagement citoyen à Montréal, dans leur contexte historique et actuel;
  • développer une muséologie citoyenne pérenne en utilisant les activités et les pratiques muséales comme outils d’éducation populaire et d’autonomisation;
  • contribuer au développement du territoire écomuséal par la mise en valeur du patrimoine et de la culture, en partenariat avec des acteurs du milieu;
  • favoriser le partage de l’expertise de l’Écomusée et les échanges aux niveaux local, national et international, et ainsi contribuer au développement des communautés.

Le partenariat entre l’Écomusée et la Faculté des arts de l’UQAM a pour but la tenue d’une exposition annuelle de deux semaines (la prochaine se tiendra en février 2020). L’objectif principal est d’encourager la relève en recherche et en création à développer des projets en lien avec la mission de l’Écomusée tout en lui permettant de bénéficier d’une visibilité au sein de ce dernier. Il est important de noter que l’espace d’exposition prévu est celui des expositions temporaires de l’Écomusée (environ 100m2), que l’Écomusée fournira une aide technique pour l’installation de l’exposition, et que la Faculté des arts mettra à la disposition de l’équipe sélectionnée un budget de 3500$ pour la production de l’exposition.

Critères de sélection :

  • 1) Présenter un projet collectif (les projets individuels ne sont pas admissibles) mettant en valeur le savoir-faire des étudiantes et étudiants;
  • 2) Démontrer le lien du projet avec la mission de l’Écomusée;
  • 3) Démontrer la faisabilité du projet;
  • 4) Les membres de l’équipe doivent être disponibles tout au long du processus (notamment pour participer à une première rencontre au printemps, suivie d’autres rencontres à chacune des étapes de réalisation du projet durant l’été et l’automne).

Les pièces à déposer :

  • 1) Le titre de travail provisoire de l’exposition, ainsi qu’un résumé du projet en 3 lignes;
  • 2) Un texte descriptif (600 à 1000 mots) qui présente : la thématique, l’intention, la démarche, et la nature de ce qui sera exposé;
  • 3) La liste des membres de l’équipe (doit inclure un membre du personnel enseignant);
  • 4) Un budget préliminaire;
  • 5) Un portfolio comptant un maximum de 20 items;
  • 6) Une lettre de recommandation d’un membre du personnel enseignant (qui peut être membre de l’équipe).

Comment présenter une demande :
Vous devez déposer votre dossier à la Faculté des arts (J-4050) à l’attention de Maé Ustarroz ou par courriel à ustarroz.mae_lori@uqam.ca au plus tard le lundi 15 avril 2019 avant 16 h.

Dates importantes :

Dépôt des candidatures : 15 avril 2019 avant 16 h.
Annonce du projet retenu : mai 2019

Notes : Le comité de sélection est paritaire et comprend deux personnes de la Faculté des arts et deux personnes de l’Écomusée.

Les personnes chargées de cours participant au projet sélectionné pourront faire une demande de financement auprès du Comité de liaison local (CLL) facultaire ou de leur département d’attache.

Puisqu’il s’agit d’une entente de partenariat entre les deux instances que sont la Faculté des arts de l’UQAM et l’Écomusée, il est entendu que ce dernier n’a pas de droits d’expositions à défrayer. De plus, il est important de noter que l’Écomusée ne prend pas à sa charge les frais d’impressions et le matériel.

Appel de dossiers – L’Écrin – date limite : 6 mai 2019

Depuis le mois de juin 2018, les artistes Caroline Boileau et Stéphane Gilot investissent la vitrine de L’imprimerie – un espace d’exploration modulable donnant sur la rue Sainte-Catherine Est – en y intégrant une structure architecturale tenant plus du laboratoire que de la salle d’exposition. Ils invitent les membres de L’imprimerie à s’approprier cet espace singulier et à soumettre un projet d’installation. Toutes les pratiques seront les bienvenues : estampe, photographie, dessin, sculpture et performance, avec un intérêt marqué pour les pratiques hybrides et le papier comme matériau et support.

Les artistes qui accepteront de relever le défi devront prendre en compte les particularités de cet espace coloré et sculptural dans la conception de leur proposition. Ils et elles devront aussi envisager la vitrine comme interface avec le quartier Hochelaga-Maisonneuve, en dialogue avec l’activité de la rue, de jour comme de nuit. Ce projet vise à mettre en relation les artistes- commissaires et les artistes membres du centre pour développer des mises en espace singulières de leur travail.

Chaque projet sera l’occasion d’une discussion sur la nature de la pratique, sur la présentation publique d’un travail exploratoire et sur la notion de contrainte qui est proposée ici comme moteur et tremplin pour le processus artistique. Les projets exploratoires et évolutifs, se déployant dans le temps, seront privilégiés.

Quelques changements ont été apportés pour la seconde année de L’ÉCRIN : les plages d’exploration et de microrésidence seront maintenant de trois mois chacune.

Le centre offrira un cachet de 550$ et prendra en charge un lancement pour chaque plage d’exploration.

Informations techniques

  • Une pellicule UV est installée sur les vitres pour protéger les installations. On ne peut donc rien fixer directement sur les vitres.
  • L’imprimerie offrira un rabais sur certains services en fonction des besoins de chaque projet.

Échéancier – plages d’exploration

  • Plage 1 : septembre à novembre 2019
  • Plage 2 : février à avril 2020
  • Plage 3 : mai à juillet 2020

Contenu du dossier

  • 15 images numériques accompagnées d’une liste descriptive : max 1 mb par fichier, format JPG
  • Curriculum vitae, maximum de 3 pages
  • Lettre d’intention – proposition de projet pour L’Écrin
  • Préférence des dates pour la plage d’exploration 1, 2 ou 3
  • Liste des besoins techniques liés au projet

Faire parvenir votre dossier à : art@limprimerie.art avant 23h59 le 6 mai 2019. Les dossiers papier ne seront pas examinés.

Les deux dernières réalisations de Mario Côté au 37e Festival international des films sur l’art (FIFA). 24 et 26 mars

  • « Brèves histoires de pierres muettes » (2019), 33 min 30 s. Sur une chorégraphie de Jeanne Renaud avec les danseurs Louise Bédard et Marc Boivin. Musique de Jürg Frey et le Quatuor Bozzini. Direction photo, Steeve Desrosiers.
    Dimanche 24 mars 2019 à 10 h / séance no 60
    Pour plus d’information et billetterie
  • « John Heward / Words and Silence / conversation avec Stéphane La Rue » (2019), 27 min, v. o. angl., s-t fr. Direction photo, Steeve Desrosiers.
    Samedi 23 mars 2019 à 12 h 30 / séance 43
    Mardi 26 mars 2019 à 17 h 30 / séance 81
    Pour plus d’information et billetterie



Appel à candidatures : conseiller\ère en arts plastiques au Nicaragua, date limite 4 avril 2019

Le Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke vient de rendre public ses offres de stages internationaux pour jeunes professionnels qui se dérouleront de la mi-juillet 2019 à la mi-janvier 2020.

Nous offrons pour cette période un poste de Conseiller/ère en arts plastiques au Nicaragua, voir en pièce jointe ou via le lien suivant : http://www.csisher.com/stages/conseiller-ere-en-arts-plastiques/

La formation artistique dans le miroir des politiques culturelles québécoises, par René-Daniel Dubois. Jeudi 21 mars 2019, de 19h à 20h30

ANIMATION
Yves Jubinville, professeur à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM

À l’Auditorium de la Grande Bibliothèque
Le jeudi 21 mars 2019, de 19h à 20h30
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
475, boulevard de Maisonneuve Est, Montréal

Observateur passionné de la société québécoise depuis plus de trente ans, René-Daniel Dubois propose une réflexion sous forme de dialogue. Il retrace son parcours, dans lequel la formation artistique recouvre des enjeux philosophiques, politiques et institutionnels. Cette conférence, qui s’inscrit dans le cadre des activités entourant les 50 ans du Rapport Rioux, sera l’occasion de porter un regard critique sur les orientations et désorientations de l’intervention de l’État québécois en matière culturelle.

Conférence organisée par la Faculté des arts de l’UQAM
En partenariat avec la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM
En collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/269504920609314/

Site Internet : https://rapport-rioux.uqam.ca/conferences/


Appel à propositions // Programmation 19-20, Maison de l’architecture du Québec, date limite : 1er mai 2019, 00h00

Artistes, architectes, commissaires et chercheurs, nourrissez la réflexion concernant notre environnement bâti par votre regard singulier : la Maison de l’architecture du Québec (MAQ) vous invite à proposer vos projets d’exposition ou d’évènement pour sa programmation 2019-2020 !

Catalyseur de créativité architecturale depuis 2001, la MAQ est un centre de diffusion qui agit pour le développement d’une culture de l’architecture au Québec et au Canada, en lien avec ses praticiens actifs ici et aujourd’hui, par le biais d’expositions, de laboratoires, de publications, d’ateliers, de discussions et d’activités éducatives.
Cette saison, comme les précédentes, le centre souhaite mettre l’accent sur :
✄ ce qui fait la particularité des constructions et des aménagements au sein de la métropole et de la région,
✄ ce qui fait actualité et débat dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme (conception des écoles, réhabilitation des berges du fleuve Saint-Laurent, etc.)

Plus d’infos sur le contenu du dossier, les critères de sélection et les espaces d’exposition
ICI

Dossier à remettre avant le 1er mai 2019, 00h00
✉ par courriel : info@maisondelarchitecture.ca
✉ par voie postale : 181, rue Saint­Antoine Ouest, Montréal (Québec), H2Z 1X8

Nans Bortuzzo. 5Ws (exposition de fin de maîtrise), Galerie de l’UQAM. 8 mars – 13 avril 2019. Vernissage : jeudi 7 mars, 17 h 30

L’artiste, finissant à la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, y déploie une expérience installative nous mettant face aux questionnements les plus intimes d’un demi-million d’Américain·e·s.

L’exposition

Nos informations personnelles sont aujourd’hui disséminées dans les réseaux sociaux et dans les banques de données. Notre rapport aux nouvelles technologies tend peu à peu à faire disparaitre notre sphère privée. Pourtant, nos traces laissées sur Internet offrent un accès direct à nos pensées les plus intimes. 5Ws cherche à révéler ces traces à partir d’une archive numérique qui contient les requêtes et l’historique de navigation Internet de plus d’un demi-million d’Américain·e·s. Ces enregistrements, faits à l’insu des utilisateurs·trices en 2006, ont été rendus anonyme avant d’être publiés pour la recherche. L’installation rassemble un corpus de ces requêtes englobant des réalités personnelles. À la fois sérieuses et légères, elles témoignent de problèmes sociaux et reflètent des préoccupations toujours d’actualité aux États-Unis. 

L’installation dévoile les mécanismes de collecte et d’utilisation des données personnelles. À partir des 20 millions de requêtes individuelles, est-il possible de définir un ensemble de questionnements qui traduisent les inquiétudes de la société américaine? Pour aborder cette problématique, Nans Bortuzzo structure son investigation en utilisant une méthode empruntée au journalisme : les « 5Ws ». Acronyme de « Who, What, Where, When, Why », cette technique permet de révéler des informations dissimulées dans l’archive. Dans une première œuvre, la totalité des requêtes est imprimée et exposée sur papier. L’information est ensuite organisée visuellement en réseau sémantique par des algorithmes mathématiques sur une murale. Selon les thèmes récurrents identifiés, un ensemble choisi de requêtes sont projetées et dérivent aléatoirement. Dans un contexte où la presse et les écosystèmes informationnels subissent une transformation majeure, les questionnements soulevés par Nans Bortuzzo interagissent avec notre société contemporaine et réengagent l’archive numérique au présent.

L’artiste

Nans Bortuzzo est finissant à la maitrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Sa carrière croise les arts médiatiques, la musique et la scénographie. Il crée des installations qui traitent des rapports de pouvoir instaurés dans la conception et l’utilisation des technologies de l’information. Récipiendaire de la bourse Mécènes investis pour les arts (2013), il a été artiste en résidence à la Cité internationale des arts de Paris (2013). Son travail a été présenté, entre autres, à VOX – Centre de l’image contemporaine (2018), chez Occurrence (2017), au Musée des beaux-arts de Montréal (2015) et au festival Art souterrain (2018). Depuis 2009, il participe à la création de spectacles diffusés à l’international et a mis en scène Obsolescence programmée, présenté à La Chapelle Scènes contemporaines à Montréal (2014). nansbortuzzo.com

Activités publiques

Présentation d’artiste : Nans Bortuzzo
Dans le cadre de la série L’art observe
Mardi 2 avril 2019, 12 h 45 – 13 h 45
Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre

Visites commentées de l’exposition pour les groupes
Offertes sans frais, en français et en anglais, en tout temps.
Réservations requises auprès de
Philippe Dumaine
Responsable de la médiation
514 987-3000, poste 1424, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Appel de propositions – Expositions temporaires – Œuvre d’art extérieure – « Perspectives », date limite : 25 mars 2019, 16 h.

Patrimoine canadien est à la recherche d’une image vibrante et puissante qui évoque le thème « Perspectives ». Ce thème reflète les multiples façons dont les Canadiens et les Canadiennes perçoivent leur identité propre, leurs collectivités et leur pays. Il renvoie aussi à l’expérience physique d’être dans l’escalier et de faire partie intégrante de la perspective du spectateur de l’œuvre d’art.

L’image retenue sera reproduite sur une pellicule graphique pour un emploi extérieur et ensuite installée dans l’escalier de la rue York pendant un an, à partir du printemps 2019. L’escalier de la rue York est un endroit bien en vue au cœur de la région de la capitale nationale. Il relie le secteur historique du marché By au parc Major et à la Colline du Parlement.

Cet appel de propositions s’adresse à tous les artistes visuels, photographes, concepteurs graphiques et illustrateurs canadiens âgés de 18 à 35 ans. Tous les genres sont acceptés : art figuratif, art abstrait, collage, trompe-l’œil, illusion d’optique, motif, etc.

L’artiste recevra un cachet de 3 000 $ pour l’exposition de son œuvre d’art.

Consulter ces pdf :

 Appel de propositions

Spécifications – dessins

Gabarit

Si vous souhaitez recevoir ces photos, veuillez envoyer un courriel à PCH.artpublic-publicart.PCH@canada.ca en indiquant « Demande de photos » dans le champ objet.

La date limite pour présenter une proposition est le 25 mars 2019, à 16 h (HNE).



Appel à projets d’art performance multidiscplinaires THEOSEXUAL : SPIRITUAL PORN – Date limite : 24 mars minuit

Performances et rituels queers

Jeudi 9 mai au CDEx – 17:00 – 22:00 Université du Québec à Montréal, 405 Ste-Catherine / St-Denis, Montréal, QC Pavillon J-Jasmin, local J-R930

PROJET:
Dans notre contexte social de primauté de l’image médiatique et où les codes de la pornographie Internet se retrouvent dans plusieurs aspects de la culture visuelle (Attimonelli et Susca, 2016/2017), il nous semble crucial d’ouvrir différentes pistes de réflexion sur notre rapport à l’érotisme des corps tout en s’intéressant à sa charge mystique (Bataille, 1957). En effet, la proximité entre l’érotisme et le sacré a souvent été déviée par les institutions religieuses hégémoniques et l’industrie de la pornographie majoritairement hétérocentriste. En cadrant les expériences religieuses et érotiques dans des principes hétéronormatifs et mercantiles, les religions organisées et l’industrie pornographique bâillonnent la mise en jeu fondamentale de l’individu nécessaire à l’expérience transgressive et transcendante, soit le point de rencontre entre l’érotisme et le mysticisme.
Si l’érotisme est ancré dans le corps, celui-ci est aussi la matière au coeur des pratiques artistiques queers. Ce corps n’est pas passif en ce qu’il est le lieu où le genre agit comme un pouvoir créateur, performatif (Butler, 2005, Preciado, 2003). Dans les pratiques queers, le corps est l’enjeu d’une déterritorialisation de l’hétérosexualité (hétérosexualité comprise comme une politique de production de la normalité avec des corps «normaux»), une résistance à la normalité qui permet d’agir sur le biopouvoir et les biotechnologies de production de subjectivité sexuelle. Il nous semble que c’est à ce corps que parviendront à s’arrimer les conceptions queers d’une spiritualité non normatives. Theosexual : Spiritual Porn se veut un espace d’expression pour les corps queers réclamant ainsi leur agentivité par des pratiques liminales à la lisière de l’art et du rituel, du politique et du spirituel, de la pornographie et du sacré.

Theosexual: Spiritual Porn recherche des projets de performances multidisciplinaires, qui pourraient agir comme des réponses possibles à ces questions : de quelles manières les subjectivités queer peuvent-elles se réapproprier l’érotisme du corps normé par les idéaux érotiques hétéronormatifs et homonormatifs? Est-il possible d’allier spiritualité et sexualité queer, considérant l’oppression causée par plusieurs institutions religieuses? Quelles formes prendraient un art sacré et queer?
L’objectif est de créer un espace inclusif où des artistes s’intéressant à ces questions pourront s’exprimer et ouvrir un dialogue avec la communauté artistique, académique et le grand public. Il s’agit aussi de créer un safespace pour l’expression de subjectivités marginalisées et une prise de parole sans jugements et sans tabous.
Shandi Bouscatier est doctorant au programme d’études et pratique des arts, en recherche-intervention. Sa recherche porte sur les questions des spiritualités queers au sein de l’art contemporain et les intersections entre art et sorcellerie, art et sacré, politique et rituel, individus et communauté.
Jonathan Sardelis est finissant à la maitrise en arts visuels et médiatiques concentration création. Son projet de recherche porte sur l’iconographie sacrée et pornoérotique dans une pratique de la peinture figurative queer.

Contexte :
Du 6 au 13 mai 2019, Jonathan Sardelis occupera l’espace du CDEx avec l’exposition de son travail de peinture. Nous avons le désir de profiter de cette occupation du lieu pour organiser une soirée de performances artistiques/rituelles/politiques/spirituelles (le jeudi 9 mai) autour des thèmes et des questions reliés à la conjonction des notions d’érotisme, de pornographie, du sacré/spirituel dans des perspectives queers. Il sera possible d’adapter l’accrochage de l’exposition selon les besoins des performances.

Date de la soirée de performances :
Le jeudi 9 mai 2019 de 17:00 à 22:00

Lieu :
Le Centre de Diffusion et d’Expérimentation des étudiant.es de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx), situé en plein coeur de l’UQÀM, accessible pour les personnes à mobilité réduite, est un lieu de diffusion et de rassemblement important pour la communauté artistique UQÀMienne. Il s’agit d’un lieu situé au coeur de la vie culturelle du Quartier Latin, et près du Village Gay, historiquement chargé au sujet de la lutte des droits LGBTQ+. Fait notable, l’espace est construit à l’intérieur d’une ancienne église (Saint-Jacques). Nous organisons cette soirée avec un esprit de subversion du pouvoir (hétéro)normatif de l’institution académique. Nous avons pour idée (et espoir!) que cette soirée de performances agira comme une queerisation de l’espace institutionnel et permettra d’agrandir la « queer map » des artistes.

Cachet :
Cette soirée de performances est une initiative entièrement bénévole, conçue pour tisser des liens au sein de la communauté artistique et offrir un espace d’expérimentation. Bien que nous croyons fermement que le travail des artistes doit être compensé financièrement, nous faisons ce projet avec nos fonds personnels limités. Nous travaillons à verser un cachet symbolique aux artistes performeur.ses par des demandes de financement et des commandites, mais le résultat de ces démarches est incertain. Nous suggérons que les artistes qui appliquent le font en connaissance de cause.

Documentation :
L’événement sera documenté (audio, vidéo et photo). Pour ce faire, nous aurons des photographes et vidéastes sur place. Si votre dossier est sélectionné, nous vous demanderons de signer l’autorisation des droits à l’image sachant que nous nous engageons à vous faire parvenir les images et enregistrements vous concernant. Cette documentation nous servira principalement à présenter notre travail curatorial dans le plus grand respect du travail des artistes. Une entente différente peut aussi être prise.
Safespace et inclusivité :
Nous souhaitons créer avec cette soirée un espace sécuritaire et inclusif. Nous voulons que toustes puissent se sentir bienvenu.e.s et respecté.e.s dans leur subjectivité. Nous chérissons l’idée de créer un espace d’empuissancement, de rencontre et de visibilité réparatrice. Ce safespace n’est pas définit par l’architecture du lieu, il est instauré et porté avec et par chacun.e.s de nous!

APPEL DE DOSSIERS :
Le dossier doit être composé :
● d’un texte descriptif du projet (comprenant aussi les besoins techniques et la durée approximative de la performance) – 250 mots;
● d’un CV artistique et d’une courte bio – 100 mots;
● d’un portfolio visuel (jusqu’à 10 images) en format JPG,
Cet appel à dossier se réfléchit dans une optique queer où la qualité artistique du projet importe davantage que le cursus professionnel et/ou académique. Nous invitons ainsi les personnes de divers parcours à appliquer au projet.
Nous vous demandons de transmettre votre dossier à cette adresse avant le 24 mars 23:59 : theosexual@gmail.com

EASTERN BLOC : Appel à Résidence 2019, date limite : 15 mars 2019, 23h30

Eastern Bloc invite les artistes ou collectifs d’artistes à appliquer pour une résidence de production dans le lab de Eastern Bloc !
Le programme de résidence de Eastern Bloc offre une opportunité aux artistes et au public de s’impliquer de façon critique dans le processus artistique, et ce, avec un regard particulier sur la culture de l’open source et du DIY, ou encore les discours politiques qui entourent la culture numérique, avec une considération spéciale pour la pédagogie et la démocratisation technologique.

Le Lab de Eastern Bloc est un lieu de convergence pour les artistes établis et émergents, professionnels, étudiants, techniciens, théoriciens et commissaires. C’est un espace pour expérimenter, apprendre et créer; un espace pour faire avancer les pratiques hybrides, génératives, mises en réseau et systémiques, le tout guidé par le discours de l’artiste.

Pour plus d’informations

Disciplines autorisées :
Installation ou performance interactive
Net art
Bio art
Installation audio/vidéo
Performance A/V
Performance audio
Intervention publique

Photo: Mathilde Zabiegala

Appels à candidatures, programmation 2019, chapelle des Cuthbert, date limite 12 avril 2019

Veuillez trouver ci-joint un communiqué pour diffusion immédiate annonçant l’ouverture des appels à candidatures dans le cadre de la programmation 2019 de la chapelle des Cuthbert.

Plusieurs nouveautés sont à noter, dont une résidence d’artiste émergent, un projet artistique extérieur (landart, architecture de paysage, etc.) et la tenue d’une journée intergénérationnelle. De plus, la Corporation du patrimoine de Berthier est à la recherche d’un chargé de projet pour l’élaboration d’un projet éducatif portant sur le patrimoine architectural local.

Pour plus de détails sur les appels à candidatures, je vous invite à visiter la section « Appel de projet » du site Internet de la Corporation : https://lachapelledescuthbert.com/appel-de-projet/

Communiqué joint – pdf

Maryse St-Amand
Directrice générale
Cellulaire : 514-699-4134




Relance de la revue ITEM – Appel à projets, date limite : 15 mars 2019

+Page Facebook

Vous êtes tout.e.s invité.e.s à participer à votre revue!


Agissant comme un magazine numérique pour ouvrir le dialogue, Item est un lieu d’exposition alternatif.
Toutes les formes sont bienvenues :
— images : desssins, peintures, collages, photographies, etc.
— textes : poésie, essais, portraits d’artistes, correspondances d’artiste, entrevues, comptes rendus d’exposition, analyses d’oeuvre, essais typographiques, etc.
— et toute forme d’expérimentation nourrissant la réflexion en arts visuels ou collaborant à toute autre discipline.

Date limite d’envoi :
15 mars 2019 à l’adresse : item.uqam@gmail.com

Les images doivent être envoyées en format .JPEG ou .PNG, dans la meilleure résolution possible et le texte doit être envoyé idéalement en format .WORD.

Envoyez-nous une maquette au besoin, si votre projet nécessite une mise en page précise.

L’équipe de Item


Demain : Ateliers ouverts 2019, 12 février, 16 h – 20 h

+ Évènement Facebook

Venez découvrir la relève artistique de l’Université du Québec à Montréal. À cette occasion, les artistes de la maîtrise en arts visuels et médiatiques vous accueilleront dans leurs ateliers. Vous êtes attendu.e.s à la Galerie de l’UQAM dès 16h pour débuter votre découverte.

Cette initiative vise à diffuser les projets de recherche-création des étudiant.e.s et à promouvoir les programmes d’études impliqués dans le projet auprès des futur.e.s étudiant.e.s à l’interne et à l’externe. L’événement sera réalisé en partenariat avec l’association des étudiant.e.s de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (AEMAVM).

Visitez notre site web pour en savoir plus sur les étudiant.e.s!
www.ateliersouvertsuqam.com

Mardi 12 février, de 16h à 20h
À la Galerie de l’UQÀM, au CDEx et au 1er, 5e et 7e étages du Judith-Jasmin.
1400 rue Berri, Montréal, QC


Ouverture du concours des Bourses Initiatives de la Faculté des arts, date limite 15 mai 2019 (pour des activités ayant lieu à l’été et à l’automne 2019)

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture du concours des Bourses Initiatives de la Faculté des arts, pour des activités ayant lieu à l’été et à l’automne 2019.

Ce concours est ouvert aux étudiants dûment inscrits dans l’un des programmes de 2e et de 3e cycles (doctorats, maîtrises, DESS et programmes courts de 2e cycle) rattachés à la Faculté des arts et vise à mettre en valeur la vitalité des activités de recherche et de création des étudiants de cycles supérieurs de la Faculté.

Plusieurs types de projets peuvent être financés : présentation d’une communication lors d’un congrès, d’un événement ou d’un colloque reconnu, de préférence d’envergure internationale ou participation sous la forme d’une exposition ou d’un spectacle. L’étudiant peut demander un maximum de 500 $ et recevoir la bourse une seule fois dans un programme d’études.

Date limite : 15 mai 2019, pour des activités ayant lieu entre le 15 mai et le 25 novembre 2019.

Pour plus d’informations : https://arts.uqam.ca/soutien-financier-pour-les-etudiants/

Fiche de la bourse et directives pour postuler

Accéder au formulaire

Véronique Stahn
Agente de recherche et de planification
Faculté des arts
stahn.veronique@uqam.ca
514 987-3000, poste 1092
Local : R-4405
cid:image005.png@01D48249.EEF0D0D0

Appel à projets : Nuit blanche à l’UQAM, samedi le 2 mars 2019 – Date limite pour soumettre : 1er février 2019

Une nuit à l’œuvre

Dans le cadre de la Nuit blanche à Montréal du Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE qui aura lieu le 2 mars prochain, les étudiant.es à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM sont invités à participer à un événement spécial alliant projections et performances. L’activité sera présentée au CDEx ainsi que dans les espaces publics adjacents (couloir, entrée) de 20h00 à 2h00 AM.

Toutes les soumissions sont bienvenues,

Les médiums suivant seront privilégiés :

Les projets vidéos et/ou sonores ;
Les performances ;
Les installations ;
Et les initiatives requérant une participation active des visiteurs.

Les étudiant.es à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM ont jusqu’au 1er février 2019 à minuit pour soumettre un projet.

*Notez que la participation sur place des étudiants pourrait être requise durant une partie de l’événement. Aussi, en mars, les fenêtres du CDEx donnant sur la rue seront probablement encore obstruées pour cause de travaux.

Éléments devant figurer à votre soumission :

Titre du projet
Nom et prénom de l’artiste ou nom du collectif
Courte description du projet (150 mots max)
Visuel : 5 images fixes maximum (extrait vidéo ou photographie)

Leila Zelli. Terrain de jeux (exposition de fin de maîtrise), Galerie de l’UQAM, 11 janvier – 23 février 2019. Vernissage : 15 janvier, 17 h 30

Leila Zelli
Terrain de jeux

Leila Zelli, Terrain de jeux (détail), 2019, installation, dimensions variables

+ Évènement Facebook

Toute image ne peut jamais être comprise d’une seule et unique façon, car elle vit sous le kaléidoscope des regards humains. Nous ne lisons les images qu’à partir de nos propres connaissances, expériences, croyances et à priori culturels, qui constituent ensemble une vision singulière du monde. Malgré cela, chaque jour, nous voyons des centaines, sinon des milliers d’images à la télé, sur Internet, sur les réseaux sociaux, dans la rue, dans les journaux, les livres, les archives ou les revues, et nous tenons pour acquis que notre point de vue sur elles est le bon.

Ce sont quelques-unes de ces images quotidiennes, celles représentant des situations de guerre, qui sont ici présentées de manière à nous faire éprouver le regard que nous portons sur l’autre. Elles ont été recontextualisées dans une installation in situ donnant à qui la visite l’impression d’être dans un « terrain de jeux », celui du jeu réel des enfants et du jeu politique de l’image. Le son et le positionnement des images génèrent des effets d’hors-champ, d’hors de vue, d’hors d’atteinte. Ceux-ci interagissent pour créer un espace fictif qui active la curiosité et le désir de voir, interrogeant par le fait même la position de chacun·e face à l’état actuel des choses.

Du vendredi 11 janvier au samedi 23 février 2019.

Vernissage le mardi 15 janvier 2019 de 17h30 à 20h30.

Au CDEx – UQAM
405 Ste-Catherine / St-Denis
Pavillon J-Jasmin, local J-R930
Montréal, QC

Expositions et présentations des étudiant.e.s de l’Atelier de création I – 10 et 17 décembre, 14 h à 17 h, CDEx

Présentations des étudiant.e.s de l’Atelier de création I, donné en équipe par les professeur.e.s Blanca Casas Brullet (en résidence) et Alain Paiement
Expositions, présentations et discussions critiques se feront en deux volets :
Volet 1
Exposition : du 6 au 11 décembre, de 10h à 18h
Présentations des étudiant.e.s et discussions critiques : lundi le 10 décembre de 14h à 17h
Volet 2
Exposition : du 12 au 17 décembre, de 10h à 18h
Présentations des étudiant.e.s et discussions critiques : lundi le 17 décembre de 14h à 17h
Bienvenue à tous!

Participation de nos professeures à la publication Teaching art, (re)imagining identity

Les essais des professeurs Moniques Richard, Christine Faucher et Martin Lalonde ont récemment été publiés dans un ouvrage collectif intitulé Teaching art, (re)imagining identity. Les contributions formant cette anthologie sous la direction de Laura Hetrick montrent l’importance de l’enseignement des arts dans l’exploration et la construction d’un « soi qui compte », particulièrement chez les jeunes marginalisés. Prenant appui sur ces différents essais, Hetrick propose aux enseignants, dans la dernière section du livre, différents moyens d’engager leurs élèves – en classe d’art et au-delà – dans un dialogue où les jeunes réinventent leur identité. Nouveaux médias et culture juvénile sont mis de l’avant dans cet ouvrage collectif publié par l’Université de l’Illinois (États-Unis). Laura Hetrick est professeure adjointe en éducation artistique à cette université et corédactrice de la revue d’envergure internationale Visual Arts Research.

Ateliers ouverts 2019 : À la recherche de participants, date butoir 30 novembre

ATELIERS OUVERTS (édition 2019)

COMITÉS

Nous sommes à la recherche d’étudiants pour organiser l’édition 2019 des Ateliers Ouverts qui se tiendra lors du grand évènement Portes ouvertes de l’UQAM. Les postes à combler sont :

– Comité organisationnel (coordination générale, répartition des tâches, etc.) : 2 personnes
– Comité curatorial (répartition de l’espace au CDEx, cartels, etc.) : 2 personnes
– Comité de communication (envoyer le communiqué de presse, etc) : 1 à 2 personnes
– Aide diverse (accrocher et imprimer les affiches, dissémination de l’invitation, ménage, etc) : 2 à 3 personnes

Date butoir : 30 novembre

Contact : madran.karine@courrier.uqam.ca

______________________________________________

PARTICIPATION

À tous les étudiants à la maîtrise en arts visuels et médiatiques :

Pour une 2e année consécutive, l’Association des étudiant.e.s de la Maîtrise en arts visuels et médiatiques (l’ÉMAVM) ouvrira ses ateliers au public. Les Ateliers Ouverts se tiendront donc mardi 12 février 2019, de 17h à 20h. Nous bénéficierons à nouveau du soutien logistique de la Galerie de l’UQÀM.

En cette occasion spéciale, nous invitons les étudiants à être dans leurs ateliers respectifs afin de pouvoir montrer leur travail et rencontrer le public. Une exposition collective au CDEx fera partie de l’évènement (un appel de dossiers sera lancé à cet effet).

Cet évènement est le moment idéal pour prendre connaissance des pratiques de nos collègues, d’inviter nos proches à visiter nos ateliers et rencontrer des personnes curieuses d’en savoir plus sur notre pratique et sur le programme de maîtrise en arts visuels et médiatiques.

Pour toutes questions, contacter : madran.karine@courrier.uqam.ca

Félicitations à nos diplômés de 2017-18 : Collation des grades, 4 décembre à la Place des arts

Le programme de maîtrise tient à féliciter ses diplômés de la dernière année et souligne que plusieurs d’entre eux seront réunis à la Collation des grades le 4 décembre à la Place des Arts.

Pour assister à la Collation des grades dans l’auditoire, il faut se procurer un billet sur le site web de la Place des Arts :

https://placedesarts.com/fr/evenement/uqam-2018-arts-et-communication

Événement Facebook

Pour en savoir davantage, nous vous invitons à joindre l’événement Facebook: Collations des grades de l’UQAM.

Hélène Delavaud. Fictiorama : Control Freaks (exposition de fin de maîtrise), au CDEx, 28 novembre – 2 décembre 2018. Vernissage : 29 novembre, 17 h

Hélène Delavaud
Fictiorama : Control Freaks – 
Une mise en scène photographique de vies animales

Exposition de Fin de Recherche à la Maîtrise arts visuels et médiatiques de l’UQAM. La recherche s’est orientée sur les liens entre photographie, nature et animal dans le contexte des institutions zoologiques, et a pris forme en une installation utilisant la projection diapositive. L’exposition est ainsi envisagée comme un espace de projection-fiction comprenant des extraits des fictions de vies animales, telle une fictiorama. 

Ma démarche artistique est une mise en jeu de l’ambiguïté de la photographie, entre documentation du réel et invention de fiction(s), entre visible et invisible. Ainsi, le processus de fabrication de l’image photographique et ces procédés d’écriture (qualités et défauts de captation et de traitement) visent à troubler la réalité et la perception.Ce processus est conduit jusqu’à la matérialisation de l’image et sa mise en espace qui permettent de reconstruire un univers fictionnel d’approche surréaliste.

La recherche repose sur l’exploration du processus de théâtralisation de l’animal dans les zoos, les aquariums et musées zoologiques. Ces institutions présentent des vies animales idéalisées. Lieux de paradoxes et symboles du contrôle que l’humain cherche à exercer sur son environnement, ces frontières, délimitées par des cadres, mettent à distance les animaux. Derrière les vitres-écrans aplatissants, les dispositifs d’enfermement conditionnent l’animal en objet-image.Entre photographie et cinéma se superposent différents espaces-temps par des montages photographiques projetés sur une variété d’écrans/supports dans le lieu de présentation. L’exposition est ainsi envisagée comme un espace de projection-fiction comprenant des extraits des fictions de vies animales, telle une fictiorama.

Du mercredi 28 novembre au dimanche 2 décembre 2018.

Vernissage le jeudi 29 novembre de 17h à 21h.

Au CDEx – UQAM
405 Ste-Catherine / St-Denis
Pavillon J-Jasmin, local J-R930
Montréal, QC

Exposition RE du collectif NN, espace créatif et collaboratif au CDEx, du 4 au 8 novembre

Le Collectif NN vous invite à sa deuxième exposition, RE, qui aura lieu au CDEx – UQAM du 3 au 8 novembre 2018. Nous vous convions également à une soirée vernissage-finissage et performance musicale le jeudi 8 novembre de 17h à 22h. 

Formé à Montréal depuis 2017, nous sommes huit artistes en arts visuels d’origines diverses qui voulons créer un espace créatif et collaboratif ainsi que des occasions de rencontres et de partages avec le public. En l’occurence, c’est un projet d’expérimentation qui rejoint des étudiants de la maîtrise, du bacalauréat et d’autres universités à l’extérieure de l’UQÀM en arts visuels et médiatiques.

RE est le resultat d’un travail de réflexion collective qui se materialise sous la forme d’une exposition où nous élaborons sur notre processus de création et les problématiques au fil de nos rencontres. Ainsi, de l’exploration à l’expression, la démarche de création est motivée par différentes activités, qu’elles soient d’ordre physique (le geste), d’ordre cognitif (les connaissances) ou psychique (les pensées, la façon dont on appréhende le monde qui nous entoure). Tout comme nos activités, cette exposition nous permettra de mettre des mots sur notre démarche, des mots qui nous sont propres, et qui interpellent la logique profonde liée à notre production.

Exposition RE – Collectif NN
Du 3 novembre: (journée des portes ouvertes – accès au montage de l’expo)

4, 5, 6, 7, et 8 novembre 2018 exposition des oeuvres.
au CDEx – UQAM
405 Ste-Catherine / St-Denis
Pavillon J-Jasmin, local J-R930
Montréal, QC

 

23e Rencontre interuniversitaire des maîtrises en arts visuels du Québec, UQAC, du 24 au 26 octobre

Cette année, les représentants de l’UQAM sont Fanny Latreille et Alain Lefort que nous félicitons pour leur excellente prestation.

L’UQAC ACCUEILLE LA 23E RENCONTRE INTERUNIVERSITAIRE DES MAÎTRISES EN ARTS VISUELS

2018-10-26

L’Université du Québec à Chicoutimi sera l’hôte, du 24 au 26 octobre prochains, de la 23e Rencontre interuniversitaire des maîtrises en arts visuels. Accueilli chaque année par une université québécoise ayant développé des études supérieures en arts, cet événement mobile s’avère une occasion de réfléchir collectivement sur les diverses manières pratiques et théoriques d’approcher la recherche-création au sein des établissements universitaires. Cette année, des étudiants de l’UQÀM, de l’UQAT, de l’UQO, de même que de l’Université Concordia et de l’Université Laval, se joindront à ceux de l’UQAC pour ce rendez-vous incontournable des arts visuels.

C’est à l’occasion d’un vernissage et d’un colloque que les étudiants sélectionnés par leur université respective pourront présenter les résultats de leurs recherches et création. Vous êtes ainsi conviés à assister aux activités proposées dans le cadre de cette 23e Rencontre interuniversitaire des maîtrises en arts visuels :

VERNISSAGE
Mercredi 24 octobre 2018 • 17 h à 19 h
Galerie L’Œuvre de l’Autre
Pavillon des arts, UQAC

COLLOQUE
25 et 26 octobre 2018 • 9 h à 17 h
Petit Théâtre
Pavillon des arts, UQAC

Artistes et conférenciers
– Joanie Simard (UQAC)
– Ninon Jamet (UQAC)
– Fanny Latreille (UQAM)
– Alain Lefort (UQAM)
– William Massina (UQAT)
– Camille Dupréelle (UQAT)
– Catherine Garcia Cournoyer (UQO)
– Delphine Hébert-Marcoux (ULaval)
– Stéphanie Matte (ULaval)
– Paule Gilbert (Concordia)
– Jacynthe Cloutier (Concordia)

Consultez en ligne la programmation complète : uqac.ca/galerie.

Renseignements :
Constanza Camelo-Suarez, professeure et directrice à la maîtrise en art
Département des arts et lettres
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 5255  |  ccamelo@uqac.ca

Source :
Patricia Jean, technicienne en information
Service des communications et des relations publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2350  |  patricia.jean@uqac.ca

 

Sébastien Gandy. Espace rituel (exposition de fin de maîtrise), CDEx,

Mémoire-création de Sébastien Gandy

Vous êtes invités à visiter l’exposition Espace rituel de Sébastien Gandy présentée comme exigence partielle de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. À travers plusieurs interventions hors-les-murs, l’artiste a développé le concept de laboratoire performatif, situant l’espace social au cœur de ses préoccupations. La création d’objets rituels, utilisés comme matériaux lors d’interventions urbaines, témoigne d’une volonté de renouer avec les savoir-faire traditionnels. À la frontière entre l’usuel et le symbolique, le travail du bois, la céramique ainsi que la couture lui permettent de générer des rapports sensibles aux objets. L’activation de cet univers sculptural, dans des lieux quotidiens et non dédiés à l’art, stimule la rencontre avec des publics diversifiés.

Dans le cadre de l’exposition présentée au CDEx, des cérémonies seront quotidiennement activées, afin d’explorer les différentes possibilités de diffusion que peut offrir un même projet de recherche. Les visiteurs seront invités à participer activement à l’exposition que ce soit par la manipulation d’objets rituels ou à travers le déroulement des cérémonies. La médiation sera assurée par l’artiste qui occupera les lieux en permanence, de manière à partager l’histoire et le parcours des objets performatifs exposés. Espace rituel propose une incursion dans la continuité du laboratoire performatif, à travers l’expérience directe et les récits artistiques.

Du vendredi 24 au mercredi 29 août 2018
Le vernissage aura lieu vendredi le 23 août à 17 heures

CDEx
Université du Québec à Montréal
405, rue Ste-Catherine (au coin de la rue St-Denis)
Pavillon Judith-Jasmin, local J-R930
Montréal, QC

Re-excavations (exposition collective avec Shoji Kato, Paul Landon, Marjatta Oja, Expédition (Pépite & Josèphe) et Kévin Pinvidic). CDEx, 4 – 12 août. Vernissage : vendredi 3 août, 17 h

Vous êtes cordialement invités à visiter le projet d’exposition Re-excavations présentant le travail des artistes : Shoji Kato, Paul Landon, Marjatta Oja, Expédition (Pépite & Josèphe) et Kévin Pinvidic au CDEx.
Ouvert de 11h à 17h du 4 au 12 août. Vernissage, le vendredi 3 août à 17h

L’art et le politique : Leila Zelli participe à la 36e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, 27 juillet – 26 août 2018


Éclipse, 2015, vidéo d’animation – extrait, Courtoisies de l’artiste

Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul 
Une expérience de création en direct : 12 artistes du Québec (dont Leila Zelli, étudiante à la maîtrise), du Canada, de France, de Suisse et du Sénégal en action !

Consulter le programme

Bio et projet de Leila Zelli au symposium

Site de l’artiste

Une causerie avec Heidi Barkun sur l’infertilité et la féminité. Galerie AVE, jeudi 19 juillet, 17h30-19h

Dans le cadre de la programmation parallèle de l’exposition Femynynytees, la galerie AVE présente une causerie avec l’artiste de l’oeuvre Échec quantifié, Heidi Barkun:

Repenser l’infertilité : être femme sans être mère
Le jeudi 19 juillet 2018
17h30-19h
Événement gratuit et bilingue avec traduction ponctuelle. Svp notez que la galerie sera ouverte exceptionnellement jusqu’au 19h pour cet événement
.
L’acte de conversation sera le point de départ pour cet événement qui réunit le public pour une soirée de réflexion et de partage. Nous vous invitons à discuter l’imbrication de l’infertilité, de l’identité et de la féminité dans la vie quotidienne, et dans la société québécoise en générale.

La discussion sera animée par Heidi Barkun (artiste, candidate à la maîtrise en arts visuels et médiatiques, et études féministes, UQAM); son œuvre sonore Échec quantifié est inclue dans l’exposition. Heidi sera accompagnée par Céline Boissonneault (doctorante en psychologie, UQAM).

Voir l‘article dans The Montreal Gazette sur Heidi et son projet de maîtrise. 

Image : Heidi Barkun dans son atelier, mardi le 17 juillet, 2018. Crédits photo : JOHN MAHONEY / MONTREAL GAZETTE

Femynynytees
AVE – Arts Visuels Émergents
5 jullet au 29 août
Mercredi, jeudi, samedi de 11h-18h
www.femynynytees.com
https://www.facebook.com/events/191197501695821

Nos experts à la Société internationale d’éducation par l’art (InSEA) en Finlande, juin 2018

Lors du congrès de la Société internationale d’éducation par l’art (InSEA) tenu en Finlande en juin 2018, l’étudiant Mathieu Thuot-Dubé et la professeure Christine Faucher ont présenté des conférences liées à leurs projets de recherche. Ce congrès a permis d’explorer les liens entre l’éducation artistique et divers sujets sociétaux et scientifiques. Il avait pour but d’offrir des espaces de discussions interdisciplinaires et interculturels, et ce, tout en ciblant les questions les plus vives dans le domaine de l’éducation et de l’intervention en art. De plus, lors du dernier congrès de l’Association québécoise des éducatrices et éducateurs spécialisés en arts plastiques (AQÉSAP) à Québec, Mathieu Thuot-Dubé et la professeure Christine Faucher ont partagé les moments forts ainsi que les grands enjeux traités lors du congrès européen de l’InSEA tenu à l’université de Aalto dans la ville d’Espoo près d’Helsinki.

 

Alexia Laferté-Coutu. Leurs ombres centenaires (exposition de fin de maîtrise), Galerie de l’UQAM, 16 mai – 16 juin 2018 / Vernissage : mardi 15 mai, 17 h 30

L’exposition

Les sculptures aux formes énigmatiques d’Alexia Laferté-Coutu sont issues d’un processus d’addition et de soustraction de matière à même la surface d’architectures historiques. Les masses ainsi formées ont été cristallisées. Elles portent tantôt le sceau du bâtiment et celui du geste de pression effectué, tantôt celui des coulées du verre ou de la dentelle du moule. Ces caractéristiques nous renvoient à la fluidité que la matière adoptât jadis, et pourrait adopter à nouveau. Par cette idée de réversibilité de la matière et de ses formes, la technique du moulage est associée à une manière de voir le monde en mouvement, tout en imaginant son potentiel de transformation comme étant sculptural en soi.

Le procédé renvoie à celui du cataplasme, thérapeutique ancienne qui consiste à appliquer sur une partie du corps un mélange d’argile et de plantes ayant la propriété d’absorber les toxines en activant la circulation sanguine. Le cataplasme, proche de la technique du moulage, devient ici un procédé d’enregistrement sensible et tangible par lequel sont transférées des énergies capables de traverser la pierre, l’argile, le verre. Les sculptures apparaissent ainsi comme des ponts par lesquels s’articulent les relations/rapports intangibles entre la substance fluide et la forme cristallisée, le geste et l’architecture, l’histoire et l’objet sculptural.

Dans la mesure où le morcèlement d’éléments multiplie leurs manières d’apparaitre au monde, la sculpture se présente ici comme un acte de fragmentation du réel offrant des potentialités associatives et l’amorce d’un mouvement vers l’extérieur. Cela tend vers l’instauration de rapports fluides et pluriels à l’architecture et à l’histoire, entités dont les structures sont a priori rigides ou linéaires. 

L’artiste

Alexia Laferté-Coutu est née en 1990 à Montréal, où elle vit actuellement. Suite à ses études en musique, elle a complété un baccalauréat en Beaux-arts à l’Université Concordia (2013) et a étudié la sculpture à l’Université Bauhaus (Weimar). Ses installations, sculptures et performances ont été présentées au sein d’expositions collectives à Montréal et en Allemagne.
alexialafertecoutu.com

Activités publiques

Présentation d’artiste : Alexia Laferté-Coutu
Dans le cadre de la série L’art observe

Mardi 12 juin 2018, 12 h 45
Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre

La Maîtrise en arts visuels et médiatiques

Située au centre de la vie culturelle de Montréal, la Maîtrise en arts visuels et médiatiques, avec ses deux concentrations, offre un enseignement spécialisé en recherche-création et en recherche-intervention permettant d’acquérir un grade Maître ès arts, M.A. pouvant conduire au doctorat. Le programme offre de nombreuses possibilités et avantages aux étudiant.e.s, et entretient des relations entre les milieux académique et professionnel par l’organisation de séminaires et de conférences réunissant artistes, théoriciens, commissaires, conservateurs et spécialistes de la didactique et des théories sur l’enseignement en art et en recherche-intervention.

Suivez-nous

Coordonnées

Faculté des arts
Local J-4050
405, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2L 2C4